27 octobre 2007 6 27 /10 /octobre /2007 22:10

Planetenonviolence

image003.jpg
Afghanistan :
Intensification des bombardements aériens,
es civils afghans premières victimes.
L'aviation française, par ordre de Sarkozy,
accroît sa participation





Enlisée au sol comme en Irak dans le bourbier Afghan, l'armée américaine et ses supplétifs de l'OTAN ont intensifié leurs attaques aériennes. Sarkozy avait affirmé pendant sa campagne que les soldats français n'ont pas vocation à «rester éternellement» en Afghanistan, laissant ainsi espérer une amorce de retrait. Mais pour faire plaisir à Bush, il se renie et vient de décider d'une participation accrue des Mirages français aux bombardements. Les principales victimes en sont les civils afghans.

 
 

Guerre aérienne américaine en Afghanistan : semer la mort à distance

 
 
Asia Times Online a rapporté qu'en juin une madrasas (école coranique) de la ville de Datta Khel dans le nord Waziristân, Pakistan, a été touchée par 3 missiles tirés à partit de la province de Pakitka en Afghanistan, tuant 30 personnes, des civils. Les tueurs étaient des avions robots, avions sans pilote, des Predators General Atomic MQ-1. Les missiles Hellfire AGM-114 lancés par ces Predators sur cette madrasas ont été guidés sur la cible d'une base américaine située dans le désert du Nevada aux US.

Ce n'est pas la première fois que les Prédators ont été utilisés. Déjà l'année dernière un prédateur de la CIA qui ciblait soit disant le numéro 2 d'Al Qaeda Ayman al-Zawahiri l'a manqué, mais a tué 18 civils.

Ces attaques utilisant des avions sans pilotes, les Prédators, font partie des secrets les mieux gardés de cette guerre d'occupation en Afghanistan menée par les US avec l'aide de ses supplétifs de l'OTAN dont la France. Il y a eu une énorme intensification des bombardements US sur l'Afghanistan et une augmentation importante du nombre de civils tués. L'intensification de ces attaques aériennes est la réponse aux difficultés rencontrées par les troupes au sol qui s'enlisent face à la résistance pachtoun.

Attaquer à haute altitude en larguant des bombes guidées au laser et par satellite et en utilisant des Predators et une version plus récente et plus performante selon l'armée US le MQ-9 « Reaper » (capable de transporter 4 missiles Hellfire plus 2 bombes de plus de deux tonnes), est selon les dires de l'armée US plus rentable. Le coût d'un avion est de 8 ,5 millions de dollars (un avion d'attaque F-16 coûte 16 millions de $ un bombardier type B1-B + de 200 millions $) alors que le petit Predator coûte « seulement » 4,5 millions de $ et qui plus est n'a pas besoin de pilote. Selon les paroles du Lt colonel David Branham reprise par le New York Times, «c'est possible qu'au cours de notre service nous pourrons diriger la guerre sans même quitter les US ».

Le nombre croissant de victimes civiles afghanes des bombardements aériens attise le ressentiment des populations locales et provoque des tensions entre les troupes de l'OTAN et celles des US. Un commandant britannique a demandé aux Forces Spéciales US de quitter le sud de l'Afghanistan parce que l'utilisation de l'aviation pour bombarder tournait la population locale contre eux. Les FS travaillent en petites équipes au sol et dépendent entièrement du soutien des forces aériennes. En novembre de l'année dernière les FS ont fait appel à l'aviation pour intervenir près de Kandahar, l'attaque aérienne a tué 31 nomades. En avril dernier une attaque aérienne identique dans l'ouest de l'Afghanistan a tué 57 villageois dont la moitié étaient des femmes et des enfants.

L'escalade des bombardements aériens et parallèlement l'augmentation du nombre de victimes civiles afghanes ont provoqué une crise au sein du gouvernement collaborateur de Karzai, et certains membres de l'OTAN qui ont des forces armées impliquées s'agitent. Les pays de l'OTAN, dont la France, qui soutiennent les interventions armées des US en Afghanistan, soit en participant directement aux bombardements, soit en aidant au niveau logistique, sont en effet susceptibles, comme les Américains, d'être poursuivis pour crimes de guerre.

L'article 48 des Conventions de Genève stipule effectivement : « les partis au conflit doivent en toute circonstance faire la distinction entre la population civile et les combattants ». L'Article 50 précise que « la présence au sein de la population civile d'individus qui ne rentrent pas dans la définition de civil ne prive pas la population de son caractère civil. »


Autrement dit tirer sur des civils, même si parmi eux se trouvent des combattants, est un crime de guerre.


La situation en Afghanistan est sombre : c'est une guerre dans l'ombre, peu rapportée dans les medias de masse, et pourtant tout aussi désastreuse que celle en Irak, le chaos interethnique en moins. Un conflit qui oppose d'un côté une superpuissance et ses laquais européens, japonais australiens, sud coréens… qui utilise une énorme puissance de feu hight tech, et de l'autre une résistance pachtoun qui a le soutien de la population hostile à l'occupation, et qui utilise une technique « primitive » de bombes artisanales placées en bordure de route (du même type que celle utilisées en Irak), mais d'une efficacité redoutable.

Confrontés à un enlisement en Afghanistan, les Américains et leurs alliées se sont empressés d'intensifier les attaques aériennes, comme l'ont fait les US au Vietnam avec les résultats que l'on connaît : une nombre croissant de victimes civiles, une augmentation de la résistance à l'occupation, et la garantie d'un échec total à plus ou moins brève échéance.

Source de certaines informations : Asia Times Online et Foreign Policy in Focus 1/09/07
-----------------------------------------------------------------
 
   

Sarkozy renforce la participation de l'aviation française
dans cette guerre aérienne qui tue de plus en plus de civils afghans


Afghanistan : Intensification des bombardements aériens, les civils afghans premières victimes. L'aviation française, par ordre de Sarkozy, accroît sa participation
On savait déjà que l'aviation française intervenait en Afghanistan notamment par des vols de reconnaissance au dessus des zones de conflit, une aide logistique pour des attaques ciblées aériennes qui font de plus en plus de victimes civiles afghanes, mais aussi des bombardements dans le sud du pays. Des avions de combat Mirage 2000 D et Mirage F-1 se livrent à des bombardements dans le sud afghan.

Mais pour gagner du temps, ils vont être prochainement stationnés sur l'aéroport de Kandahar dans le sud afghan alors qu'actuellement ils le sont à Douchanbé au Tajikistan. (Sur les six avions de chasse actuellement basés à Douchanbé, trois vont rejoindre Kandahar fin septembre, trois mi-octobre). Douchanbé, avant poste de toutes les interventions aériennes en Afghanistan continuera d'héberger deux avions de transport C-160 Transall et la France va maintenir un ou deux avions de ravitaillement C-135 à Manas, au Kirghizstan.

L'aéroport de Kandahar est actuellement le principal site militaire pour les opérations de la Force Internationale d'Assistance à la Sécurité (ISAF) de l'OTAN. 11 000 soldats étrangers y sont stationnés, ainsi qu'une centaine d'avions de combat, notamment américains, britanniques, néerlandais, australiens et canadiens, auxquels vont donc s'ajouter les avions français qui seront désormais stationnés sur une base militaire sous direction américaine. Au total, 1000 soldats français participent à la guerre en Afghanistan, + 150 instructeurs militaires qui seront bientôt affectés auprès du 201e corps de l'armée afghane, dans la région de Kaboul.

Alors que Sarkozy avait affirmé pendant sa campagne que les soldats français n'avaient pas pour vocation "à rester éternellement" en Afghanistan, laissant espérer un possible désengagement du bourbier afghan, Sarkozy l'américain pour faire plaisir à son ami Bush, revient sur son engagement. Une décision qui concrétise son discours de politique étrangère dans lequel il a promis un retour actif de la France au sein de l'OTAN. Bien évidemment, ni les citoyens, ni leurs élus ne sont consultés sur cette participation de la France à une guerre d'occupation. Quant au coût d'une telle participation, là aussi ni les citoyens ni leurs élus ne sont informés.

Dans la réforme des institutions envisagée, il faut exiger un contrôle effectif de la politique étrangère et de la défense par le parlement, domaines qui ne doivent plus rester la chasse gardée du président, et ce d'autant plus que celui-ci s'aligne inconditionnellement sur Washington.

Source de certaines informations : le Monde du 31/08/07

Synthèse Mireille Delamarre pour www.planetenonviolence.org

http://www.planetenonviolence.org/Afghanistan-Intensification-des-bombardements-aeriens,-les-civils-afghans-premieres-victimes-L-aviation-francaise,-par_a1331.html


Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : internationalnews
  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles, sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • Contact

STOP TAFTA !

Rechercher

Dossiers les plus consultés