10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 21:55

Internationalnews    

 

77b4ea7c-2670-4923-b5c3-cb724633cfa2.jpg

La directrice générale de l'Unesco Irina Bokova a demandé aux forces militaires engagées en Libye "d'épargner le patrimoine culturel", a indiqué l'agence de l'ONU pour la science, la culture et l'éducation, dans un communiqué, "en respectant la Convention de la Haye de 1954 pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé et ses protocoles (1954 et 1999) et de faire en sorte que les sites culturels ne soient pas visés par les opérations militaires".
Elle a ajouté: " Du point de vue du patrimoine culturel, la Lybie est importante pour l'humanité entière". La Libye a cinq sites inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco:

l'ancienne ville de Ghadamès, les sites rupestres de Tadrart Acacus et les sites archéologiques de Cyrène, de Leptis Magna, et de Sabratha.



Nous avons tous en mémoire les exactions et les destructions commises par les envahisseurs incultes en l'Iraq:

 


Unesco- Embellie et agrandie par Septime Sévère, enfant du pays devenu empereur, Leptis Magna était l'une des plus belles villes de l'Empire romain, avec ses grands monuments publics, son port artificiel, son marché, ses entrepôts, ses ateliers et ses quartiers d'habitation.

Autres langues: Anglais Français Arabe Chinois Russe Espagnol
Suite de l'article après les vidéos


 Leptis Magna représente une réalisation artistique unique dans le domaine de l'urbanisme. La ville a joué, avec Cyrène, un rôle majeur dans le mouvement de retour à l'Antiquité et dans l'élaboration de l'esthétique néoclassique.

Le port phénicien de Lpgy, fondé au début du Ier millénaire av. J.-C., a d'abord été habité par les Garamantes. La ville, qui faisait partie du domaine de Carthage, passa sous le contrôle éphémère de Masinissa, roi de Numidie. Les Romains, qui y avaient installé une garnison au cours de la guerre contre Jugurtha, l'incorporèrent en 46 av. J.-C. dans la province romaine d'Afrique, en lui conférant en même temps une certaine forme d'autonomie.

Bien que Leptis Magna (latinisation du nom phénicien de la ville) eût été comparable aux autres places commerciales phéniciennes du rivage des Syrtes, comme Sabratha, elle connut un développement remarquable après l'accession au trône impérial de Septime Sévère, en 193 apr. J.-C. Grâce à lui, la nouvelle Leptis devint l'une des plus belles villes du monde romain, et elle demeure aujourd'hui l'un des meilleurs exemples de planification urbaine sévérienne.

Leptis fut ensuite soumise aux mêmes vicissitudes que les cités côtières d'Afrique. Pillée à partir du IVe siècle et reconquise par les Byzantins, qui la transformèrent en une forteresse, elle succomba définitivement à la seconde vague des invasions arabes, celle des Hilaliens, au XIe siècle. Ensevelie sous les sables, la ville n'a été que partiellement dégagée, secteur par secteur, au cours d'une longue exploration archéologique.

Construite durant les règnes d'Auguste et de Tibère, Leptis fut entièrement remodelée selon un projet très ambitieux sous les empereurs sévériens, et présente tous les principaux monuments de cette époque. Le forum, la basilique et l'arc de triomphe sévérien sont parmi les exemples majeurs du nouvel art romain, profondément influencé par les traditions africaine et orientale.

Les sculptures, celles de la basilique sévérienne, demeurées in situ, et celles de l'arc sévérien, au musée de Tripoli, innovent par la définition linéaire de leurs formes, la sécheresse de leurs contours, le découpage anguleux de leurs volumes : toute une esthétique conçue en fonction du soleil éblouissant de l'Afrique.

L'ancien port, avec son bassin artificiel de près de 102 000 m2, existe encore avec ses quais, ses môles, ses fortifications, ses entrepôts et ses temples. Creusé sous Néron, et réorganisé sous Septime Sévère, c'est l'un des chefs-d'œuvre de la technologie romaine, avec sa digue et son canal destinés à réguler le cours de l'ouadi Lebda, le périlleux torrent qui se déverse à l'ouest dans la Méditerranée. Le marché, élément essentiel de la vie quotidienne d'un grand centre de commerce, avec son arc votif, ses portiques et ses boutiques, est en grande partie conservé ; l'édifice, qui remonte à la période augustéenne, a été transformé et embelli sous Septime Sévère.

Entrepôts et ateliers attestent aussi l'activité commerciale et industrielle d'une ville dont les grands monuments prestigieux, arches et portes, premier forum et forum sévérien, temples, thermes, théâtre, cirque et amphithéâtre, occupent seulement une très petite part de l'aire urbanisée.

Source : UNESCO

 

Sur le même sujet:

Leptis Magna en Libye, site du patrimoine mondial

 

Url de cet article:

http://www.internationalnews.fr/article-leptis-magna-rome-en-afrique-documentaire-75874029.html

Partager cet article

Published by Internationalnews - dans Histoire-History-Archeologie
commenter cet article

commentaires

anaconda 31/08/2011 22:39



CE QUE HITLER n'a pas fait . LONU l'a fait pour le peuple Lybien .


Détruire 1400 ans av JC  pour essayer ses bombes à l'uranium apauvri


chercher l'erreur ?


VIVE LA Lybie et aussi vive Mr KADAFI  qui mort ou fif rentrera dans les livres d'histoire .


Seul contre toute une armée de voyoux ,il ne pouvais pas gagné


MAIS ATTENDONS LA SUITE EN FRANCE ET  DANS D'AUTRES PAYS


Il y a encore des bombes a essayer !!!


faut bien faire travailler certain amis armateurs  et les banhsters de tous bords



Internationalnews 31/08/2011 22:59



L'un des objectifs est de faire table rase de notre Histoire...



Présentation

  • : internationalnews
  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles, sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • Contact

STOP TAFTA !

Rechercher

Dossiers les plus consultés