8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 21:21

iNTERNATIONALNEWS

 

INFOSYRIE 

le 1 octobre 2012 

Une vue d’une partie des souks : les commerçants désignent clairement les rebelles comme incendiaires

Un nouveau charnier a été découvert dans le gouvernorat de Homs, près du bastion rebelle d’al-Qusayr (sud-ouest de Homs) : des civils dont certains portent des traces de tortures ; certains cadavres sont même décapités. Les deux camps se rejettent, comme toujours, la responsabilité, mais cette pratique de la décapitation nous parait étrangère aux moeurs de l’armée syrienne. Sana donne le chiffre de 17 cadavres, et dit qu’une bande rebelle a attaqué à l’aube du 30 septembre le village de Haidariya, à quelques kilomètres au sud-est d’al-Qusayr, au mortier et à l’arme automatique : c’est alors que les habitants auraient été tués ; d’autres ont été enlevés.

 
http://www.facebook.com/media/set/?set=a.477603262259738.107805.279535285399871

 

-Alep :

Le correspondant de l’AFP a constaté lundi matin de violents affrontements autour des souks de la Vieille ville, ravagés par un incendie allumé par les rebelles. Au sujet de cet incendie, les médias français ont soigneusement évité d’en désigner les auteurs, ce qui vaut de leur part reconnaissance de  la responsabilité des insurgés.

D’ailleurs, ce lundi, un article de l’AFP la suggère fortement : le correspondant a interrogé les marchands du souk, qui disent qu’il n’y a pas de soldats à l’intérieur du marché, seulement des rebelles : « Les soldats tirent à partir de barrages positionnés à l’extérieur des souks » écrit l’AFP. Selon un commerçant interrogé par l’AFP, l’incendie qui a duré de vendredi à samedi a détruit entièrement cinq de la quarantaine de marchés plus ou moins spécialisés constituant le souk d’Alep. le quel regroupait 1 550 échoppes.

La France a condamné la destruction d’une partie du souk, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO ; elle n’a pas condamné les évidents responsables de la chose.

Sur un plan militaire, l’OSDH évoque ce lundi de violents combats à Sakhour (est de la ville) mais aussi à Salaheddine (sud-ouest). Dans ce dernier cas, il nous semble que c’est à dessein que l’OSDH jette ce nom dans ces communiqués : il s’agit de faire croire que l’ASL, sur la défensive dans l’ensemble de la ville, est parvenue à reprendre pied symboliquement dans son premier bastion, dont elle a été chassée voici un bon mois.

L’officine de propagande londonienne de la rébellion annonce encore la mort de deux « civils« , des « dizaines » d’autres étant blessés, victimes de la chute d’un obus de mortier gouvernemental devant une mosquée ; là encore, c’est de l’information « piégée » : après des semaines de combats à Hanano, on doute fortement que des civils baguenaudent devant une mosquée, en zone de combat ; et l’on oublie pas la fâcheuse tendance qu’a l’OSDH de faire des combattants abattus d’innocentes victimes du pilonnage aveugle des forces gouvernementales.

L’agence syrienne Sana rend compte, dimanche soir et ce lundi, de frappes et d’attaques contre des concentrations rebelles à Hanano, Chaar (est, au sud de Sakhour), Bab al-Hadid (centre, à l’est de la Vieille ville) et Qadi Haskar (centre, au sud de Bab al-Hadid) ; dans ce dernier quartier, trois pick-up à mitrailleuse lourde, et trois véhicules de transport rebelles ont encore été détruits.

Dans la région d’Alep, une troupe rebelle a été diminuée par une attaque de l’armée à Dana.

En illustration, quelques vidéo, filmées côté rebelles, qui restituent assez bien l’ambiance, et illustrent les déboires sanglants rencontrés par les rebelles d’Alep ; d’abord l’effet d’un obus de mortier sur une bande :

http://www.liveleak.com/view?i=dc3_1348990686

Ensuite, sur le même thème, deux vidéos qui semblent se compléter sur le registre « avant, après »

http://www.liveleak.com/view?i=1ca_1348991178

http://www.liveleak.com/view?i=528_1348991435

 -Damas :

Un hôpital de campagne a été découvert dans la mosquée Akl de Harasta, petite vile d la grande banlieue nord-est de Damas ; des explosifs ont été également découverts en grand nombre dans des fermes de la ville.

 

-Homs :

Dans la région nord-ouest de la ville, au village de Saamalil près de Houla, des dizaines d’insurgés ont été tués ou blessés dans des combats avec l’armée.

 

-Idleb :

Un accrochage a eu lieu dans la petite ville de Salqine (25 kilomètres au nord-ouest d’Idleb, sur la frontière turque) :un groupe, attaqué dans les faubourgs de la ville, a été poursuivi  dans la campagne environnante ; Sana assure que des dizaines de membres de cette bande ont ainsi été tués, l’armée ne perdant qu’un homme. Bilan peu plausible ? Un groupe poursuivi est forcément plus vulnérable que s’il était embusqué ; disons que les insurgés ont subi des pertes sensibles à Salqine, plus sensibles que celles des forces gouvernementales.

L’OSDH affirme qu’ »au moins douze civils », dont des enfants, ont été tués à Salqine par de missiles tirés par un avion de combat, et une vidéo montre de corps calcinés ; là, disons que la chose est malheureusement possible, les rebelles combattant au milieu des civils qui n’ont pas voulu, ou pas pu, quitter leur logis.

 

-Deir Ezzor :

Un groupe ASL a été touché sévèrement par un bombardement de l’armée syrienne à Deir Ezzor, il y aurait beaucoup de pertes :

http://www.youtube.com/watch?v=WCrtSYR5xw4

Et voici le « faire part » Facebook d’un autre chefaillon ASL, Abou Jawish  tué lui aussi ces dernières 48 heures à Deir :

http://www.facebook.com/photo.php?fbid=351989728226993

Toujours à Deir Ezzor, un leader de l’ASL, le déserteur Ayish Abdallah, a été tué samedi dans une opération de l’armée Syrienne, et beaucoup d’autres responsables rebelles auraient été éliminés dans cette opération :

 

Contre qui les soldats syriens combattent…

Une vidéo de la rébellion : à grand renfort de rafales et d’« Allah akbar !« , une bande rebelle assiège un petit poste gouvernemental, dans une région déserte près de la ville fantôme de Quneitra, dans la partie en principe démilitarisée du plateau du Golan, Les gouvernementaux, apparemment des para-militaires vêtus d’effets civils, inférieurs en nombre, finissent par se rendre : ils sont frappés et quatre ou cinq d’entre eux sont contraints de s’allonger face contre sol ; un au moins est exécuté d’une rafale. On constate que la rébellion s’adosse en quelque sorte littéralement à l’Etat d’Israël pour attaquer le territoire syrien…

http://www.liveleak.com/view?i=d60_1348614412

Dans la deuxième partie de la vidéo, les insurgés exhibent les survivants de l’attaque, contraints de se présenter. On peut concevoir le plus grandes craintes pour la « suite des opérations », la jurisprudence rebelle pour les prisonniers s’inspirant assez peu des conventions de Genève.

http://www.liveleak.com/view?i=324_1348959304

 

Url de cet article:


http://www.internationalnews.fr/article-souk-d-alep-la-france-condamne-l-incendie-pas-les-incendiaires-111009956.html

Partager cet article

Published by Internationalnews
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : internationalnews
  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles, sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • Contact

STOP TAFTA !

Rechercher

Dossiers les plus consultés