26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 11:02

Internationalnews

 

Environ 5000 ouvriers, en provenance de l'Inde et du Pakistan pour la plupart, viennent travailler quotidiennement sur le complexe de la Burj Dubai Tower et des chantiers connexes (mall, autres, etc.). Payés environ 1 dollar de l'heure, ces derniers sont présent sur le chantier dès les premières lueurs de l'aube et terminent leur labeur douze heures plus tard. Nourris et logés dans des

 

Photo: Stéphane Compoint

Sur le million d'habitants de Dubaï, plus de 80% sont des étrangers, dont des dizaines de milliers d'ouvriers asiatiques (principalement des Indiens, des Pakistanais, des Bangladeshi et, depuis peu, des Chinois) venus travailler sur les nombreux chantiers de construction de la ville, suants à grosses gouttes sous un soleil de plomb (au plus fort de l’été le mercure monte à 50 °C à l’ombre). 

 
En effet, l'émirat a lancé ces dernières années des projets immobiliers gigantesques, qui ont fait sa réputation à l'étranger, pour s'imposer comme un centre régional des affaires et une destination touristique pour pallier le tarissement de ses ressources pétrolières.

 
Dans ce pays où les ouvriers du bâtiment triment jour et nuit, l’employeur confisque le passeport en échange du permis de travail et à la fin du contrat reconduit le travailleur immigré à l’aéroport. Et même si les autorités exigent que les travailleurs soient bien traités par l’entreprise qui les emploie, certaines sociétés ne s’embarrassent pas toujours avec la réglementation (très simplifiée d’ailleurs).

 
Généralement mal logés et sous-payés, les ouvriers étrangers (femmes et enfants restent au pays), en majorité asiatiques et employés dans le secteur du bâtiment, expriment, depuis peu, de plus en plus ouvertement leur malaise. Suite
 

Voir, à ce sujet, les superbes photos de Stéphane Compoint sur les ouvriers de Dubaï.

 

 


       
Environ 5000 ouvriers, en provenance de l'Inde et du Pakistan pour la plupart, viennent travailler quotidiennement sur le complexe de la Burj Dubai Tower et des chantiers connexes (mall, autres, etc.). Payés environ 1 dollar de l'heure, ces derniers sont présent sur le chantier dès les premières lueurs de l'aube et terminent leur labeur douze heures plus tard. Nourris et logés dans des "camps de travail" situés dans le désert, à une demi-heure de bus de la ville, les ouvriers envoient quasiment l'intégralité de leur salaire à leur familles restés au pays.

 

 

 

Autre article sur Dubaï (mégalomanie):

The first World Dynamic Architecture in DuBai project

 

http://www.internationalnews.fr/article-a-dubai-chez-nos-amis-esclavagistes-documentaire-105740557.html

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : internationalnews
  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles, sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • Contact

STOP TAFTA !

Rechercher

Dossiers les plus consultés