13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 15:43

Internationalnews

Marianne

Qu’est-ce que la dette publique ? D’où vient-elle ? A qui profite-t-elle ? Et comment peut-on vraiment la résorber ? A l’heure des grandes cures d’austérité, le Collectif pour un audit citoyen de la dette publique (CAC), qui rassemble des associations militantes, publie aujourd’hui un diagnostic précis de la dette française. Thomas Coutrot, économiste et porte-parole d’Attac France, qui a participé à la rédaction de ce rapport, nous éclaire sur cette dette qui sert parfois de prétexte aux pires décisions politiques...

 

 

Pour tout savoir sur le CAC et les associations qui en sont membres, cliquez ici.
Pour consulter l'audit de la dette publique française, cliquez ici ou téléchargez-le en cliquant sur le lien ci-dessous.


audit___que_faire_de_la_dette.pdf Audit - Que faire de la dette.pdf  (498.97 Ko)

 

La dette publique: comment les banques privées s’enrichissent sur le dos des citoyens

Dette: « et si on arrêtait de payer ! » (+ vidéo)

Responsable de la dette publique de la france: la loi giscard-pompidou de 1973

L'argent dette: entretien avec etienne chouard (vidéo)

Dette publique: grèce et islande : 2 visions de la démocratie

Spéculation: l’espagne a déjà remboursé trois fois sa dette !

"crise" de la dette publique: et si on ne remboursait pas? (débat)

Le salaire de la dette (documentaire d'arte)

La dette française s'accroît au rythme de 3 000 euros par seconde (vidéo)

Debtocracy : gouverner par la dette (film grec vostf)

En finir avec le chantage de la dette publique !

Après son refus de payer sa dette, l’islande fera le triple de la croissance de l’ue en 2012

Islande : le peuple a fait démissionner un gouvernement, nationaliser les banques et annuler la dette

Révolution pacifique en islande (vidéo, 6')

La dette française va exploser tous les records en 2014

Dette publique: grèce et islande : 2 visions de la démocratie

Europe: pourquoi il faut annuler la dette illégitime par damien millet et eric toussaint

François hollande et la dette publique ! Accablant ! (vidéo)

L'argent - dette film (money as debt) de paul grignon (52mn, vf)

Dette publique : un vrai hold-up ! (17')

L'argent dette ii : promesses chimériques (documentaire, 2010, 1h 30)

 

 

http://www.internationalnews.fr/article-thomas-coutrot-59-de-la-dette-publique-est-illegitime-123896816.html

Partager cet article

Published by Internationalnews - dans France
commenter cet article

commentaires

Nicolas Jaisson 14/06/2014 21:06


Il me semble que le CAC omet un point fondamental dans votre analyse de la dette française qui serait remboursée par la croissance, c'est-à-dire par les rentrées fiscales, alors que au contraire
dans le système actuel de financement des dépenses budgétaires, il n'en est rien. En effet l'avantage de faire financer le budget en émettant des titres de dette est justement de s'affranchir des
recettes, dans la mesure où la dette est remboursée par la dette. Il est donc faux de prétendre que le budget de l'Etat aurait été obéré par le remboursement des intérêts cumulés, dans la mesure
où le trading des titres de dette par l'agence France Trésor permet de jouer sur les différences de taux d'intérêt entre les compartiments de dette, pour compenser l'augmentation éventuelle des
taux par des prises de position de couverture adéquate sur le second marché. Ces pratiques sont courantes dans les banques commerciales qui tradent leurs portefeuilles obligataires. Il en va de
même pour l'agence France Trésor qui ajuste ses besoins de financement en fonction de l'évolution des taux d'intérêt et sait se couvrir sur les marchés pour éviter "l'effet boule de neige" que
vous évoquez dans votre exposé. 



Par ailleurs, vous omettez de parler du mouvement des délocalisations qui a fait fuir les entreprises françaises du marché national pour s'implanter sur les marchés plus prometteurs en termes de
bénéfices et de productivité. Or il me semble que ce phénomène de fuite de la "base fiscale" est fondamental pour comprendre pourquoi l'Etat français s'est détourné d'un modèle budgétaire financé
par des recettes fiscales, en chute libre du fait de l'exil des entreprises parmi les plus performantes, pour s'orienter vers un financement par la dette de marché présentant l'avantage insigne
par rapport au financement par la banque centrale de faire refinancer la dette par la dette et ce parfois avec profit, comme expliqué plus haut, voire à des taux négatifs! 


Donc il me paraît exagéré d'expliquer la baisse des recettes budgétaires par les "cadeaux fiscaux" qui son plus une conséquence que la cause du phénomène d'évaporation de la base fiscale
entrepreneuriale. Disons que l'Etat français a dû faire des concessions fiscales, en contrepartie de l'implantation sur le territoire national d'entreprises étrangères, sous peine de voir
disparaître complètement le secteur industriel déjà amplement vidé par la fuite des entreprises nationales du fait justement d'une fiscalité prohibitive. 



Il est symptomatique que vous n'évoquiez même pas la hausse continue du nombre de fonctionnaires, du fait notamment de la régionalisation et de l'extension du "mille-feuilles administratif"
français qui n'a pas arrêté de s'épaissir depuis les années quatre-vingt, alors même que la France renonçait à la plupart de ses compétences régaliennes au profit de l'Europe de Bruxelles. Si
réellement la France avait consenti les efforts de productivité auxquels elle s'était engagée de par le Traité de Maastricht et suivants, elle aurait dû réduire logiquement le nombre de
fonctionnaires qui ne pouvaient être financés autrement que par la dette. Si l'Etat vit à crédit plus de sept mois par an, ce n'est certes pas la faute des banques qui achètent cette dette pour
la transformer en moyens de financement privés, mais parce que l'Etat n'a pas su ajuster l'augmentation de ses dépenses à l'évolution des recettes. 



Et comment en serait-il autrement, puisque l'Etat a fait la choix d'édifier une société de type socialiste financée par la dette, alias politique de "redistribution" des revenus privés
transformés en dette publique remboursable marginalement par l'impôt, et non d'une société libérale favorable au travail et à la libre entreprise qui aurait permis de financer un budget en
diminution par les rentrées fiscales en augmentation du fait de l'accroissement de la richesse créée par le travail et non par la dette, comme le fait le secteur public où les salaires sont payés
par la dette! Naturellement vous n'évoquez pas ce choix de société délibéré effectué par les idéologues au pouvoir depuis 1981, qui ont multiplié les dépenses, à mesure que s'accroissaient les
pouvoirs d'intervention de l'Etat, du fait d'une réglementation pléthorique (santé, éducation, énergie, industries subventionnées comme l'automobile, l'agriculture, la défense, j'en passe et des
meilleurs). Il y a donc beaucoup de lacunes dans votre exposé, qui nuisent grandement à sa crédibilité.

Internationalnews 25/06/2014 08:03


Merci de cette analyse. Nous répondrons plus longuement prochainement Cordialement


Présentation

  • : internationalnews
  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles, sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • Contact

STOP TAFTA !

Rechercher

Dossiers les plus consultés