14 octobre 2007 7 14 /10 /octobre /2007 10:08
Report, IRIN

iraq-children.jpg


BAGHDAD -
Orphans in Iraq, who often lack protection, food supplies and medical assistance, require urgent assistance, according to officials at the Orphans Houses Department at the Ministry of Labour and Social Affairs.








"Orphaned children have become a very serious issue,"
said department director Abeer Mahdi al-Chalabi. "We have 23 orphanages with limited capacity, capable of housing only about 1,600 orphans."


Although there are seven orphanages in the capital, Baghdad, and another 16 in other provinces, "they aren’t enough to provide assistance to all the orphans in the country", said al-Chalabi. She went on to point out that the increase in the number of orphans countrywide was an inevitable result of the bombings, assassinations and sectarian violence currently plaguing the country.


According to a 2005 report issued by the US Agency for International Development (USAID), there were some 5,000 orphans in the capital alone, many of whom have been ostracised by society and have little hope of finding education or shelter.


"My two brothers and I work with our uncle in the streets of Baghdad as peddlers
," said Ahmed Chaloob, 10, whose parents were killed in a bomb attack two months ago. "I know nothing about orphanages, and I don’t think my uncle would let us go because he needs us to work," added Chaloob, who currently lives in a small room with eight other relatives.

Orphans often live in the streets as beggars or drug addicts. Some are believed to have been used by terrorists to carry out attacks; others have reportedly been forced by criminal gangs to work as thieves, according to ministry officials.

Given the prevailing atmosphere of violence and confusion, there are no reliable statistics for the number of orphans in the country. "We don’t have accurate numbers," said al-Chalabi. "Officially, there are 642 orphans registered in our orphanages," he added, estimating this number to represent a mere 10 percent of the total number nationwide.

"I’ve been here since 1996 with my brother, and I have two sisters living in [another] orphanage," said Mustafa Hameed, a 15 year-old orphan at Baghdad’s al-Wazeriyah orphanage. "After our mother died in a car accident and our father remarried, we were taken here where we found care and love."

The Ministry of Labour and Social Affairs provides some US $2,000 per month to each of the country’s orphanages, and ministry officials hope to eventually increase this amount to cover the requirements of additional orphans in the future.

"Orphans are provided with food, social services, health care, psychological care, education and other activities, such as computer training and painting," said Abtesaam Rasheed, manager of the al-Wazeriyah orphanage. "But much more is required - we need support from the government and international NGOs to expand capacity and provide training for our social workers."

This item comes to you via IRIN, a UN humanitarian news and information service, but may not necessarily reflect the views of the United Nations or its agencies. All IRIN material may be reposted or reprinted free-of-charge; refer to the copyright page for conditions of use. IRIN is a project of the UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs.

© 2003-2005 Electronic Iraq/electronicIraq.net, a joint project from Voices in the Wilderness and The Electronic Intifada. Views expressed on this page may or may not be representative of Electronic Iraq or its founders. For website or publication reprint permission, please contact us. All other forms of mass reproduction for educational and activist use are encouraged. Page last updated: 18 April 2006, 12:10.

 



www.albasrah.net
 

100 veuves et 400 orphelins chaque jour à Bagdad !

900.000 orphelins en Irak en 4 ans !

Croissance du taux de divorce de 200% et baisse de celui des mariages de 50%!

 

Hani Achour : Shabakat Albasrah

24/04/07

Alors que les rapports officiels irakiens estiment que le nombre d’orphelins a dépassé le chiffre de 900.000 en 4 ans, une étude réalisée par un sociologue irakien est venue confirmer la grave détérioration de la situation sociale en avançant « qu’il y a chaque jour 100 veuves et 400 orphelins de plus à Bagdad »,  conséquence de la violence qui sévit depuis des années et que rien ne semble pouvoir arrêter.

 

Le Sociologue Adnan Yacine Mustafa, auteur de cette étude, estime que « la vie en Irak occupé est une série ininterrompue de massacres quotidiens, coûtant la vie à des dizaines d’innocents, qu’elle se caractérise par un profond sentiment d’insécurité généralisée et par une décomposition de la famille irakienne, donnant lieu à une croissance phénoménale du taux de divorce, avec en plus, une corruption généralisée, des atteintes aux biens publics et privés, des agressions armées, du crime organisé, des viols, des enlèvements et de la délinquance juvénile ».

Dans ses analyses et ses conclusions, le sociologue se fonde tout particulièrement sur les rapports et les statistiques des Nations Unies dont le dernier en date, rapporte que « chaque jour, 100 femmes sont réduites au statut de veuves et 400 enfants deviennent orphelins, rien qu’à Bagdad, et qu’une nouvelle famille se reconstitue sur les cendres de quatre autres ».

 

Et le sociologue d’ajouter que « la société irakienne s’est complètement effondrée après la série de coups mortels qu’elle a reçus au cours des deux guerres des décennies 1980 et 1990, d’un boycott qui a duré 10 ans et d’une occupation qui a commencé, dès son installation en 2003, par démanteler les institutions de l’Etat et détruire l’infrastructure du pays ».

 

Le mépris et les mauvais traitements que les forces d’occupation font subir aux citoyens, ont porté les tensions sociales à leur paroxysme et fait perdre aux gens leurs repaires. C’est ce qui a exacerbé les tensions et les extrémismes interconfessionnels et ce sur le compte de l’appartenance et de l’allégeance au même peuple. Ainsi tous les plans élaborés par les forces en présence avec leurs moyens immenses, pour ramener la sécurité, n’ont pas abouti.

 

Le sociologue donne quelques exemples pour illustrer son étude : ainsi, le nombre actuel des veuves qui est de 560.000, n’est pas répertorié par le ministère des affaires sociales et le bureau de coordination humanitaire des Nations unies a « répertorié 100.000 femmes arabes de Al Ahwar réduites au veuvage et leurs enfants abandonnés depuis le début de la guerre ».

Le même bureau a enregistré une croissance de 200% du taux de divorce de 2003 à 2006, alors que celui des mariages a baissé de 50% selon les statistiques du ministère de la justice. Tous les rapports signalent la forte pression exercée par l’inflation galopante  sur la vie des familles, leur appauvrissement et les conséquences néfastes sur leur cohésion. Les poches de pauvreté sont présentes aussi bien dans les villes que dans les campagnes.

 

La guerre et les luttes interconfessionnelles ont eu aussi une grande incidence sur la dégradation de l’environnement dans le pays. Les mines n’ayant pas explosé  sont partout et particulièrement dans le sud et l’ouest du pays. L’usage des armes de destruction massive par les forces d’occupation fait des ravages dans la population. Des centaines de milliers de gens sont ainsi menacés constamment dans leur vie et notamment ceux qui ont perdu leurs maisons et qui vivent dans des camps de fortune. Ces gens constituent plus du quart de la population totale du pays, contraints à l’exode à l’intérieur ou à l’émigration.

 

Traduit de l’arabe par Ahmed Manai

 

Lire aussi sur le même sujet :

 

Le Désordre créateur et l’enfance en Irak

http://tunisitri.net/articles/article48.html/

 

L’Irak est devenu le pays des veuves

http://tunisitri.net/articles/article44.htm/

Partager cet article

Published by - dans Iraq
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : internationalnews
  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles, sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • Contact

STOP TAFTA !

Rechercher

Dossiers les plus consultés