8 février 2008 5 08 /02 /février /2008 08:38

Planetenonviolence.org
 

ron_paul_full-copie-1.jpg
Election Présidentielle US :

"La révolution Ron PAUL"
Le candidat anti-guerre
de la rupture


Photo: www.wired.com

   

Ron Paul, un Texan Républicain, est le seul candidat à la présidentielle US à questionner ouvertement le soutien américain à Israël, un soutien qui a été l'une des causes principales derrière les attaques du 11 septembre, a prôné la non intervention en matière de politique étrangère, le retrait d'Irak, et pas de guerre avec l'Iran. Bref, Le seul vrai candidat de la rupture, le seul vrai candidat anti guerre


 
Election Présidentielle US : « La Révolution Ron Paul «. Le Candidat Anti Guerre de la Rupture
 
 
Ron Paul, un « outsider »


Ron Paul a acquis la réputation de « Président de l'Internet ». Ce titre est justifié par le nombre de hits, de pages lues, de demandes chez MySpace Friend et de visualisations sur You Tube qui dépassent largement celles faites pour les autres candidats. Au quatrième trimestre 2007 il a réussi a collecter 20 millions de dollars auprès de centaines de milliers d'électeurs qui souvent donnaient chacun moins de 100 $. La plupart sont des jeunes, très dévoués sur le terrain pour sa campagne, et Ron Paul a pu, sur ce seul point là, se comparer au candidat Démocrate Barak Obama. En un seul jour, son site internet a généré plus de 6 millions de contributions, le taux le plus haut enregistré pour tous les candidats. Pourtant, ses opposants ont étiqueté Ron Paul comme un « outsider ». Fox News, la TV des néoconsionistes, les medias traditionnels et les élites Républicaines ont tous ignoré « la Révolution Ron Paul ». Malgré sa popularité de terrain sur internet et lors de ses campagnes, ses adversaires nient son existence, le dénigrent bassement et traitent ses adhérents de pseudo électeurs.


La question la plus intéressante dans ces élections à l'investiture c'est si Ron Paul n'est pas choisi comme candidat Républicain, est-ce qu'il se présentera en indépendant *? Ron Paul jusqu'à maintenant a refusé de répondre se justifiant par le fait qu'il a déjà été investi par des centaines de milliers d'électeurs. Il a lui-même déclaré : « ils ont donné l'argent, ils décideront de ce qu'il faut faire. » En d ‘autres termes, s'ils le lui demandent il n'aura pas d'autre choix que de se présenter en indépendant. Ron Paul n'attire pas seulement les jeunes, il est aussi le premier candidat pour ce qui est des contributions des militaires. Aussi étonnant que cela puisse paraître -mais l'est-ce vraiment ? Après tout ce sont eux qui sont en première ligne - sur son site les chiffres des contributions de cette catégorie d'électeurs, comparativement aux contributions faites aux autres candidats, parlent d'eux-mêmes.


Ce Républicain Texan qui siège au Congrès, apparaît comme un « outsider « bien que postulant à l'investiture Républicaine, une possible troisième candidature pour briser le cercle infernal du duo Démocrate/Républicain. Il l'est surtout de par ses prises de position en matière de politique étrangère américaine, condamnant notamment l'interventionnisme US et ses effets négatifs comme celui de provoquer et d'encourager le terrorisme.


Sur le soutien inconditionnel US à Israël : Israël peut se débrouiller seul, plus d'aide économique et militaire


Ses déclarations concernant Israël et le soutien inconditionnel des US à l'état sioniste en ont irrité plus d'un dans la sphère pro sioniste de Washington. Pourtant, même s'il a publiquement pris position contre l'influence du lobby sioniste AIPAC qu'il a accusé de contrôler les votes au Congrès, d'avoir pousser à continuer la guerre en Irak et de faire pression pour une éventuelle guerre contre l'Iran. Il a déclaré lui-même ne pas être anti Israël : « Je ne suis en aucun cas anti Israël », car pour lui, il n'y a aucun problème à ce que l'Amérique maintiennent de bonnes relations commerciales avec Israël, ou de voir se développer le tourisme dans les deux sens. Mais il s'oppose à toute aide économique et militaire des US envers Israël. Il a fait remarqué que cela ne vaut pas que pour Israël, mais pour tout autre pays. Ron Paul explique qu'Israël ne peut que sortir gagnant de cela. « C'est une bonne affaire » a-t-il dit, car dés que l'aide américaine pour Israël stoppera, de même ce sera aussi le cas pour toute aide aux pays arabes. C'est vrai qu'Israël bénéficie de la part du lion en la matière, mais il reçoit moins que tous les pays arabes ensemble. « Je crois en la souveraineté d'Israël ». « Si Israël arrête de recevoir une aide américaine, il pourrait faire ce qu'il veut. S'il veut la paix, il fera la paix. » De toute façon, Ron Paul assure qu'Israël peut très bien se débrouiller sans les US. « Il s'en sortira plutôt bien », et Israël n'a pas réellement « besoin de nous », a-t-il affirmé à des journalistes pro sionistes.


Sur l'interventionnisme américain : Stop


« Trop souvent nous fournissons une aide étrangère et nous intervenons à la place de gouvernements qui sont méprisés. Alors on nous a méprisé. Trop souvent nous avons soutenu ceux qui se retournent contre nous, comme les kosovars qui ont aidé les terroristes islamistes, ou les jihadistes afghans eux-mêmes, et leur ami Osama Ben Laden. Nous les avons armés et entraînés, et maintenant nous en payons le prix.


En même temps nous ne devons pas nous-mêmes nous isoler. La générosité du peuple américain s'est faite ressentir partout dans le monde. Beaucoup ont remercié Dieu pour cela, dans de nombreuses langues. Ayons une Amérique forte, avec des relations commerciales ouvertes, voyages, communication et diplomatie avec d'autres nations. »


« Une politique de défense américaine devrait d'abord chercher à assurer la sécurité des américains.Actuellement les US maintiennent des centaines de milliers de troupes dans plus de 100 pays étrangers. Dans de nombreux cas ils y sont pour défendre des frontières étrangères. Maintenir un tel empire mondial draine presque 1 trillion de $ par an pour l'économie américaine, sans offrir une réelle sécurité au peuple américain. Ce qui est pire, c'est que les gardes frontières US sont envoyés outre-mer dans des endroits comme l'Irak tandis que nos propres frontières restent poreuses et vulnérables…. »


« Une politique étrangère de non intervention outremer sera le premier pas pour réduire les menaces contre les US. Ma politique nous permettra de concentrer nos ressources là où elles doivent l'être : en défense des Etats-Unis et du peuple américain. Une politique de défense de l'Amérique en premier, ce ne sera pas aller à l'étranger chercher des monstres à pourfendre, mais elle dissuadera par la fermeté et dirigera par l'exemple. »


Sur l'Irak : retrait immédiat des troupes


« Les Etats-Unis ont envahi l'Irak sous de faux prétextes sans une déclaration de guerre pourtant nécessaire du point de vue constitutionnel…. Notre présence continuelle en Irak sert comme outil permanent de recrutement pour al Qaeda. Une rapport récent du NIE (National Intelligence Estimate) a trouvé que la présence US en Irak avait eu un effet «rejuvénérant » sur le groupe terroriste….Comme si notre dette nationale dépassant 9 trillions de $ n'était pas suffisamment mauvaise, notre déficit en matière de dépense s'accroît chaque jour que cette guerre est livrée. Pour éviter d'augmenter les impôts, le gouvernement fédéral continuera d'emprunter à des pays comme l'Arabie Saoudite et la Chine, rendant nos enfants et petits enfants dépendant des actions d'autres pays et vendant notre sécurité nationale au plus offrant…Lors de ma première journée comme commandant en chef des armées je réunirai tous les chefs d'état major et nos commandants sur le terrain et concevrai et mettrai à exécution un plan pour un retrait immédiat des troupes de la manière la plus sécurisée possible…Il est maintenant temps de ramener nos soldats à la maison… »


Sur l'Iran sa position est également très claire : pas de guerre


Déjà en 2006 il s'était vivement opposé à une loi anti Iran en lien avec le programme nucléaire iranien et votée au Congrès, accusant cette loi de conduire l'Amérique vers une guerre contre l'Iran. A ce sujet il avait écrit dans un article du 20/2/08 intitulé « un sens de déjà vu « (en français dans le texte) comparant ce qui se passait avec l'Iran à ce qui s'était passé avec l'Irak. Il y écrivait : «…cette résolution demande que l'Iran réalise la tâche impossible de prouver une négation – dans ce cas que l'Iran n'a pas de plan pour construire une arme nucléaire. » Il y faisait remarquer que l'Iran n'avait jamais violé ses engagements internationaux, avait accepté des clauses de sauvegarde pour son programme nucléaire et que l'AIEA n'avait jamais trouvé d'indice permettant de dire que l'Iran avait détourné son programme nucléaire civil à des fins militaires. Il faisait également remarquer que l'Iran avait suspendu à un moment donné et de lui-même l'enrichissement de l'uranium, alors que cela n'était pas du tout une obligation, comme l'ont prétendu par la suite les 3 de l'UE (France Allemagne et Grande Bretagne obéissant aux ordres de Washington) en en faisant ensuite une condition absolue sous peine de sanctions du CSONU. Politiquement malhonnêtes, les 3 de l'UE ont tout simplement abusé des discussions avec l'Iran et de sa bonne volonté. Les mesures pour construire la confiance prises par l'Iran comme la suspension de l'enrichissement et l'observation volontaire de protocoles supplémentaires étaient toutes volontaires et n'avaient et n'ont toujours pas de caractère contraignant et affirmer l'inverse est un pur mensonge et de surcroît illégal, portant atteinte à la crédibilité du CSONU, ce que n'a cessé de répéter l'Iran. Accusant cette loi sur le point d'être votée par le Congrès contre l'Iran d'ouvrir la porte à une guerre contre ce pays, Ron Paul appelait ses collègues du Congrès à réfléchir, et à peser la sagesse de démarrer une nouvelle guerre au Moyen Orient.


La candidature de Ron Paul est la seule candidature représentant une rupture avec la politique étrangère interventionniste militaire américaine Républicaine de Bush ou Démocrate de Bill Clinton (Guerre du Kosovo, bombardements de l'Irak…). C'est le seul candidat qu'on puisse véritablement et honnêtement appelé un candidat anti-guerre.


Que l'organisation américaine se présentant comme anti guerre MouveOn (une organisation proche des Démocrates) ait choisi le candidat Démocrate Barak Obama à la place de Ron Paul est une erreur politique monumentale, une façon de se discréditer aux yeux des vrais militants anti-guerre ici et Outre Atlantique, au courant des programmes des différents candidats.


*Ron Paul c'était déjà présenté à la présidentielle de 1988 comme candidat libertaire (aux US cela veut dire libéral = le moins possible de contrôle de l'état fédéral dans tous les domaines)


Sources de certaines informations articles sur antiwar.com et le site internet de Ron Paul

Pour plus d'information sur son programme visiter  Son site

suite: http://www.planetenonviolence.org/Election-Presidentielle-US-La-Revolution-Ron-Paul-Le-Candidat-Anti-Guerre-de-la-Rupture_a1475.html?PHPSESSID=11bea6c095503a0c9f72a39fdb39f91d

see a video in english:

Ron Paul:The Just War Theory & The Peace President (video)

Partager cet article

Published by - dans USA
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : internationalnews
  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles, sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • Contact

STOP TAFTA !

Rechercher

Dossiers les plus consultés