1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 17:54

AlterInfo
1er juillet 2008

Go to the original
: http://www.countercurrents.org/vidal030708.htm



Une interview

du légendaire essayiste,

écrivain,

critique politique

et social Gore Vidal


Traduit de l'anglais
par Marcel Charbonnier







Press TV : Nous entendons dire que Michael Mukasey est le dernier en date des Procureurs Généraux du Président (Bush) à être mis en examen… Cette fois-ci, il est question de ses conversations avec Bush et Cheney. Cela démontre-t-il que le Congrès parle sérieusement, lorsqu'il envisage de demander des comptes à l'exécutif ?


Gore Vidal : Non, le Congrès n'a jamais été aussi pleutre, ni aussi corrompu qu'à l'heure actuelle. Tout ce que Bush a à faire, c'est de s'assurer que certaines sommes d'argent vont bien dans les poches de certains membres importants du Congrès, et que cela mettra un terme définitif à toute enquête sérieuse. Certes, il y a bien un Congressistes extrêmement courageux (l'exception confirmant la règle), Denis Kucinich, qui a déposé un projet de loi d' « impeachment » [une procédure permettant de déclarer le président des Etats-Unis inepte (oups : inapte) à poursuivre l'exercice de ses fonctions, ndt] devant la Chambre des Représentants. Mais ladite Chambre devrait en premier lieu exprimer sa défiance envers le président, et ce n'est qu'en second lieu que la procédure serait le cas échéant transmise au Sénat, en vue d'un procès. Toutefois, rien de tout cela n'adviendra, parce qu'il n'y a pas d'abonné au numéro que vous avez demandé, mis à part M. Kucinich, qui a le courage de s'attaquer à un président en exercice qui n'est rien d'autre qu'un mafioso.

Press TV : Comment peut-on concevoir qu'il n'y ait qu'une seule individualité, parmi des centaines de membres du Congrès, qui veuille que George W. Bush soit écarté de ses fonctions, dans les circonstances présentes ?



Gore Vidal : Eh bien, c'est parce que nous n'avons désormais plus de pays. Nous n'avons plus de République. Durant les sept ou huit dernières années du régime Bush, ils se sont débarrassés du Bill of Rights [la Charte des Droits Fondamentaux], ils ont jeté l'habeas corpus aux orties [il s'agit d'un principe juridique anglais très ancien, qui protège une personne accusée, qui reste innocente tant que sa culpabilité n'a pas été démontrée, ndt]. Ils ont mis à la décharge un des plus beaux cadeaux que l'Angleterre ne nous ait jamais faits, quand les Anglais sont partis et quand nous avons cessé d'être leur colonie : la Magna Carta, qui remonte au XIIème siècle. Toutes nos lois et toutes nos procédures judiciaires sont fondées sur ce document. Et la bande à Bush en a fait des confettis. Le président et le petit môssieur Gonzales, qui, durant quelques minutes, fut son Avocat Général. Ils se sont arrangés pour se débarrasser de tous les garde-fous constitutionnels qui avaient fait de nous les citoyens d'une authentique république…


Press TV : Vous avez souvent écrit au sujet du statut de superpuissance des Etats-Unis, en faisant la comparaison avec l'histoire d'autres superpuissances antérieures. Pensez-vous que nous sommes en train d'assister à la fin de la puissance américaine, comme d'aucuns le suggèrent ? Devrait-on voir, dans la Maison Blanche, une sorte de Persépolis ? (Ancienne capitale impériale des Achéménides ; une dynastie de l'antiquité iranienne, dont les ruines sont majestueuses, certes, mais sont bel et bien des ruines ‘de chez ruines' ! ndt)


Gore Vidal : Oh non, trois fois hélas non : cela ne fera pas des ruines aussi magnifiques, non… Cela ressemblera plutôt au terne tombeau de Cyrus, pas très loin de Persépolis, d'ailleurs. Ils ont réussi le tour de force de détruire les Etats-Unis… Pourquoi ? Mais parce que ce sont des gens du pétrole et du gaz ; leur principale « qualité », c'est d'être des criminels ! Je répète que nous sommes confrontés à une bande de criminels qui s'est emparé du contrôle du pays, au moyen de ce qui avait les apparences (mais seulement les apparences) d'élections démocratiques normales. Mais il y a des documentaires, très intéressants, sur ce qui s'est passé, en 2000, quand Albert Gore avait remporté les élections présidentielles, après quoi ils ont décrété qu'il ne pourrait pas être le président. Ils ont obtenu que la Cour Suprême – qui est normalement le Saint des Saints, dans notre système politique – enquête, puis accuse les voleurs d'être blancs comme neige, et les vainqueurs – M. Gore et les Démocrates – d'être les tricheurs. C'est la première loi énoncée par Machiavel : quelles que soient les fautes de votre adversaire, concentrez-vous sur ses vertus, afin de les nier. C'est ce qu'ils ont fait, quand le Sénateur Kerry s'est présenté à l'élection présidentielle, voici quelques années. Il s'agit d'un héros célèbre de la guerre du Vietnam. Ils ont affirmé qu'il s'agissait d'un couard, et absolument pas d'un héros. C'est comme ça que cela marche. Quand vous avez une bande de menteurs au gouvernement, vous ne pouvez pas espérer en retirer de hauts-faits historiques… Mais plus tard, nous creuserons, nous creuserons… et nous exhumerons Persépolis !


Press TV : Le Sénateur Obama parle beaucoup de changement, mais, comme de juste, il vient de courtiser Wall Street et le lobby sioniste… : entrevoyez-vous une quelconque perspective de changement, s'il accède au pouvoir ?


Gore Vidal : Non, pas vraiment. Je ne doute pas de sa bonne foi, exactement de la même manière que je ne doute pas de la mauvaise foi de Cheney et de Bush. Ce sont des types tellement effrayants ; nous n'en avons jamais eu d'aussi pires au gouvernement, par le passé… Ils n'y auraient jamais accédé s'ils n'eussent acheté des voix comme ils le firent en Floride, en 2000, et comme ils l'ont fait dans l'Etat de l'Ohio, en 2004. Ce sont deux cas patents de vol de la Présidence.

Quand j'ai découvert que cela n'intéressait absolument pas ni le New York Times ni le Washington Post, ni d'ailleurs aucun grand journal du pays, j'ai compris que nous étions cuits. Nous ne sommes plus un pays ; nous sommes un poulailler d'escrocs qui n'ont d'autre motivation dans la vie que de voler du fric. Tout en étant conscient qu'ils ne se feront jamais pincer et qu'ils seront même, au contraire, admirés pour leurs méfaits. Les Américains jugent en permanence quelqu'un selon l'évaluation qu'il se fait de lui-même… Vous dites : « Je suis un chef d'Etat », et les Américains de dire : « Oh, oui, oui, oui ; c'est un homme d'Etat ! Impressionnant, n'est-ce pas ? » Et vous accuser d'autres de vos crimes, avant même de les commettre. C'est un vieux truc, que Machiavel connaissait tellement bien qu'il en a fait un manuel, qu'il a intitulé Le Prince…



Press TV : En définitive, c'est le problème qui obsède tellement de gens, au Moyen-Orient et ailleurs. Vous-mêmes, vous avez tellement écrit au sujet des guerres impériales des Etats-Unis… Pensez-vous que Bush et Cheney seraient prêts à prendre le risque d'une nouvelle guerre, provoquant ce que le directeur de l'Agence Internationale de l'Energie Atomique, Mohammad El-Baradei, a qualifié de « boule de feu » ?


Gore Vidal : C'est leur rêve le plus fou. Mais ils n'ont plus de fric : ils ont tout dépensé. Ils se sont payé leurs propres entreprises privées, comme le Vice-Président. De plus, c'est une entreprise, du nom d'Halliburton, qui ne cesse de voler du fric, et qui devrait se retrouver devant une commission d'enquête du Sénat, tôt ou tard. Mais peut-être que cela n'arrivera jamais, après tout : qui sait ? Mais tout le monde est au courant, à Washington : ces gens sont en train de placer en lieu sûr à l'étranger la richesse du pays. A un tel point que, bon : y'a pus d'fric ! Ils aspirent à une guerre contre l'Iran. L'Iran n'est pas plus une menace pour nous que ne l'étaient l'Irak ou l'Afghanistan. Nos « ennemis », ce sont eux, qui les inventent. Ils ne cessent de dire des mensonges, encore des mensonges, et toujours des mensonges…

Le New York Times les croit, bobard après bobard. Alors eux, bien entendu, ils ne s'arrêtent pas d'en pondre : pourquoi s'arrêteraient-ils ?

Quand on a une opinion publique à laquelle on ment trente fois par jour est encore capable de gober les bobards, on n'a aucune raison de se gêner, n'est-ce pas ?

par Afshin Rattansi, Tehran Times, 30 juin 2008

Partager cet article

Published by - dans USA
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : internationalnews
  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles, sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • Contact

STOP TAFTA !

Rechercher

Dossiers les plus consultés