25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 07:10
link
ImaginaScience

Imaginez un papillon (de nuit) à qui on aurait implanté une puce électronique depuis sa présence dans le cocon. On serait alors capable de contrôler à distance ce papillon cyborg et lui demander de réaliser des missions d'espionnage.


On peut carrément parler de papillons cyborgs car on met littéralement de la chair autour de composants électroniques.

Vidéo : Mouche dans un simulateur virtuel (Frye lab)

La technologie sera insérée alors que l'insecte n'est encore une larve et l'insecte grandira AUTOUR des composants électroniques.


L'avantage de l'insecte cyborg par rapport à l'insecte robot, c'est que ce premier se dirige et vole déjà très bien ! La Nature a mis des millions d'années d' "études" pour arriver à cela !


Tout cela a l'air de Science Fiction mais l'armée américaine compte bien avoir à sa disposition de telles technologies dans un futur très proche.


A ce moment là, il est possible d'imaginer que des troupes américaines lancent un papillon cyborg dans les collines d'une région où se cacheraient des terroristes.


Ce papillon cyborg comprend donc un circuit électronique qui permet de piloter tout le système nerveux à distance. On peut faire atterrir ce papillon dans le camp des terroristes sans éveiller les soupçons et transmettre des vidéos et autres informations aux "pilotes" de ce papillon : l'espion parfait !


La création d'insectes qui pourraient se constituer autour des composants électroniques, de véritables cyborgs tels que décrits par la Science-Fiction, est un des projets innovants les plus ambitieux en développement actuellement sous l'initiative du DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency).


Un des directeurs de recherche du MIT et impliqué dans ce projet déclare que la robotique est le nouvel axe majeur pour la recherche militaire américaine et que les MEMS(Micro-Electro Mechanical Systems) du DARPA seront une des principales technologies déployées en zone de combat bientôt.


Le programme se nomme d'ailleurs Hybrid Insect Micro-Electro-Mechanical Systems, ou, en plus court, HI-MEMS .


Ce type de projets ont l'air impressionnants vu d'ici mais les coûts sont en réalité bien moindre que cela n'a été pour une arme comme la bombe nucléaire.


Les papillons sont des créatures qui nécessitent peu de nourriture et peuvent voler dans de nombreux environnements. L'utilisation des abeilles pour détecter des mines est déjà courante.


On a aussi effectué de nombreux essais de pilotage des rats et de cafards récemment mais c'est la première fois qu'on pense à injecter une puce pour que l'insecte se développe autour.


On pense ainsi que les militaires américains souhaitent que de plus en plus de systèmes semi-autonomes appuient les troupes : ces systèmes pourront même à terme faire feu !


Le contrôle de l'insecte s'appuiera sur des excitations électriques musculaires ou des neurones.


Terminator is back ! 

Des cyborg - mites pourront aller grignoter les chemises des terroristes d'Al Quaida !

On pourra également présenter des indices visuels artificiels (on fixera un genre de lunettes à projection 2D !) aux yeux de l'insecte afin de le diriger vers la direction voulue ; un peu comme dans la vidéo ci-contre qui est une sorte de simulateur pour mouche : on présente de forts contrastes sous formes de lignes claires et sombres à la mouche et cela simule ce qu'elle voit habituellement lorsqu'elle vole et évite les objets. Toutes sortes de moyens d'interactions pour le pilotage de l'insecte vont être testées : GPS, flux à ultrasons et j'en passe...


L'armée pense même qu'on devrait revoir la convention de Genève afin d'inclure des clauses de régulation de ce type de systèmes jamais vus.


Les débats sur les cellules souches seront alors du "pipi de chat" en comparaison avec ceux qui se fonderont sur la distinction entre les créatures (humains compris) et les machines ! Le directeur de recherche précise :


L'ère de l'ingénierie biologique est en train d'arriver. Il y a déjà 100 000 personnes qui ont des implants cochlaires (neuroprothèses auditives) qui ne sont que des interfaces neuronales directes (basiques) et on commence à implanter des puces dans les rétines pour combattre la dégénération maculaire. Dés 2012, les athlètes des jeux olympiques seront en mesure d'avoir des systèmes d'aide à l'arrivée d'oxygène.


Il continue : Il y aura donc de plus en plus de technologies incrustés dans nos corps : faut-il essayer d'empêcher cela ? De nombreux débats moraux auront bientôt lieu.


Au passage, une autre système de la même veine est développé par le programme "Future Combat Systems" : il s'agit d'un petit (13,6 kg) robot nommé SUGV qui pourrait être déployé par des troupes pour estimer la menace dans un environnement urbain. Ce robot (voir vidéo en bas de l'actu) fait moins d'un mètre carré et peut survivre à une chute de 10 mètre sur le béton !


Le robot possède une tête comportant différentes caméras (dont infra-rouge) et un capteur audio innovant : il envoie les informations reçues à une unité de commande plus loin. Ce robot peut aussi "nager".

 


10 juillet 2007

 

http://www.imaginascience.com

http://www.internationalnews.fr/article-papillons-cyborgs-insectes-espions-40002436.html


Sur le même sujet:http://technology.timesonline.co.uk/tol/news/tech_and_web/article1831494.ece

http://www.science.gouv.fr/fr/actualites/bdd/res/3385/l-insecte-cyborg-mi-coleoptere-mi-machine/

Des insectes cyborgs/Cyborg insects (videos) - No Comment...

Robot avec un cerveau de rat/Robot with a rat brain (video)

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : internationalnews
  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles, sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • Contact

STOP TAFTA !

Rechercher

Dossiers les plus consultés