11 novembre 2007 7 11 /11 /novembre /2007 10:07
India-Siliguri-Rina-Kumari-Sahani-6ans-2sept2004-1-5.jpgLe Monde Diplomatique
Juillet 2007, p.6



Par Annie Thébaud-Mony *


La mondialisation financière se construit sur la mise en concurrence des travailleurs à l’échelle de la planète. Le chantage au maintien de l’emploi est constamment utilisé pour interdire tout débat public sur les choix de production et leurs conséquences sur la santé des salariés. Ainsi, derrière la controverse sur les organismes génétiquement modifiés (OGM), se profile la destruction de toute forme d’agriculture affranchie d’un mode de production agro-industriel qui, par l’usage incontrôlé des agrotoxiques (1), expose les travailleurs agricoles à des risques graves d’intoxication, d’infertilité et de cancer (2).

Photo: interetgeneral.info


Derrière les discours sur l’avenir énergétique de la planète s’impose la puissance du lobby nucléaire, interdisant toute contestation d’une organisation productive qui condamne à subir les effets cancérigènes, mutagènes et tératogènes (3) de la radioactivité non seulement tous ceux qui vivent sous le vent de Tchernobyl et leur descendance, mais aussi les travailleurs qui assurent – dans des conditions particulièrement précaires – la maintenance des installations concernées. L’emploi et l’« effet de serre » coupent court à tout débat.

La « révolution informatique », l’essor de l’industrie chimique et des nanotechnologies (4) – symboles de « progrès » – occultent l’impossible maîtrise humaine et technique des risques mutagènes et cancérigènes qui se développent dans le cadre de la fuite en avant d’industries redoutablement polluantes. L’histoire de l’amiante en est l’exemple le plus emblématique (5). Les magnats d’un secteur florissant ont, en toute connaissance de cause, imposé le tout-amiante. Or on pourrait utiliser d’autres moyens que cette fibre, mais cela briserait le monopole détenu par le cartel des industriels de l’amiante et du fibrociment sur un gigantesque marché mortifère qui s’étend – après l’interdiction européenne – sur les autres continents.

Le secteur des services ne fait pas exception. Il illustre toutes les formes de servitude autorisées par la directive approuvée par le Parlement européen en 2006 (6). Celle-ci soumet ouvertement l’application du droit du travail et de la santé au travail à celle du droit de la concurrence. Cela correspond à ce qui se pratique déjà avec la sous-traitance, l’outil préféré de l’irresponsabilité des industriels. Quand les dirigeants d’Airbus prévoient tout à la fois des milliers de licenciements et la réduction de 20 % des coûts de production du nouvel avion, cela signifie une intensification du travail pour tous les salariés et sous-traitants qui auront la « chance » de conserver leur emploi. L’heure est à l’urgence productive, interdisant toute contestation des conditions de travail ! D’ailleurs, la délocalisation, en Turquie, en Chine ou ailleurs, permet à ces dirigeants de contourner les règles protectrices françaises ou européennes.

Des réseaux se constituent pour défendre les travailleurs de ces pays. Ainsi, récemment, l’un d’entre eux a fait connaître en Europe le cas des ouvrières chinoises exposées au cadmium dans les usines de fabrication de piles et batteries de Gold Peak Industries, multinationale basée à Hongkong. Ces produits sont destinés aux jouets, ordinateurs portables ou encore appareils photo exportés massivement partout dans le monde, y compris en France. A noter que l’Union européenne et les Etats-Unis ont édicté des règles strictes de prévention, prévoyant – comme dans le cas de l’amiante – que les travailleurs soient intégralement protégés de tout contact cutané ou respiratoire avec le cadmium. Malgré la forte mobilisation des anciens ouvriers des usines de Gold Peak Industries, soutenue par plusieurs organisations de défense des droits des travailleurs de Hongkong, la direction de l’entreprise refuse toujours d’indemniser les ouvriers intoxiqués et d’engager des négociations sérieuses avec les travailleurs (7).

*
Sociologue, directrice de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), auteure de Travailler peut nuire gravement à votre santé, La Découverte, Paris, 2007.


(1) Cf. Fabrice Nicolino et François Veillerette, Pesticides. Révélations sur un scandale français, Fayard, Paris, 2007.

(2) La Roue ou la noria des saisonniers agricoles, photographies de Yohanne Lamoulère, textes de Patrick Herman, Khiasma Sud, coll. « Limitrophes », Marseille, 2007.

(3) Les produits tératogènes agissent sur l’embryon et peuvent conduire à la naissance d’enfants malformés.

(4) Lire Dorothée Benoit-Browaeys, « Nanotechnologies, le vertige de l’infiniment petit », Le Monde diplomatique, mars 2006.

(5) Lire Nico Krols et Marleen Teugels, « Qui pouvait ignorer les dangers de l’amiante ? », Le Monde diplomatique, décembre 2006.

(6) Directive 2006/123/CE (PDF) du Parlement européen et du Conseil du 12 décembre 2006 relative aux services dans le marché intérieur.

(7) www.peuples-solidaires.org/article7... ; cf. également le dossier établi par la Confédération internationale des syndicats, www.ituc-csi.org/spip.php ?article1090



http://www.monde-diplomatique.fr/2007/07/THEBAUD_MONY/14950 - juillet 2007

Partager cet article

Published by Internationalnews - dans Tiers-Monde-Third World and NWO
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : internationalnews
  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles, sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • Contact

STOP TAFTA !

Rechercher

Dossiers les plus consultés