8 août 2008 5 08 /08 /août /2008 10:47

UniversNature


Alors que de plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer l’explosion des émissions de CO2 de la Chine, une équipe de chercheurs internationaux, sous la direction de l'Université de Leeds (1) en Angleterre, a estimé la part de ces émissions liées à la fabrication de produits destinés aux pays industrialisés.




Source: cite-sciences.fr


Le rapport met en lumière, chiffres à l’appui, que si les émissions de CO2 de la Chine ont presque doublé ces cinq dernières années, c’est en grande partie pour satisfaire une demande en provenance de l’Occident. Lors de la présentation du rapport, Klaus Hubacek de l'Université de Leeds a déclaré : «Environ un tiers des émissions chinoises provient de la production de biens qui sont ensuite exportés - principalement vers le monde développé ». Klaus Hubacek ajoutant pour bien préciser les choses : « Ainsi, tout en travaillant à réduire leurs propres émissions de carbone, les pays occidentaux externalisent une partie de leur pollution à la Chine et à d'autres parties du monde en développement ».


Au niveau des évolutions futures, l’équipe de recherche conclut par une note très pessimiste. Estimant que, même avec les hypothèses les plus optimistes, à savoir : l’amélioration des rendements et la généralisation de la séquestration du carbone, les modèles n’indiquent qu’un ralentissement de la croissance des émissions de CO2 de la Chine et tablent sur un triplement de leur volume d’ici à 2030.



Les chiffres de ce rapport seront sans doute repris par les autorités chinoises pour étayer leur argumentaire dans le cadre de négociations climatiques post-Kyoto en cours. Afin de ne pas voir entraver la forte croissance de son économie, la Chine met en avant principalement trois arguments :


- Que par habitant ses émissions de CO2 sont encore très inférieures à celles des pays occidentaux.


- Que, si aujourd’hui les niveaux des concentrations atmosphériques de gaz à effet de serre sont si élevés, c’est dû essentiellement aux deux siècles de développement des pays industrialisés et qu’ils doivent en assumer la responsabilité.


- Et enfin qu’une grande partie des émissions chinoises est liée à la fabrication de produits destinés aux consommateurs occidentaux.

Il est vrai que dans leur bilan de gaz à effet de serre, les pays industrialisés se gardent bien de prendre en compte ne serait-ce qu’une estimation du CO2 généré lors de la fabrication des produits importés. Avec un déplacement massif des industries vers les pays émergents, les pays occidentaux peuvent ainsi afficher des résultats bien plus satisfaisants, un peu comme si le plus important pour eux était de faire bonne figure par rapport aux opinions publiques.


Malgré ce rapport, dévoilant ces quantités de CO2 pudiquement cachées, il a y peu de chance qu’elles soient prises en compte dans les négociations climatiques en cours et qu’ainsi chacun se retrouve réellement face à ses responsabilités.

Michel Sage

1- L'Université de Leeds est un des plus importants établissements d'enseignement supérieur au Royaume-Uni avec plus de 30 000 étudiants de 130 pays.

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : internationalnews
  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles, sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • Contact

STOP TAFTA !

Rechercher

Dossiers les plus consultés