23 octobre 2007 2 23 /10 /octobre /2007 21:37





Par le Dr Mohammed
Daud Miraki













Photo:
www.rawa.org

German-foreign-policy.com : Des troupes occidentales ont envahi l’Afghanistan, soi-disant dans le but d’apporter la démocratie et de meilleures conditions de vie. Vous êtes allé en Afghanistan. Qu’avez vous vu ? La démocratie et de meilleures conditions de vie ?

Mohammed Daud Miraki :

Non, pas du tout. Absolument pas. Vous savez, la démo­cratie ne décrit pas quelque chose de concret, c’est seulement une conception de base. On peut seulement s’orienter sur ce que les ­grandes puissances désignent comme leur référence de succès : des élections et une Constitution. Cela ne signifie par contre rien pour le peuple afghan. Il ne peut pas transformer la Constitution en pain ou en vêtements, en médicaments ou en logement. De ce fait la « démo­cratie » n’est qu’une généralité. Chaque puissance au cours de l’histoire a eu son propre adjectif et l’une ou l’autre explication pour nommer ses objectifs impérialistes. Le terme « démocratie » arrange les Américains pour déguiser leurs terribles intentions.

Quelle est véritablement la situation en Afghanistan ?

Là où la misère se trouve, une affreuse misère et l’absence d’espoir, toutes les sortes de normalité, qui ont auparavant prévalu dans la famille, dans le voisinage, cessent d’exister. Ecoutez, quand les gens sont bombardés et tués, chacun ne pense qu’à soi. Il n’y a plus de vie sociale normale. Les priorités des gens changent, leur approche de la vie change, et les perspectives des gens sur les choses qui doivent être faites changent aussi. La première priorité des gens en Afghanistan est la question : où peuvent-ils trouver de la nourriture, comment peuvent-ils se procurer de l’alimentation pour remplir leur estomac.

Et en trouvent-ils suffisamment ?

Bien sûr que non. Malheureusement, en parallèle de l’invasion américaine, le coût de la vie a augmenté de façon exponentielle. Les prix pour les terrains, les logements, les loyers par exemple ont énormément augmenté. Avant l’invasion, on pouvait louer une petite maison pour 50 dollars par mois. La même maison coûte aujourd’hui 1500 dollars par mois. Avant l’invasion, on pouvait louer une maison dans un quartier aisé de Kaboul pour 300 à 350 dollars par mois. Le loyer pour la même maison coûte aujourd’hui 15 000 dollars par mois. L’économie s’est donc adaptée aux ­forces d’occupation, aux ONG internationales et aux entreprises de conseil étrangères. Il n’y a rien pour les Afghans. Les Afghans sont de plus en plus mis à l’écart, déshumanisés et réduits à l’état de victimes. Celui qui peut manger 3 fois par jour, est l’homme le plus heureux du monde. En Afghanistan, c’est un luxe de manger trois fois par jour.

La guerre en Afghanistan a rendu beaucoup d’enfants orphelins. Comment vivent-ils ?

Bien sûr, il y a beaucoup d’orphelins, déjà de la dernière guerre, lorsque les Russes ont massacré 1,5 millions de gens. Un grand nombre d’orphelins vient encore de cette période. Puis les bombardements des Américains et de leurs alliés ont encore dégradé la situation déjà précaire des orphelins. Les orphelins sont vraiment les victimes principales. Ils doivent chercher leur nourriture eux-mêmes et n’importe où, ils sont livrés à eux-mêmes pour survivre. Ils sont kidnappés par des organisations criminelles et vendus dans le monde entier à des pédophiles, mais aussi à des entreprises militaires américaines comme Blackwater, Brown and Root etc. pour des abus sexuels. Ils sont exclusivement vendus pour l’exploitation sexuelle, puis rejetés et finalement exécutés ou victimes d’autres horreurs possibles. Ils sont également kidnappés par des criminels, pour leur faire l’ablation d’organes – leurs reins, leur foie, etc. – et les vendre à des syndicats criminels internationaux pour des transplantations. Certains criminels réalisent leurs transactions avec ces orphelins de manière complètement illimitée.

Afghan-Refugees-by-Same-Rangen---big.JPGhttp://www.cpt.org/afghanistan/afghanart.php


Dans quelles conditions vivent les réfugiés ?


Depuis l’invasion il y a 6 ans, la propagande américaine affirme qu’il y a un développement, une reconstruction, que tout fonctionne bien. Les réfugiés au Pakistan et en Iran ont été contraints de revenir en Afghanistan. Ils se retrouvent par contre dans une situation encore plus terrible qu’avant. Ils retournent dans un pays dont le gouvernement n’est pas en situation de leur apporter une aide minimale. Ils deviennent finalement des proscrits dans leur propre pays. Ils ne peuvent aller nulle part, ils ne peuvent rester nulle part, ils n’ont pas de toit au-dessus de la tête, rien pour nourrir leur famille, rien pour protéger leur famille. Leurs enfants meurent pendant les nuit froides – il fait vraiment très froid en Afghanistan – , et il y a beaucoup de maladies. S’y ajoutent les réfugiés repoussés à l’intérieur du pays, qui fuient devant les bombardements de l’OTAN dans le sud et dans l’est du pays. Les bombardements obligent les habitants à quitter leurs villages et à chercher refuge dans un camp de réfugiés, là où beaucoup d’enfants et d’adultes meurent de faim. L’OTAN et l’Occident disent : « Oh, nous sommes là pour amener la sécurité. » Mais avec des armes à feu et la destruction d’êtres humains on ne peut pas amener la sécurité.

On dit que les troupes de l’OLI (« Opération liberté immuable ») utilisent des munitions à l’uranium appauvri…)

Miraki6.jpgIls les utilisent en énormes quantités. Ils ont utilisé plus de 1200 tonnes de munitions à l’uranium appauvri. Cela a provoqué une quantité de malformations d’origines géné­tiques chez les nouveau-nés. Cela a provoqué des cancers et de nombreuses autres maladies inexplicables. Par exemple des femmes de la région de Tora Bora, ainsi que des animaux, ont des avortements spontanés.

Ils ne peuvent pas porter leur descendance à terme. Les bébés développent le cancer avant leur naissance dans le ventre maternel. Les enfants naissent avec le cancer ou des malformations. Cet uranium a une demi-vie de cinq milliards d’années, cela veut dire que le peuple afghan est condamné à une mort lente. C’est une tragédie – malheureusement les Afghans ne peuvent pas fuir leur pays, et leur pays ne peut pas les fuir. C’est pourquoi je suis en train de ramasser de l’argent, pour créer un centre de recherche qui pourrait aider. Si l’argent utilisé pour tuer les ­hommes avait été investi dans la construction d’un centre de recherche pour trouver comment on doit réagir devant ces munitions à l’uranium appauvri, cela aurait été beaucoup plus productif. •

http://www.voltairenet.org/article152293.html Traduction : Horizons et Débats

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : internationalnews
  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles, sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • Contact

STOP TAFTA !

Rechercher

Dossiers les plus consultés