29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 11:28

Internationalnews

29 mai 2012

 

lagarde4

wsws 29 mai 2012
Par Stefan Steinberg

Dans une interview accordée au quotidien britannique The Guardian et et publiée vendredi, la directrice du Fonds monétaire International (FMI), Christine Lagarde, a donné libre cours à  sa haine de classe des travailleurs grecs, en les appelant des fraudeurs fiscaux et en excluant tout répit sur les mesures d'austérité qui ont dévasté le pays.

Dans cette interview, Lagarde était interrogée sur la catastrophe sociale qui a résulté des cinq années de crise économique et de mesures d'austérité dictées par le FMI et l'Union européenne. Elle a été invitée en particulier à s'exprimer sur le sort des femmes enceintes qui « n'ont pas accès à une sage-femme pour leur accouchement » des patients qui « n'obtiennent pas de médicaments qui pourraient leur sauver la vie » et sur les personnes âgées qui « mourront uniquement en raison d'un manque de soins ».

Rejetant avec mépris la souffrance et la mort causées par la politique qu'elle contribue à imposer, Lagarde a répondu : « Je pense plus aux petits enfants d'une école dans un petit village du Niger qui ont cours deux heures par jour. Je pense à eux tout le temps. Parce que j'estime qu'ils ont encore plus besoin d'aide que les gens d'Athènes. »

Les larmes de crocodile versées par Lagarde, ancienne ministre des Finances du président français, Nicolas Sarkozy, pour les enfants défavorisés d'Afrique n'ont guère de poids compte tenu du bilan quasi génocidaire de l'impérialisme français en Afrique et de ses interventions néo-coloniales entreprises par le régime Sarkozy en Côte d'Ivoire, en Libye et dans d'autres parties du continent.

La patronne du FMI a poursuivi en disant: « Puisqu'il s'agit d'Athènes, je pense aussi à tous ces gens. en Grèce qui essaient d'échapper aux taxes. »

A la question de savoir si elle pensait davantage au non-paiement des impôts qu'à « tous ceux qui luttent pour survivre sans emploi et sans services publics » Lagarde a répondu, « Je pense à eux également. Et je pense qu'ils devraient aussi tous s'aider eux-mêmes collectivement. en payant tous leurs impôts. »

L'article du Guardian poursuit: « Il semble qu'elle est essentiellement en train de dire aux Grecs et à d'autres en Europe, vous avez eu du bon temps et maintenant c'est l'heure du remboursement.'C'est juste'. Elle hoche calmement la tête. »

Lagarde, qui gagne plus d'un demi million de dollars net en tant que patronne du FMI, reflète la perspective de l'aristocratie financière qui dicte la politique en Europe et dans le monde.

En condamnant la population de la Grèce à une souffrance et à une misère inqualifiables, elle parle au nom de l'ensemble de la bourgeoisie européenne, de tous ses gouvernements nationaux ainsi que des institutions de l'Union européenne.

Son attitude du style « qu'ils mangent de la brioche » résume le dégoût et la crainte de sa classe à l'égard de la classe ouvrière partout en Europe et internationalement. Ses remarques soulignent le fait que la Grèce a été sélectionnée pour servir de niveau de référence pour une politique délibérée d'exploitation de la crise capitaliste dans le but d'effectuer une restructuration fondamentale et permanente des relations de classes. La bourgeoisie est déterminée à annihiler tous les acquis sociaux passés de la classe ouvrière et de faire passer une contre-révolution en imposant des conditions de pauvreté et d'exploitation jamais vues depuis la fin du 19ème siècle.

Suite à la défaite de Sarkozy et de l'élection le 6 mai du candidat du Parti socialiste, François Hollande lors de l'élection présidentielle, une multitude de commentaires médiatiques ont prédit que la « situation se retournait contre l'austérité en Europe » en faveur d'une stratégie de « croissance ». On sème des illusions sur le nouveau gouvernement français, notamment des politiciens tels Alexis Tsipras, le dirigeant de la Coalition de la Gauche radicale (SYRIZA) en Grèce, qui affirme que Hollande servirait de contrepoids à l'Allemagne, en donnant lieu à un assouplissement de la politique d'austérité prescrite par Berlin et approuvée par Bruxelles.

De récents événements ont montré la nullité de telles affirmations. Quelques jours à peine après l'élection présidentielle française, le nouveau ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, a accordé une interview au quotidien britannique Financial Times pour rassurer les marchés financiers en disant que Hollande était un partisan de « l'économie de l'offre » et en aucun cas un « keynésien, » autrement dit qu'on pourrait compter sur lui pour soutenir la politique d'austérité exigée par les banques.

Un jour avant le sommet de l'UE du 23 mai qui s'est tenu pour discuter de la crise européenne, Hollande a rencontré le dirigeant de PASOK, Evangelos Venizelos, qui avait joué en tant que ministre des Finances dans le gouvernement de George Papandreou un rôle crucial dans l'application de la politique d'austérité du FMI et de l'UE. La rencontre aurait été chaleureuse et amicale.

Le jour du sommet de l'UE, le Financial Times Deutschland a clairement fait savoir que la question de la « croissance » avait été abordée par le camp Hollande principalement pour des raisons de politique électorale. Le journal a écrit : « Les élections parlementaires sont prévues mi-juin en France, ce qui signifie qu'il est encore trop tôt pour que le président (Hollande)  revienne sur les positions exprimées lors de sa campagne électorale. »

En affichant les priorités qui se cachent derrière le programme de « croissance » promis par Hollande, le premier ministre français, Jean-Marc Ayrault, a réclamé la semaine dernière des changements afin de permettre à la Banque centrale européenne de prêter de l'argent directement aux pays en crise. La proposition est farouchement contrée par l'Allemagne mais soutenue par les marchés financiers et le premier ministre espagnol qui a instamment réclamé de nouvelles injections de capital dans les banques en déroute de son pays. Vendredi, les directeurs de la Bankia espagnole ont sollicité du gouvernement une aide financière supplémentaire de 19 milliards d'euros (23,8 milliards de dollars.)

Alors que le gouvernement français se prépare à rapidement abandonner ses promesses électorales, le gouvernement allemand et les banques sont en train de planifier une nouvelle offensive contre la Grèce.

Il y a une semaine, la plus grande banque allemande, Deutsche Bank, a annoncé qu'elle avait entamé des discussions au sujet d'un soi-disant « geuro » - une monnaie spéciale pour la Grèce. Selon l'économiste en chef de la Deutsche Bank, Thomas Mayer, le geuro permettrait à la Grèce de dévaluer sa propre monnaie tout en lui permettant de réduire immédiatement les salaires réels et de gagner du temps pour l'application de nouvelles « réformes » gouvernementales. Dans un discours séparé, le PDG nouvellement nommé de la banque, Jürgen Fitschen, a décrit la Grèce comme un « Etat failli. un Etat corrompu. »

La Banque centrale allemande, Bundesbank, a également pris part à la mêlée au sujet de l'avenir de la Grèce en publiant la semaine passée un papier déclarant qu'une sortie de l'euro de la Grèce serait « gérable. » Il a à présent été confirmé que tous deux, la Bundesbank et la Banque centrale européenne, sont en train d'élaborer des plans d'urgence pour une sortie de de l'euro de la Grèce - décision qui déclencherait une ruée sur les banques et une inflation drastique qui provoqueraient aussitôt des conséquences catastrophiques pour la population grecque.

Le gouvernement allemand a fait circuler des propositions pour la « restructuration » de l'économie grecque et d'autres économies en déroute. Selon un article paru dans le magazine Der Spiegel, le plan prévoit une variante de la « thérapie de choc » introduite par le gouvernement d'Allemagne de l'Ouest après l'effondrement de l'Allemagne de l'Est stalinienne (République démocratique allemande - RDA).

Le plan allemand en six points renferme davantage encore de privatisations à grande échelle, l'élimination massive de la réglementation commerciale, des « réformes » du marché du travail pour faciliter le licenciement des travailleurs et la réduction des impôts sur les sociétés.

Le plan prévoit aussi la mise en place de zones économiques et la création d'agences de privatisation identiques à celles qui ont dévasté les industries de l'ancienne RDA en condamnant de vastes régions de l'Allemagne de l'Est à un chômage élevé et à la pauvreté.

Le principal objectif du plan est d'établir partout en Europe le type de vaste secteur à bas salaire qui existe à présent en Allemagne. Le principal parti d'opposition en Allemagne, le Parti social-démocrate, a indiqué son soutien à ce projet.

Alors qu'il existe des différences significatives entre les grandes puissances capitalistes outre Atlantique et au sein de l'Europe quant à la meilleure façon de sauver les banques, il y a unanimité au sein de l'élite bourgeoise sur le fait que c'est à la classe ouvrière qu'il revient de payer le coût total de la crise.

(Article original paru le 28 mai 2012)

 

lagarde1

 Dossier

Comment goldman sachs a mis la grèce à genoux en 10 ans (vidéo)

Affaire tapie: un document accablant contre christine lagarde

La colonisation us du ministère français de l’économie par Christine Lagarde

Christine lagarde: "la pyromane devenue pompier en chef" par nicolas dupont-aignan (vidéo)

Le fmi écrase l’humanité par jean-marie harribey

Ouragan d’austérité sur l’europe, nouvelle proie du fmi

Islande : le peuple a fait démissionner un gouvernement, nationaliser les banques et annuler la dette

Le fmi attaque l’europe

Quand le fmi fabrique la misère (documentaire, 46' 05) + dossier fmi

Le fmi : une institution antidémocratique qui impose la régression sociale éric toussaint

Le renforcement du fmi et de la banque mondiale menace les peuples du sud et du nord

La grèce préfigure la tiers-mondialisation de l’europe

Europe: pourquoi il faut annuler la dette illégitime par damien millet et eric toussaint

Debtocracy : gouverner par la dette (film grec vostf)

Fmi - pourquoi un audit de la dette en grèce ?

Grèce : lettre ouverte aux peuples d’europe par mikis theodorakis

La grèce, victime des diktats de l'ue, au bord de la famine

Grèce: la faim et le nombre de sdf progressent dramatiquement

Mikis theodorakis: la crise grecque a été fabriquée par le fmi et les etats-unis!

Grèce: mikis théodorakis appelle à la résistance

Des réseaux financiers criminels pilotent la crise de l’euro

Haïti. : les plans du fmi ont été meurtriers par jean ziegler

Les naufragés de la "crise mondiale" préfabriquée par le fmi, l'omc and co (reportage)

Comment l'argentine s'est redressée dix ans après sa faillite

Après son refus de payer sa dette, l’islande fera le triple de la croissance de l’ue en 2012

Dette publique: grèce et islande : 2 visions de la démocratie

Dossier crise économique, la grèce, l'euro et les banskters

Vidéos des émeutes en grèce/video of greek riots 

 Crise grecque: goldman sachs mène l'attaque contre l'europe

La crise grecque n'est qu'un début

"crise" de la dette publique: et si on ne remboursait pas? (débat)

Après son refus de payer sa dette, l’islande fera le triple de la croissance de l’ue en 2012

 

http://www.internationalnews.fr/article-lagarde-patronne-du-fmi-c-esat-l-heure-de-rembourser-pour-les-travailleurs-grecs-106085013.html

Partager cet article

Published by Internationalnews - dans Europe
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : internationalnews
  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles, sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • Contact

STOP TAFTA !

Rechercher

Dossiers les plus consultés