26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 05:16

Internationalnews

26 mars 2013

 

Rien ne représente mieux le mouvement environnementaliste kidnappé par le monde entrepreneurial que cette escroquerie éhontée qu’est « Une heure pour la planète ». Une fois par an, nous sommes bombardés dans le monde entier, par une campagne de publicité destinée à nous faire « sentir bien » sur toutes les radios, réseaux de télévisions, panneaux d’affichage, journaux, magazines et tout autre moyen possible et imaginable pour promouvoir un évènement consistant à fermer la lumière pendant une heure par an, pour « prendre position contre le changement climatique »

 

Image : Ce qu’Al Gore ne vous dit pas : le CO2 était 1000 fois plus élevés durant la période du Crétacé et le niveau de l’eau était si élevé que l’Amérique du Nord avait une mer intérieure. L’Antarctique était couvert de forêts tempérées et de dinosaures.

 

 

 

Video: Corbett Report

 

La science n’a pas réussi à prouver que le changement climatique anthropique se produit réellement, à tel point que certains de ses promoteurs, comme par exemple John Holdren de la Maison-Blanche, ont rebaptisé le « réchauffement planétaire » en « changement climatique » puis en une nouvelle version plus ambigüe, la « perturbation climatique ». Toutefois les preuves suggèrent que les « scientifiques » qui vendent cette théorie ont trompé le public à maintes reprises. Il convient de noter que John Holdren est une créature du Belfer Center de Havard, nommé en l’honneur du magnat corrompu du pétrole Robert Belfer. La plupart des politiques issues du Centre Belfer, se retrouve devant des délégués assistant aux sommets très inefficaces et frauduleux sur le changement climatique, comme ceux s’étant tenus récemment à Copenhague et Cancun.

 

Si l’on regarde de plus près les entreprises parrainant « Une heure pour la planète » ou même les commanditaires du World Wild Fund (WWF),(incluant des entreprises figurant sur la liste du Fortune 500 page 24, pdf, et ici) ou la myriade de banksters et de pétroliers qui dirigent les centres de politique du climat comme le Centre Belfer, il faut comprendre que non seulement les gros intérêts pétroliers et le reste des entreprises polluant la planète ont détourné le mouvement environnementaliste ainsi qu’une multitude d’activistes bien intentionnés, mais que ces intérêts corporatistes l’utilise désormais pour souiller davantage la planète et sa population avec une justification morale.

 

Pouvons-nous nous attendre à autre chose de la part d’une aussi grande organisation ayant autant d’affiliations entrepreneuriales?

 

Les solutions proposées pour résoudre ces problèmes impliquent bien sûr de plus grandes consolidations de pouvoir entre les mains de gouvernements, les solutions étant la taxe sur le carbone payée directement aux banquiers, des lois et règlementations et règlementations, et des lois, qui ne peuvent être suivies que seules des entreprises puissantes peuvent se permettre, éliminant ainsi la concurrence, ainsi qu’une liste de solutions inefficaces qui ne font que donner plus de pouvoir à ces mêmes entreprises à l’origine des dommages environnementaux, dommages réels et vérifiables.

L’horloge du carbone de la Deutsche Bank

 

Qu’en est-il des véritables dangers pour l’environnement? Qu’en est-il de l’industrie nucléaire débridée, de l’uranium appauvri répandu dans les théâtres de guerre toujours plus nombreux où s’engage l’Occident en expansion permanente, des plantes et des animaux génétiquement modifiés qui déplacent et altèrent les espèces naturelles qui habitent cette planète? Et que dire de la méga-industrie agroalimentaire inefficace, avec sa logistique volumineuse et ses quantités faramineuses de produits dérivés du pétrole, des herbicides toxiques et des pesticides largués dans notre nourriture par des entreprises comme Monsanto, du libre-échange entraînant l’utilisation de tonnes carburant diesel pour transporter des babioles en plastique des usines chinoises aux rives américaines et la liste est infinie.

 

En général, les véritables solutions n’impliquent pas les entreprises ou les gouvernements. En réalité, il est plutôt nécessaire de les exclure. Nous devrions tous pouvoir nous entendre sur le mariage entre les intérêts des entreprises et les règlementations gouvernementales, peu importe notre allégeance politique.

 

Les véritables solutions impliquent une véritable éducation dans les domaines scientifique, technologique, du design et de la fabrication. Cela donne du pouvoir aux personnes à tous les niveaux de la société, afin qu’elles évaluent précisément les problèmes et appliquent des solutions localement. Combiné aux technologies modernes de production, cela permet d’en faire davantage au niveau local, court-circuitant ainsi les chaînes logistiques intensives des pétroliers sans lesquels les commanditaires du WWF comme Walmart ne pourraient vivre.

 

L’agriculture bio à un niveau local conjuguée aux marchés des fermiers locaux élimine totalement la nécessité des poisons, des engrais et des cultures Frankenstein génétiquement modifiées de Monsanto, et remplace les réseaux logistiques de distribution de l’agroalimentaire consommant d’énormes quantité de pétrole.

 

En fait, lorsqu’on y pense, presque toutes ces véritables solutions impliquent l’action locale et communautaire. Elles ne nécessitent pas de politique, de taxe ou de règlementations, mais plutôt de la technologie, de l’éducation et des solutions techniques constructives et pragmatiques, qui rendraient non seulement notre environnement, mais aussi nos économies locales et nos communautés plus habitable et autosuffisantes. L’attrape c’est que, vous l’aurez noté, aucune de ces activités ne nécessite de commanditaires, comme ceux du WWF, c’est-à-dire Walmart, Nike, IBM, Toyota, Bank of America, Coca-Cola, HSBC, Citigroup, IKEA, Nokia etc. Et voilà pourquoi ce n’est pas mis en pratique.

Peut-on logiquement voir pourquoi les vrais problèmes et leurs solutions se font pirater par des conglomérats comme le WWF? Est-il sensé de les voir offrir des solutions « alternatives », centralisées et dépendantes des entreprises remplaçant l’activisme local?

 

Enquêtez vous même au sujet du WWF et des ses commanditaires commerciaux et vous verrez combien d’entre eux sont sur cette liste, « Naming Names », qui expose les entreprises et les intérêts spécifiques qui nous maintiennent en état de guerre perpétuelle et au bord de la ruine financière.

 

Pouvons-nous honnêtement penser que ces entreprises se préoccupent de la gestion responsable de la planète? Se soucient-elles des gens? Se soucient-elles de l’environnement? Ne sont-elles pas au centre des plus horribles scandales, atrocités et guerres de notre époque? Si vous vous préoccupez de votre environnement, alors faites vous une faveur : gardez vos lumière allumée pendant la prochaine « heure pour la planète », et lisez un peu sur la façon dont vous pouvez acquérir du pouvoir, pour vous et votre communauté et devenir indépendants de ces entreprises avides de pétrole, ravageant le monde faisant la promotion de leur version de « l’environnementalisme » par le biais d’organisations piratées comme le WWF. Elles ont créé une religion à leur image, malthusienne, misanthrope, prêtant obéissance servile à une gouvernance mondiale « promettant » d’arranger les problèmes qu’elles ont elles-mêmes créés.

 

Soyons plus intelligent et regardons au-delà de coup de relation publique que constitue cette campagne d’« Une heure pour la planète » et cherchons des solutions locales. Pensons et agissons localement. Vous connaissez les problèmes de votre localité et vous savez fort probablement comment les arranger. Vous et vos voisins pouvez surtout comprendre que cela est dans votre meilleur intérêt et vous n’avez pas besoin de charlatans comme Al Gore pour vous tenir la main en lui payant des taxes sur le carbone.

 

Pour en savoir plus sur des solutions réelles qui ne promeuvent pas seulement la liberté, mais nous donnent des outils pour créer des solutions technologiques locales plus efficaces et plus propres, veuillez consulter ces liens (en anglais) :


Decentralize Big-Retail

Self-Sufficiency

Alternative Economics

The Lost Key to Real Revolution

Boycott the Globalists

Tony Cartalucci

Article original:

http://landdestroyer.blogspot.jp/2013/03/earth-hour-2013-still-despicable-hoax.html

Traduction : Mondialisation.ca

 

Sur le même sujet:

 

Changement climatique - Une sélection d'articles et de vidéos

Greenpeace, le WWF, et « Les Amis de la Terre » financés par ceux qu’ils dénoncent! (+ mini dossier)

Crédits-carbone: un marché climatique qui génère des revenus à partir de l’air du temps!

Taxe carbone : un cadeau de 2 milliards d’euros par an pour les entreprises les plus polluantes

L’imposture écologique de la taxe carbone par Charles Houareau

Fraude de 5 milliards d’euros sur le marché européen du carbone : !

 

 

http://www.internationalnews.fr/article-une-heure-pour-la-planete-une-escroquerie-ehontee-par-tony-cartalucci-116547801.html

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : internationalnews
  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles, sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • Contact

STOP TAFTA !

Rechercher

Dossiers les plus consultés