20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 05:35

Internationalnews

20 mars 2012


WSWS 17 mars 2012

 

 

Un homme sans domicile fixe dans la rue Sophokleous

Au cours de ces trois dernières années, la dévastation sociale de la Grèce a entraîné une augmentation drastique de la famine et du nombre des sans domicile fixe (SDF).

Officiellement l'on estime qu'un tiers des Grecs vit à présent sous le seuil de pauvreté mais en réalité les choses sont bien pires. Selon les statistiques nationales de l'agence ELSTAT, au début de la crise en 2010, plus de 3 millions (27,7 pour cent) sur les 11 millions d'habitants que compte la Grèce vivaient déjà au bord de la pauvreté ou de l'exclusion sociale.

Depuis, les conditions de vie de millions de gens ont considérablement empiré.

Des personnes sans abri à la station de métro Monastiraki

Le chômage de masse est à présent un phénomène permanent avec des taux officiels de 21 pour cent.

Pour la première fois, plus de 50 pour cent des jeunes sont sans emploi.

Plus de 500.000 personnes n'ont aucun revenu d'aucune sorte dans ce qui était jusque il y a quelques années un pays au niveau de vie en hausse.

La situation est si désespérée que quelque 500.000 personnes ont quitté le pays.

Avec un millier de personnes par jour  réduites au chômage et une attaque continue contre les salaires et les prestations sociales, il y a à présent une couche de la société qui ne cesse de croître, les « nouveaux SDF. »

Ce mois-ci, Christos Papatheodorou, professeur de politique sociale à l'université Democritus de Thrace, a dit à l'agence AFP que le nombre de SDF « risque d'exploser. »

Les chiffres officiels de la pauvreté cités par ELSTAT n'incluent pas les milliers de SDF en Grèce. Papatheodorou a souligné que les statistiques de l'Office statistique de l'Union européenne et des agences nationales « basent leurs chiffres sur le ménage type, c'est-à-dire des personnes ayant un toit. Et donc, l'augmentation de l'extrême pauvreté dans laquelle se trouvent les SDF n'apparaît pas dans les statistiques. »

Le Financial Times a commenté ce mois-ci: « Au fur et à mesure que la crise s'aggrave en Grèce, le tissu social donne des signes de déchirure, soulevant des questions quant à savoir quel degré d'austérité le pays peut encore supporter. Les pertes d'emplois ainsi que les réductions des droits à la retraite ont créé une nouvelle classe de pauvres urbains."

La queue devant la soupe populaire

Cette pauvreté persistante est visible partout à Athènes. Rien que l'année dernière l'on avait évalué à 20.000 le nombre de sans-abri dans la capitale grecque. Cette nouvelle armée de SDF a dû supporter l'un des hivers les plus froids de mémoire d'homme.

Une équipe de reporters du World Socialist Web Site a visité deux soupes populaires dans la ville.

Leorgia Exarchou et une autre bénévole en train de préparer un repas pour la soupe populaire assurée par l'église

Georgia Exarchou travaille comme cuisinière bénévole à la soupe populaire organisée par l'église Agia Asomaton dans la rue Thermopylon, près de la place du marché historique Agora. Elle a dit au WSWS : « Quand j'ai commencé ici en 2004, 20 à 30 personnes venaient chercher un repas par jour. Il y a un an et demi le nombre est passé à 100. Depuis il est passé à 250 par jour et parmi eux il y a de plus en plus d'enfants. »

Exarchou fait depuis huit ans du bénévolat à la cuisine qui est surtout utilisée par des Grecs autochtones. Elle travaille avec dix autres bénévoles.

Son église reçoit des grandes surfaces les excédents alimentaires et les aliments dont la date de vente est périmée. L'église organise 67 soupes populaires à Athènes. Les églises nourrissent plus de 250.000 personnes par jour partout en Grèce. « Nous ne recevons aucun soutien du gouvernement pour ce travail, » a-t-elle expliqué. « Ils ont détruit la société en Grèce. La Grèce était un pays agréable mais ils l'ont détruit. »

Elle a poursuivi en disant: « Les gens viennent ici avec un tas de problèmes. Beaucoup d'entre eux sont sans abri.La plupart d'entre eux ont des problèmes de santé. Nous les envoyons à d'autres organisations d'aide. Un grand nombre de gens ont perdu leur emploi et n'ont plus les moyens pour s'acheter de la nourriture. Ils sont incapables de trouver un emploi, ne reçoivent aucune aide financière et n'ont plus d'argent pour nourrir leur famille. »

En 1967, Exarchou était une jeune fille lorsque le régime militaire fasciste avait pris le pouvoir en Grèce. « Si ça continue comme cela, ça ira encore une fois vers une dictature de la junte, » a-t-elle averti.

Dans un bâtiment de la rue à côté, rue Sophokleous, on distribue de la nourriture surtout aux étrangers et aux demandeurs d'asile. C'est une des plus anciennes soupes populaires d'Athènes. L'un des services de repas est assuré par l'église Agia Asomaton.

Ce jour-là, quelque 200 personnes ont fait la queue pour recevoir une petite portion de riz et un morceau de poulet. Parmi les gens qui ont reçu de la nourriture il y avait de jeunes mères et leurs enfants. Peu de chaises étaient disponibles et la plupart des gens mangeaient debout dans la cour, à peine protégés de la plus battante.

Les gens mangent leur repas à la soupe populaire rue Sophokleous

Au bout d'une demi heure, tous les gens doivent quitter la cour et le reste des aliments est laissé à des dizaines de pigeons. Ceux qui venaient tout juste de prendre leur repas se sont mis à rentrer chez eux ou à marcher dans les rues en quête d'un endroit sec pour passer la nuit.

Un homme venu d'Algérie avait vécu un temps à Paris avant de venir en Grèce. « La situation sociale en Grèce est terrible, » a-t-il dit. « Ce n'est pas l'Europe, Paris c'est l'Europe, mais pas ici. » Il veut retourner en Algérie parce que là-bas ses conditions de vie étaient meilleures que de vivre dans la rue en Grèce. »

Greece Athens Street Woman

Aamen a dit qu'il était arrivé en Grèce il y a un an en provenance de l'Iran en espérant trouver une vie meilleure. « Pendant des années j'avais voulu venir en Grèce, » a-t-il dit. « Maintenant je suis là, mais il n'y a plus de meilleure vie ici. » Le gouvernement a détruit notre avenir à tous. »

A la soupe populaire, l'une des personnes sans abri a dit que c'était maintenant chose courante de voir les gens demander de la nourriture à leurs voisins. Il a dit que plus tard ce soir il y aura des SDF qui feront les poubelles sur les places principales.

En quittant la soupe populaire rue Sophokleous on a pu voir un grand nombre de SDF assis ou dormir dans les entrées d'immeubles. Un Grec plus âgé était allongé sur un lit de fortune près de la station de métro Monastiraki dans le centre d'Athènes. Il a expliqué qu'il vivait dans la rue depuis dix ans et que son revenu total était de tout juste huit euros par semaine.

« On ne voit pas les nouveaux SDF dans les endroits bien en vue comme par exemple les stations de métro parce qu'ils ont honte et préfèrent dormir dans des coins isolés » a-t-il dit. « Le nombre de SDF a tellement augmenté. La Grèce est en train de retomber dans le Moyen-Age. »

Il a besoin de soins médicaux quotidiens en raison des plaies infectées qui couvrent le bas de ses jambes et ses pieds. Jusque-là, il avait réussi à obtenir des médicaments de Médecins du monde, une organisation d'aide humanitaire non gouvernementale. Toutefois, suite à l'aggravation de la crise économique, l'accès à des traitements est devenu de plus en plus difficile. Il a dit qu'il avait reçu cette semaine une dose de médicaments plus petite que d'habitude.

(Article original paru le 14 mars 2012)

 

Titre original: La faim et le nombre de sans domicile fixe s'aggravent en Grèce

Les emphases sont d'IN

 

Sur le même sujet:

La grèce préfigure la tiers-mondialisation de l’europe

Debtocracy : gouverner par la dette (film grec vostf)

La grèce, victime des diktats de l'ue, au bord de la famine

Grèce : lettre ouverte aux peuples d’europe par mikis theodorakis

Crise grecque: goldman sachs mène l'attaque contre l'europe

 

http://www.internationalnews.fr/article-la-faim-et-le-nombre-de-sdf-s-aggravent-dramatiquement-en-grece-101989778.html

Partager cet article

Published by Internationalnews - dans Europe
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : internationalnews
  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles, sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • Contact

STOP TAFTA !

Rechercher

Dossiers les plus consultés