Votre sante

Mars 2002

 

http://merryabla64.files.wordpress.com/2009/01/iraqi-child-victim-of-depleted-uranium.jpg

Les effets conjugués des bombardements aériens massifs et de l'embargo sur l'Irak depuis douze ans ont provoqué une catastrophe hymanitaire qui continue de s'amplifier. Pour la première fois dans l'histoire des conflits, des mutions contenant de l'uranium appauvri ont été utilisées, qui vont continuer de tuer pendant des décennies. La communauté internationale doit exiger l'arrêt de ce génocide silencieux.

Depuis 1991, 135.000 tonnes de bombes ont été déversées sur l'Irak (soit six fois la puissance de destruction de la bombe d'Hiroshima). Outre les bombes au napalm, au phosphore, plusieurs dizaines de milliers de fusées MLRS (contenant chacune 8.000 grenades antipersonnelles), des bombes à fragmentation, plus d'un million de projectiles à l'uranium appauvri, soit 700 tonnes ont été utilisées. Ainsi, la guerre du Golfe, qui se poursuit encore, en totale violation du droit international et dans l'indifférence générale, a servi aux Etats-Unis et à la Grande-Bretagne pour tester en grandeur nature cette nouvelle génération d'armes nucléaires.

Des armes nucléaires testées en grandeur nature

L'uranium appauvri (UA) est très différent de l'uranium naturel présent dans l'environnement. C'est un déchet radioactif civils issu de l'enrichissement de l'uranium destiné aux réacteurs civils et militaires. Il contient 0,2 % d'U235 et 99,75 % d'U 238, dont la demi-vie est de 4,5 milliards d'années. On l'appelle "appauvri" parce que son activité est de 40 % de celle de l'uranium naturel (soit 3,900 Bq/g).


L'usage militaire de l'UA est un débouché pour l'industrie nucléaire qui en produit chaque année 50.000 tonnes ; les stocks mondiaux actuels sont estimés à plus de 1 million de tonnes, dont la moitié aux Etats-Unis. L'abondance de l'UA le rend très bon marché.


Mélangé à une petite quantité de titane, l'UA est un métal idéal pour fabriquer des obus en raison de sa forte densité (1,7 fois supérieure à celle du plomb) qui permet de fabriquer des obus miniaturisés destinés à transpercer les véhicules blindés, de sa grande vélocité (jusqu'à Mach 5), de sa capacité à atteindre une cible à 3.200 m (1.000 m de plus que les autres armes) et de ses propriétés pyrophoriques qui en font excellent incendiaire destructeurs d'engins blindés.



Koweit-Bassora : "l'autoroute de la mort"



TL003576


En violation avec l'article 3 de la convention de Genève qui interdit de tuer des soldats battant en retraite « la plus sanglante boucherie a commencé quand l'armée irakienne s'est retirée du Koweït » après la fin officielle du conflit. En trois jours, près d'un million d'obus à l'UA ont été tirés sur la route de Bassora. Le correspondant de Newsweek rapportait le 11 mars 1991 : "C'était un paysage d'apocalypse : nous avons rencontré des milliers de chars détruits, nous avons traversé des marais de sang. Nous avons vu des corps découpés en morceaux, des troncs à cent mètres des jambes. On avait l'impression d'être sur une autoroute à circulation bloquée. C'est la chose la plus horrible que j'ai vue de ma vie."

 

http://3.bp.blogspot.com/_dfUP8IG4Qhc/Rtg2ZsY2ewI/AAAAAAAAAFE/32gxxtVvj0M/s400/Incinerated+Iraqi+Soldier.jpg


Une ex-infirmière de l'armée US, reconnue invalide à 70 %, a rapporté avoir vu "des corps (très noirs) qui avaient littéralement fondu, brûlé dans les chars tout au long de la route… les hommes étaient comme incinérés, presque comme des scories." (citée par Benjamin, p.121)


"L'armée américaine a creusé des tranchées de 70 miles pour entasser les milliers de cadavres. Elle utilisa des bulldozers pour cette opération. C'était la technique employée par les nazis dans les camps d'extermination. Ces images n'ont jamais été montrées. Il fallait préserver l'opinion de ces visions abjectes." (Cury, p. 101)


Lou Mac Garett écrivait dans The Guardian du 13/9/91 : "Une unité a enterré vivants 650 soldats dans les tranchées. Bras et jambes dépassaient après l'ensevelissement."

 

 



Lorsque l'obus atteint sa cible, l'UA s'enflamme spontanément au contact de l'oxygène, provoquant une intense chaleur qui "vaporise" jusqu'à 70% de l'uranium. Des particules très fines d'oxyde d'uranium (moins de 5 microns de diamètre, la taille dangereuse pour les poumons) et d'un cocktail de plusieurs autres radionucléides se répandent alors dans l'atmosphère et se déposent sur le sol. Propagées dans le désert par les vents et la pluie, jusqu'à des centaines de km, elles contaminent le sable, les eaux de surface et les nappes phréatiques, la végétation, les animaux, et finalement toute la chaîne alimentaire.


L'exposition survient de trois manières : par inhalation lorsqu'il est en suspension dans l'atmosphère (ses composés se fixent alors dans les alvéoles pulmonaires d'où ils irradient pendant des années, provoquant des cancers), par ingestion par l'eau de boisson et les aliments contaminés, et lésions cutanées (il passe dans la circulation sanguine).


A la fois chimiotoxique (il provoque un empoisonnement comme les autres métaux lourds) et fortement radiotoxique, l'UA atteint principalement les reins et les poumons, mais aussi le cerveau, les organes reproducteurs, la thyroïde, les muscles, les ganglions lymphatiques et le système neurologique. Sa dangerosité dépend de sa nature physique et chimique, de l'intensité et de la durée d'exposition.


Les études effectuées en Irak par le Pr Siegwart-Horst Günther, spécialiste des maladies infectieuses et président de la Croix Jaune internationale (Autriche), ont fait apparaître un collapsus du système immunitaire avec de fortes proportions d'infections, des symptômes ressemblant à ceux du SIDA, des herpès et des zonas, des dysfonctionnements hépatiques et rénaux et des leucémies. La fixation de l'UA sur le placenta des femmes enceintes contrarie le processus de formation de l'embryon par division cellulaire, provoquant chez les nouveau-nés d'horribles malformations congénitales, dont le nombre a triplé en dix ans. Ainsi, de nombreux enfants naissent hydrocéphales ou sans tête, sans membres (phocomélie), comme les victimes de la Thalidomide dans les années 50, aveugles, ou avec des anomalies du cœur (absence d'oreillettes ou de valvules) ou des poumons.


 

http://img.over-blog.com/378x271/1/07/22/91/Anti-War-Protests/semihydrocephaly.jpg


De même que les combattants, les pays du Golfe n'avaient pas été avertis des risques de contamination radioactive. L'usage d'UA a été révélé en Grande-Bretagne par le journal The Independant, en novembre 1991, et aux Etats-Unis par le New York Times en 1993. Tous les pays de la région ont été contaminés. Le Koweït aurait dépensé 14 milliards de dollars pour décontaminer son territoire. Mais la décontamination de l'Irak est impossible en raison de l'embargo, des bombardements qui se poursuivent, et de la dispersion des éléments radioactifs sur d'immenses étendues.


Certaines régions du sud du pays accusent une augmentation de 350 % par an de cas de leucémie, de déficiences immunitaires, de cataractes et de dysfonctionnements rénaux. De nombreux enfants qui jouent avec les débris radioactifs meurent de leucémie, dont la période de latence est très courte (quelques années). Pour chaque cas de cancer des tissus comme la leucémie, les spécialistes prévoient cinq cas de cancers solides à venir dans les 10 à 30 prochaines années.


Mais il faudrait également prendre en compte l'ensemble des co-facteurs qui ont du se combiner aux effets de l'UA pour provoquer des maladies graves : autres radio-éléments libérés lors des bombardements d'installations nucléaires, gaz de combats, produits chimiques dégagés par l'incendie des usines pharmaceutiques ou de pesticides bombardées, fumées dégagées des puits de pétrole en feux…


"Promues" par la première guerre du Golfe, les armes à UA ont été utilisée en Bosnie et au Kosovo, où un biologiste anglais a prévu 10.000 morts supplémentaires au cours des prochaines années. Les obus à UA sont pourtant illégaux selon le droit international en tant qu'armes « inhumaines », causant des dommages à l'environnement et demeurant meurtrières bien après la fin des conflits (comme les mines antipersonnel). Ces armes bon marché, fabriquées à partir de déchets nucléaires et pourtant classées "conventionnelles", seraient promises à un brillant avenir. Elles sont aujourd'hui fabriquées par un nombre grandissant de pays, douze à ce jour, dont la Turquie, Israël et la France, réalise depuis 1979 des essais, dans le Lot et le Cher (en plein air).

"L'holocauste 2000"(1) : l'embargo

http://www.lewrockwell.com/latulippe/Iraqi_children_under_sanctions.jpg

 

Les conséquences de l'embargo voté le 6 août 1990 (résolution 661 des Nations Unies) sont catastrophiques. Les rapports de l'UNICEF, l'UNESCO et l'OMS, du Fonds des Nations-Unies pour l'Alimentation et du Programme alimentaire mondial convergent pour attester d'un bilan de 1.500.000 morts, dont 600.000 enfants. 6.000 personnes, dont 4.000 enfants de moins de 5 ans, meurent chaque mois de l'embargo. Conséquence de la dénutrition, du manque de soins et de la contamination de l'environnement, l'espérance de vie des hommes a baissé de 20 ans et celle des femmes de onze ans. Ces rapports font aussi état d'importants dommages psychologiques chez les enfants : les 2/3 d'entre eux ne dorment plus normalement, perdent la mémoire, font des cauchemars; ils auraient des séquelles pour la vie.


Avant la guerre, l'Irak, pays moderne, avait le système de médecine le plus avancé du Proche Orient, comptant 130 hôpitaux équipé de matériel de pointe, avec des médecins de haut niveau. Mais la coalition USA-Grande-Bretagne s'est acharnée à détruire les infrastructures vitales du pays, et à l'empêcher de les reconstruire. Les bombardements massifs des centrales électriques ont paralysé les hôpitaux, la distribution de l'eau potable, l'industrie et l'agriculture. Les centrales d'épuration des eaux, détruites volontairement par les USA, ne fournissent qu'un tiers de l'eau potable nécessaire, provoquant épidémies de choléra, d'infections rénales et de diarrhées.


La résolution 986 de l'ONU "Pétrole contre nourriture" (1996) n'a pas freiné la dégradation sanitaire, toutes les infrastructures vitales ayant été détruites. Privés de système de réfrigération dans un pays où la température à l'ombre dépasse souvent 50 °C, les denrées alimentaires et des médicaments se périment pendant les transports, et les coupures d'électricité détruisent leurs stocks. Par ailleurs, les Etats-Unis prélèvent la plus grande partie du prix de la vente du pétrole à titre de remboursement des frais de guerre des "alliés" (30 %) et des inspections de l'ONU.

 

http://www.uruknet.info/uruknet-images/4.iraq_dying_children_ans101.jpg

Photo: http://www.uruknet.info


En finir avec l'immense camp d'extermination gardé par les Etats-Unis et porter l'administration américaine devant un tribunal international pour crime contre l'humanité


Il faut exiger avec le père Jean-Marie Benjamin la démolition "de cet immense camp de concentration dans lequel le peuple irakien a été isolé du monde depuis douze ans, sans possibilité de communication avec l'extérieur", et soutenir la campagne initiée par Ramsey Clark, ancien secrétaire d'Etat américain à la Justice, visant à porter l'administration américaine devant un tribunal international pour crime contre l'humanité.


Joëlle Pénochet

 

1. L'expression est de J.M. Benjamin.

 

Principales sources


  • Jean-Marie BENJAMIN : Irak, l'apocalypse, Lausanne, Favre, 1999.
  • Patricia LATOUR, Maurice CURY, Yves VARGA : Irak, guerre, embargo mensonges et vidéo, Paris, Le temps des cerises, 1999.
  • INTERNATIONAL ACTION CENTER (IAC) : Metal of dishonor, Depleted Uranium, How the Pentagon radiates soldiers and civilians with DU weapons, New York.
  • Ramzi KYSIA : Going nuclear in Iraq, Counterpunch, 28/12/01.
  • Dr Abraham BEHAR : La double toxicité de l'uranium appauvri <www.cot81.com/uranium/ladoubletoxicite.htm>
  • Roger BELBEOCH : Syndrome des Balkans : morts de soldats, leucémies et armes à l'UA, <www.mat66.multimania.com/syndrome_balkans.htm>
  • Dan FAHEY : Depleted Uranium : a post-war disaster for environment and health, Laka foundation, 1999.
  • Ross B.MIRKARIMI : Extreme birth deformities, The environmental and human health impact of the Gulf region with special reference to Irak, The arms control research center, 1992.
  • Bruno VITALE : New crimes against humanity : The military use of depleted uranium weapons, Genève <www.xs4all.nl/stgvisie/VISIE/DUREPORT/vitale_du.html>
  • Autres articles, publiés sur les sites suivants : <www.monde-diplomatique.fr> en particulier Christine ABDELKRIM-DELANNE : Guerre du Golfe, la sale guerre propre ( 02/01), Alain GRESH : Une guerre si propre (02/01) et La muette agonie de l'Irak (7/99), <www.benjaminforiraq.org> <www.iacenter.org> <www.criirad.org> <www.obsarm.org> <www.commondreams.org>
  •  

Source: http://www.votre-sante.net/publications/irak.html


Cf. aussi Le rapport MEDACT, par Joëlle Pénochet - internationalnews (Vous et Votre Santé, février 2003)


Annexes
 


Baghdad: hopital pour enfants-Armes à l'uranium "appauvri"

http://www.globalresearch.ca/articlePictures/picture1.JPG

 

Source de l'article: http://www.votre-sante.net/publications/irak.html



Url: http://www.internationalnews.fr/article-Irak : le génocide silencieux par Joëlle Pénochet-NaN.html

Retour à l'accueil

Présentation/About this Site

  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • : Santé Documentaires Géostratégie Ecologie/Environnement Libertés publique/Big Brother Politique
  • Retour à la page d'accueil

RECHERCHER/SEARCH

STOP TAFTA !

Dossiers les plus consultés

       (Articles issus de différentes catégories) 

 Dossier Syrie

Syria war nationalturk-0238 Iran

http://grattesoleil.free.fr/images/Le%20monde%20selon%20Monsanto.jpg

Nouvel Ordre Mondial/NWO

Medias/Propaganda

 

RSS

  • Flux RSS des articles

LIENS/LINKS

 
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés