18 novembre 2007 7 18 /11 /novembre /2007 05:59

GlobalResearch
trad. Planètenonviolence


bisset-james.jpg


« La détermination des US d'enlever le Kosovo et Metohija à la Serbie et d'accorder l'indépendance aux Albanais vivant là est une menace à l'Ordre Westphalien (respect de l'intégrité du territoire d'un état et de ses frontières ndlt) et une violation non équivoque du droit international. Cela a aussi des implications énormes pour la paix mondiale et la sécurité. »




Photo :
www.snd-us.com


Le morcellement de la Fédération de Yougoslavie a été le premier défi diplomatique sérieux auquel ont du faire face les démocraties occidentales suite à l'effondrement de l'Union Soviétique. Ils en ont fait un désastre. Ils continuent d'en faire un désastre ; et si la décision est prise dans les mois à venir d'accorder l'indépendance aux Albanais du Kosovo – comme semble le vouloir les US – alors la décision ne fera que venir s'ajouter, et aggraver les nombreuses erreurs et fautes commises par les puissances occidentales sous la direction des US avant, pendant et après la désintégration de l'ancienne Yougoslavie.


petric.jpgwww.srpska-mreza.com

Depuis le début du morcellement de la Yougoslavie, les politiques suivies par les US et les pays de l'OTAN ont été marquées par la duplicité, les deux poids deux mesures et la couardise. Ils ont oublié le rôle joué par la Serbie dans les deux guerres mondiales et ils ont délibérément diabolisé la Serbie et le peuple Serbe. Ils ont faussement accusé la Serbie du morcellement de la Yougoslavie et de toutes les atrocités commises dans les guerres qui ont suivi. Ils ont mis en place un « simulacre de justice « le Tribunal de la Hayes « pour perpétuer ces mythes.


Plus sérieusement, l'intervention occidentale dans l'ex Yougoslavie a secoué le cadre mondial de la paix internationale et de la sécurité qui a gouverné les relations entre les états souverains depuis la fondation de l'Organisation des Nations Unies.


Les origines de ce cadre remonte au Traité de Paix de Westphalie en 1648, qui a mis fin aux horreurs des guerres de religion qui ont dévasté l'Allemagne et d'autres parties de l'Europe pendant presque un demi siècle.

usce-1.jpg
www.srpska-mreza.com


Le Traité de Westphalie a posé les éléments de base de la souveraineté – le principe d'intégrité territoriale et de non ingérence dans les affaires des états nations. Ce sont des principes qui se sont montrés d'une valeur inestimable à travers les années dans la prévention des conflits armés entre des états. L'ordre Westphalien a été fréquemment violé, mais le temps n'a pas diminué les principes eux –mêmes. Ils restent les composants essentiels du droit international.


L'Article 2 (4) de la Charte de l'ONU inclue l'intégrité territoriale comme l'un des principes clé interdisant la menace ou l'utilisation de la force dans la résolution des disputes internationales, et c'est l'un des éléments capital dans la Charte relatant le concept d'égalité en matière de souveraineté.

bezanija514v-copie-1.jpgBombardements de l'OTAN:www.arhiva.serbia.sr.gov.yu

Il y a ceux qui croient que l'ONU est une organisation corrompue, et il y a une abondance de preuves pour soutenir une telle accusation. Entre autre, la manière honteuse dont l'administration de l'ONU a délibérément saboté sa propre résolution 1244 sur le Kosovo est une preuve de la corruption et de la mauvaise gestion perverse.


518-100x100.jpg Néanmoins, c'est une chose de condamner l'ONU et s'en est une autre de désavouer les principes inscrits dans la Charte des Nations Unies. Ces principes représentent la différence entre la règle du droit et la loi de la jungle.


La souveraineté, le respect des frontières et du droit international, le règlement pacifique des disputes internationales, et l'intégrité territoriale des états restent valides aujourd'hui comme ils l'étaient quand l'ONU a été créée. Ces principes ont été renforcés par l'Acte Final d'Helsinki en 1975, qui insiste sur ceux ci notamment en incluant un article sur l'inviolabilité des frontières.


L'Article III de l'Acte (« Inviolabilité des frontières ») stipule :


« Les états participants considèrent comme inviolables les frontières des uns et des autres de même que les frontières de tous les états d'Europe, et par conséquent s'abstiendront maintenant et dans le futur de s'en prendre à ses frontières. En conséquence, ils s'abstiendront de toute demande pour, ou d'agir pour s'emparer et usurper une partie ou tout le territoire de tout état participant. »


L'Article IV (« Intégrité Territoriale des Etats ») demande aux états participants de respecter l'intégrité territoriale de chacun des états participants :


nato-bombing.jpegPhoto : www.apfn.org

« En conséquence, ils s'abstiendront de toute action inconsistante avec les objectifs et les principes de la Charte de l'ONU contre l'intégrité territoriale, l'indépendance politique ou l'unité de tout état participant et en particulier de toute action constituant une menace ou basée sur l'utilisation de la force. Les états participants s'abstiendront également de faire de leurs territoires respectifs l'objet d'une occupation militaire ou de toutes autres mesures forcées directes ou indirectes en contravention avec le droit international, ou l'objet d'une acquisition en utilisant de telles mesures ou la menace de celles-ci. Une telle acquisition ou occupation ne sera pas considérée comme légale. »



Ce sont des principes fondamentaux. Ils ont été conçus comme garantie pour toutes les nations, petite de même que grande, pour qu'elles n'aient pas peur d'une agression par un voisin plus puissant.

aleksinac-copie-1.jpg

Ils ont été conçus pour avoir une application universelle, et ils ne peuvent pas être mis de côté à cause de circonstances spéciales ou quand ils sont un obstacle aux objectifs politiques des plus grandes puissances. Leur message est simple et clair. Les frontières ne peuvent pas être changées – seulement par le biais d'un accord entre les états impliqués.


Considérant cela c'est intéressant de noter qu'en 1938, au moment de Munich, le président Edvard Benes de Tchécoslovaquie, pressé par les britanniques et les français, a signé l'accord pour remettre la région des Sudètes de la Tchécoslovaquie à l'Allemagne, donnant ainsi son consentement à cette transaction. Il semblerait que même Hitler a insisté au moins sur l'apparence du respect des règles de conduite internationale.


La détermination des US d'enlever le Kosovo et Metohija à la Serbie et d'accorder l'indépendance aux Albanais vivant là est une menace à l'Ordre Westphalien et une violation non équivoque du droit international. Cela a aussi des implications énormes pour la paix mondiale et la sécurité.


faces40.jpg Peu après que l'aviation de l'OTAN ait commencé à bombarder la Serbie au printemps 1999 j'ai écrit un article dans l'un des journaux nationaux canadiens intitulé « un retour à la barbarie ».


Dans l'article j'ai condamné le bombardement comme étant une violation du droit international et de la Charte de l'ONU et du Traité même de l'OTAN. Mais le but de l'article c'était de faire remarquer que le bombardement marquait un tournant historique.


Alors que le vingtième siècle s'achevait, il y a eu une brève période après l'effondrement de l'Union Soviétique et la chute du Mur de Berlin quand il nous a été offert des perspectives encourageantes de « Pax Americana ». Beaucoup croyait que les US était le seul pays qui pourrait garantir que le nouveau siècle verrait la fin de la guerre et de la violence.


Après deux guerres mondiales cataclysmiques et le largage de la bombe atomique sur Hiroshima et Nagasaki, le monde se voyait offert l'espoir que le nouveau siècle suivrait les principes inscrits dans la Charte des Nations Unies et que l'Ordre Westphalien serait rétabli.


Hélas, ces espoirs ont été réduits à néant avec le bombardement de la Serbie par les puissances de l'OTAN conduites par les US. Ceci était un acte brutal d'agression contre un état souverain. Tristement, il a été mené par des nations démocratiques dont les dirigeants politiques ne manquaient jamais de clamer leur exigence du respect du Droit et de la Charte de l'ONU. C'était un signe précurseur de ce qui allait se passer ensuite.


Le bombardement de la Serbie a établi un précédent inquiétant. Cela voulait dire que les US et les pays de l'OTAN pouvaient intervenir où et quand ils le souhaitaient. L'utilisation de la force ou la menace d'en faire usage serait utilisée dans le cadre ou non de la loi et ayant établi un précédent avec le bombardement de la Serbie, la décision d'envahir l'Irak était facile.


L'insistance américaine de donner leur indépendance aux Albanais et de donner unilatéralement 15 % du territoire de la Serbie à des dirigeants criminels du Kosovo est tout simplement un exemple en plus de la volonté des US d'utiliser le pouvoir brutal pour réaliser ses objectifs politiques.


Il semblerait que le seul obstacle au désir américain de créer un Kosovo indépendant c'est la résurgence de la Russie. Ironiquement, c'est la Russie qui insiste sur le respect des principes du droit international et de la Charte de l'ONU avant de considérer toute indépendance du Kosovo. Ceci en soi est un développement remarquable.


belgrade-thermal.jpg On pourrait presque penser que la nouvelle génération de dirigeants politiques américains – les Clinton, Albright, Holbrooke, les néo conservateurs, George Bush et autres personnes du même type – ont trahi la confiance qui leur a été conférée par les pères fondateurs de leur grande république.


En faisant cela, ils ont abandonné les principes mêmes sur lesquels l'Amérique a été fondée, et qui sont inscrits dans la Charte de l'ONU. Par cela, ils ont perdu l'autorité morale qui fait la force des vraies démocraties dans leur combat contre les forces du totalitarisme. Ils ont également porté un coup dommageable à l'Ordre Westphalien. Ce ne sera pas facile de le restaurer.


Intervention inaugurale de l'Ambassadeur James Bissett au symposium sur le Kosovo qui s'est tenu au Club de Capitol Hill à Washington, DC le 23 octobre 2007


Copyright James Bissett, Global Research 2007

IN : James Bisset était l'ambassadeur canadien en Yougoslavie au moment de sa désintégration.
Illustrations: IN


Url de l'article en anglais : www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=7212

Traduction Mireille Delamarre pour http://www.planetenonviolence.org


Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : internationalnews
  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles, sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • Contact

STOP TAFTA !

Rechercher

Dossiers les plus consultés