7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 13:15

Source

 

Il y a cinq ans, en octobre 2009, le président Barack Obama reçut le Prix Nobel de la Paix du fait de « sa vision d’un monde libéré des armes nucléaires, et du travail qu’il accomplissait dans ce sens, qui a puissamment stimulé le désarmement ».

 

Motivation qui apparaît encore plus grotesque à la lumière de ce que documente aujourd’hui un ample dossier du New York Times : « L’administration Obama est en train d’investir des dizaines de milliards de dollars dans la modernisation et la reconstruction de l’arsenal nucléaire et des sites nucléaires étasuniens ».


Dans ce but vient d’être réalisé à Kansas City un énorme nouveau site, plus grand que le Pentagone, où des milliers de préposés, dotés de technologies futuristes,  « modernisent » les armes nucléaires, en les testant avec des systèmes avancés qui ne nécessitent pas d’explosions souterraines.

 

Le site de Kansas City fait partie d’un « complexe national en expansion pour la fabrication d’ogives nucléaires », composé de huit grands sites et laboratoires avec un personnel de 40mille spécialistes. A Los Alamos au Nouveau Mexique, a été lancée la construction d’un nouveau grand site pour la production de plutonium  pour les ogives nucléaires, et à Oak Ridge dans le Tennessee on en réalise un autre pour la production d’uranium enrichi à usage militaire. Les travaux ont cependant été ralentis du fait que le coût du projet de Los Alamos a gonflé en dix ans de 660 millions à 5,8 milliards de dollars, et celui d‘Oak Ridge de 6,5 à 19 milliards de dollars.

 

Complexe des armes nucléaires US Source de la carte: nukewatch.org

 

L’administration Obama  a présenté au total 57 projets d’upgrade (mises à jour) de sites nucléaires militaires, dont 21 ont été approuvés par le Bureau gouvernemental de comptabilité, tandis que 36 sont en attente d’approbation. Le coût estimé est, en l’état actuel, de 355 milliards de dollars en dix ans. Mais ceci n’est que la pointe de l’iceberg. Au coût des sites s’ajoute celui des nouveaux vecteurs nucléaires.


Le plan présenté par l’administration Obama au Pentagone prévoit la construction de 12 nouveaux sous-marins d’attaque nucléaire (chacun pouvant lancer, avec 24 missiles balistiques, jusqu’à 200 ogives nucléaires sur autant d’objectifs), 100 autres bombardiers stratégiques (chacun armé d’environ 20 missiles ou bombes nucléaires) et 400 missiles balistiques intercontinentaux avec base à terre (chacun avec une ogive nucléaire de grande puissance, mais pouvant toujours être armé d’ogives multiples indépendantes).


Ainsi est lancé par l’administration Obama un nouveau programme d’armement nucléaire qui, selon une récente étude du Monterrey Institute, va coûter (à la valeur actuelle du dollar) environ 1 000 milliards de dollars, la dépense culminant dans la période 2024-2029.

 

Elle s’insère dans la dépense militaire générale des Etats-Unis, composée du budget du Pentagone (640 milliards de dollars en 2013), à quoi s’ajoute d’autres postes de caractère militaire (la dépense pour les armes nucléaires, par exemple, est inscrite au budget du Département de l’Energie), en portant à un total de presque 1000 milliards de dollars annuels, correspondants dans le budget fédéral à environ un dollar sur quatre dépensé dans un but militaire.


L’accélération de la course aux armements nucléaires, marquée par l’administration Obama, rend de fait vaines les avancées limitées sur la voie du désarmement établies avec le nouveau traité START, signé à Prague par les Etats-Unis et la Russie en 2010 (voir article sur il manifesto du 1er avril 2010[1]).

 

La Russie comme la Chine accélèreront la potentialisation de leurs forces nucléaires, en opérant des contre-mesures pour neutraliser le « bouclier anti-missiles » que les USA sont en train de réaliser pour acquérir la capacité de lancer un first strike nucléaire et ne pas être touchés par les représailles.


L’Italie aussi est impliquée directement dans le processus de « modernisation » des forces nucléaires étasuniennes : les 70-90 bombes nucléaires étasuniennes B-61, stockées à Aviano (Province de Pordenone) et Ghedi-Torre (Province de Brescia), sont transformées de bombes à chute libre en bombes « intelligentes » à guidage de précision, chacune d’une puissance de 50 kilotonnes (environ le quadruple de la bombe d’Hiroshima), particulièrement adaptées aux nouveaux chasseurs étasuniens F-35 que l’Italie s’est engagée à acheter. Mais de tout cela, dans les talk show, on ne dit pas un mot.


Manlio Dinucci Géographe et journaliste

Edition de mercredi 24 septembre 2014 de il manifesto,

http://ilmanifesto.info/usa-il-riarmo-nucleare-del-premio-nobel-per-la-pace/

Traduit de litalien par Marie-Ange Patrizio 

 


[1] Voir « Nouveau START et vieille politique de puissance » de Manlio Dinucci et Tommaso Di Francesco (2 avril 2010), sur les sites qui publient habituellement les articles de M. Dinucci.


Les emphases sont d'IN 

 

Sur le même sujet:

L'otan veut-elle déclencher une guerre nucléaire contre la russie?

La dépense militaire revient au niveau de celui de la guerre froide par Manlio Dinucci


L'otan veut-elle déclencher une guerre nucléaire contre la Russie?


Lettre de mordechaï Vanunu au comité du prix Nobel de la paix


La course folle de la dépense militaire - dernières données du SIPRI par Manlio Dinucci


Le livre blanc de la défense français planifie une escalade des guerres et des conflits entre les grandes puissances


Réarmement nucléaire après le sommet de Washington


Premier « effet collatéral » de la guerre contre la libye: une accélération de la course aux armements nucléaires


Usa - bouclier antimissile : inadéquat et dangereux


Recrudescence de la course à l’arme atomique

Qui vend des armes? Qui en achète? + dossier réarmement

Les signes annonciateurs d’une troisième guerre mondiale s’accumulent

France: Les ventes d'armes ont explosé en 2009

Pentagone: augmentation vertigineuse du budget

Premier « effet collatéral » de la guerre contre la Libye: une accélération de la course aux armements nucléaires

De mauvaises fées sur le berceau de l’Europe de la défense

Les dépenses militaires ont atteint un niveau record en 2008

Le grand réarmement planétaire par Jules Dufour

USA: le budget militaire plus cher que le plan de sauvetage

Les dépenses militaires au même niveau que pendant la guerre froide

Url de cet article:

http://www.internationalnews.fr/article-usa-le-rearmement-nucleaire-du-prix-nobel-de-la-paix-b-h-obama-124736060.html

Partager cet article

Published by Internationalnews - dans 3e Guerre mondiale-World War III
commenter cet article

commentaires

ODIN 07/10/2014 17:08


Coàmpte tenu des projets sataniques d'Obama, le mieux pour la Chine et la Russie est de faire dégringoler le $ rapidement.

Internationalnews 28/11/2014 23:12


Certes, il nous espérons que ce projet pourra aboutir rapidement! http://french.ruvr.ru/2014_11_07/Russie-et-la-Chine-veulent-destabiliser-le-dollar-5562/


Présentation

  • : internationalnews
  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles, sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • Contact

STOP TAFTA !

Rechercher

Dossiers les plus consultés