10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 15:48

Internationalnews

NaturAltert 7 février 2015

Des essais militaires secrets qui cibleraient une espèce à la fois ???

 

Des milliers d'étoiles de mer se sont échouées sur les plages de South Padre Island au Texas après des conditions météorologiques difficiles selon les autorités. 

En effet les autorités sanitaires pensent que les vents violents et les forts courants ont précipité toute les créatures vivantes qui se nourrissaient près des rives sur les plages.


C'est la troisième fois qu'une hécatombe de cette ampleur se produit dans la région, la dernière remonte à 2009. 


Au début, les autorités pensaient que le passage d'un vortex polaire en été la cause, mais après enquête leur avis vient de changer.  

"C'étaient des étoiles de mer en bonne santé", a déclaré Tony Reisinger, agent côtier à la Texas A & M University pour le comté. "Certaines d'entre elles étaient même encore en vie quand on les a ramassé sur le sable. 

Le Dr David Hicks, président du Département des sciences biologiques de l'Université du Texas à Brownsville, a été chargé de déterminer la véritable  cause de cette hécatombe.

"En premier lieu nous allons vérifier à nouveau les conditions météorologiques et l'état de la mer lors de l'hacatombe pour confirmer nos premières hypothéses" 

On imagine qu'on attendra encore longtemps les conclusions des experts...

http://www.internationalnews.fr/article-des-milliers-d-etoiles-de-mer-retrouvees-mortes-echouees-sur-une-plage-de-south-padre-island-au-texa-125512229.html
Published by Internationalnews - dans Environnement-Environment
commenter cet article
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 13:55

Internationalnews

Michel Collon info 28 janvier 2015


Par Sergio Ferrari


La Déclaration de Berne et Greenpeace ont décerné à Chevron le « super-prix de la honte ». Les 64.000 votants par Internet ont choisi le géant pétrolier nord-américain comme la pire entreprise de la planète, responsable entre autres du désastre écologique dans la forêt vierge au nord de l’Equateur.

 



Ce prix décerné vendredi 23 janvier, dans la localité alpestre de Davos (Suisse) marque l’adieu de « Public Eye on Davos » (Œil public sur Davos), après 15 ans d’existence. Le regard citoyen, critique du pouvoir économique et politique mondial, considère que ce forum ne représente plus l’endroit le plus adéquat, et que le prix n’est plus la méthode la plus effective de dénonciation.

Dès mai 2015, les organisateurs de « Public Eye » lanceront avec 50 autres organisations (développement, écologie, environnement, droits humains et syndicats) une campagne politique en faveur de l’initiative populaire « Pour des multinationales responsables ».

Cette initiative, qui doit recueillir 100.000 signatures en 18 mois, tentera d’obtenir l’appui populaire à une loi obligeant les multinationales suisses à respecter à l’étranger – particulièrement au Sud et à l’Est – les droits humains et les normes environnementales qu’elles doivent respecter en Suisse.


Un géant « inhumain »


L’organisation Amazon Watch a nominé l’entreprise Chevron – dont le siège se trouve à San Francisco (Etats-Unis d’Amérique du Nord) pour les continuelles violations des droits humains et environnementaux dans la région septentrionale de l’Amazonie équatorienne.

Selon l’ONG, en 50 ans de prospection dans cette zone (qui ont débuté en 1964), Chevron détient un record en pratiques immorales et non-éthiques qui ont affecté de manière directe les populations résidentes des provinces de Orellana et Sucumbíos, dans la forêt équatorienne.

Amazon rappelle que Chevron Corp. fut déjà condamné par la justice équatorienne à payer 9,5 milliards de dollars en raison des dommages à l’environnement provoqués par ses opérations, avec des impacts néfastes sur la santé et le bien-être des populations vivant dans les zones affectées, en plus des implications directes sur le réchauffement climatique global et sur la destruction de l’Amazonie.

« Malgré tout, Chevron a utilisé tout son pouvoir économique et politique pour échapper à la justice mondiale et mettre en marche tout le système d’impunité pour les abus commis par les multinationales. Une situation qui à poussé les militants indigènes et paysans équatoriens à recourir auprès des tribunaux argentin, canadien, brésilien et y compris à la Cour pénale internationale de La Haye », rappelle l’organisation accusatrice.


Davos : entre le pouvoir et la dénonciation citoyenne


De nombreux pays affectent moins de dépenses publiques à l’éducation des enfants des secteurs les plus pauvres de la population qu’à celle des enfants appartenant aux classes les plus favorisées, révèle une étude du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

 

Dans certains cas, l’attribution de budgets d’éducation aux 20 % les plus riches arrive à des montants supérieurs à ceux destinés aux 20 % les plus pauvres, explique cette étude récente, présentée dans le cadre du Forum économique mondial de Davos, tenu en Suisse du 21 au 24 janvier. Ce forum réunit annuellement les grands patrons de l’économie mondiale et les représentants des gouvernements et des institutions financières internationales.

 

Le rapport de l’UNICEF plaide donc en faveur de dépenses plus équitables dans l’éducation, et appelle les gouvernements à prioriser les besoins des enfants les plus marginalisés.

Yoka Brandt, directrice adjointe de l’UNICEF, signale qu’il existe aujourd’hui au monde 1 milliard d’enfants en âge de fréquenter les écoles primaires ou secondaire et que beaucoup d’entre eux ne reçoivent pas une éducation de qualité en raison de la pauvreté, des conflits et de la discrimination pour raison de genre, d’inaptitude ou d’ethnie.

« Pour changer cette situation, nous devons réviser fondamentalement nos pratiques en accordant davantage de ressources et en les distribuant de manière égalitaires », relève Yoka Brandt. UNICEF indique qu’il manquerait 26 milliards de dollars pour assurer l’éducation universelle de base dans 46 pays à faibles revenus et que, depuis 2009, l’aide officielle à l’éducation a diminué de 10 %. Elle appelle donc les gouvernements, les donateurs et le secteur privé à augmenter le budget de l’éducation et à garantir l’utilisation de ces fonds de manière intelligente et équitable.


La concentration brutale de la richesse


Le document critique de l’UNICEF s’ajoute à d’autres voix dénonçant la mauvaise distribution des ressources naturelles et de la richesse dans le monde.

 

En effet, quelques heures à peine avant le début de la 45e session du Forum économique mondial, OXFAM International avait présenté, à l’intention des personnalités présentes à Davos, une étude indiquant qu’en 2016 1 % de la population mondiale accumulera plus de richesse que le 99 % restant.

 

Ce rapport – intitulé « Insatiable richesse : toujours plus pour ceux qui ont déjà tout » - montre que le patrimoine mondial possédé par 1 % des plus riches de la planète a passé de 44 % en 2009 à 48 % en 2014 et dépassera 50 % en 2016. En 2014, chaque adulte de cette élite internationale possède en moyenne 2,7 millions de dollars.

 

Dès 2016, ce petit groupe disposera de plus de la moitié de l’argent planétaire, dans un cadre international préoccupant où une personne sur neuf manque aujourd’hui de nourriture en suffisance et où 1 milliard de personnes vivent avec moins de 1,25 dollar par jour.

L’année passée, un rapport d’OXFAM avait stupéfié Davos. Il révélait que les 85 personnes les plus riches disposaient d’une richesse égale à la moitié la plus pauvre de la population mondiale. En 2015, 80 multimillionnaires ont le même patrimoine que 3,5 milliards de personnes. Il est significatif de rappeler qu’en 2010 il s’agissait de 388 multimillionnaires. En termes nominaux, la richesse des 80 personnes les plus riches du monde a doublé de 2009 à 2014, souligne OXFAM. 

L’ONG appelle les Etats à adopter un plan en 7 points pour lutter contre les inégalités croissantes. Quelques propositions :

- mettre fin à l’évasion fiscale des grandes entreprises et des grandes fortunes ;


- investir dans la gratuité et l’universalité des services publics, comme la santé et l’éducation ;


- répartir justement la charge fiscale ;


- instaurer un salaire minimum et œuvrer en faveur d’un salaire décent ;


- instaurer une législation sur l’égalité salariale ;


- promouvoir une politique de protection sociale en faveur des secteurs les plus appauvris ;


- internationaliser et généraliser la lutte contre l’inégalité.

Sergio Ferrari (en collaboration avec E-CHANGER/Comundo, organisation suisse de coopération solidaire membre de l’association « Droit sans frontières ».

Traduction de l’espagnol : Hans-Peter Renk

Source : Agencia Latinoamericana de Noticias, Alainet.


Article en PDF : Enregistrer au format PDF

 

http://www.internationalnews.fr/article-la-multinationale-chevron-gagne-le-super-prix-de-la-honte-125450356.html

Published by Internationalnews - dans Environnement-Environment
commenter cet article
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 15:48

Internationalnews

Wikistrike 24 janvier 2015


  

 

Le territoire français présente l'une des plus fortes densités de sites pollués au monde. Durant deux siècles, les industriels ont enfoui une grande variété de produits chimiques sur leurs terrains ou en pleine nature. On compte ainsi près de 300 000 sites pollués en France. Une grande partie de cette surface est déjà occupée par des habitations, des établissements scolaires, ou encore des terrains de sport. Les produits toxiques, invisibles à l'oeil nu, sont capables de remonter à l'air libre, sous forme de gaz toxiques, ou de se répandre dans les nappes phréatiques. (Suite ici). 

 


« La phase des scandales est devant nous », prévient d'emblée la chercheuse en santé publique Annie Thébaud-Mony. Et la suite ne s'emploie pas à la contredire, bien au contraire. Sarah Oultaf soulève résolument un coin de la bâche recouvrant les friches industrielles disséminées un peu partout dans l'Hexagone. Et il est vrai que ça ne sent pas bon du tout. Ici, des bidons gorgés de produits (très) toxiques abandonnés à l'air libre ou enterrés ni vu ni connu ; là, des ruisseaux contaminés à l'arsenic et des écoquartiers bâtis sur des monceaux de déchets empoisonnés... En tout, il y aurait en France environ quatre cent mille terrains pollués, suintant de saloperies dont on ignore pour l'essentiel les effets sur les populations locales.


Que font les pouvoirs publics ? Ils font (souvent) le mort, suggère cette enquête — bien menée, mais le débit formaté de la voix off est exaspérant. Revenant longuement sur le scandale de l'amiante, puis remontant la chaîne des responsabilités de quelques affaires exemplaires, elle montre l'incurie de l'Etat, voire sa culpabilité, lorsqu'il fait primer les enjeux économiques plutôt que sanitaires. « La dépollution, ça n'existe pas, assure la maire d'une ville qui hérite d'une situation potentiellement explosive. On racle un peu la surface du sol et on pose une toile d'isolation que l'on recouvre de terre dite propre... » — Marc Belpois

 

Suivi d'un débat animé par Marina Carrère d'Encausse, avec l'ex-ministre de l'Environnement Corinne Lepage et le toxicochimiste André Picot.

 

 

http://www.internationalnews.fr/article-pollution-des-sols-le-scandale-cache-documentaire-125431232.html

 

Published by Internationalnews - dans Environnement-Environment
commenter cet article
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 01:59
Published by Internationalnews - dans Environnement-Environment
commenter cet article
7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 23:52
Published by Internationalnews - dans Environnement-Environment
commenter cet article
2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 16:26
Published by Internationalnews - dans Environnement-Environment
commenter cet article
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 14:57

Internationalnews

Claire Nouvian, Le chalutage en eaux profondes: une aberration économique et écologique

 

Les océans profonds, définis par les océanographes comme la zone s’étendant au-delà de 200 mètres de profondeur représentent à eux seuls 98% de l’espace dans lequel la vie peut se développer sur terre. Le milieu profond est très mal connu de la science et quasiment inexploré.

 

Les océans profonds avaient été jusqu’ici épargnés des perturbations humaines mais ils sont dorénavant exploités à échelle industrielle, et ce depuis plus de 30 ans, alors qu’ils ne peuvent pas et ne devraient pas l’être, pour une raison simple : leurs caractéristiques biologiques ne le permettent pas.

 

La faune profonde est caractérisée par une longévité extrême (bien souvent supérieure à 100 ans), une croissance lente, une maturité sexuelle et une reproduction tardives, une fécondité faible et une résilience globalement réduite : autrement dit, les poissons profonds sont les éléphants des océans.

 

Comme pour les troupeaux d’éléphants, la biomasse des poissons profonds peut être importante à certains endroits, mais les premières captures suffisent parfois à décimer un stock pour plusieurs décennies ou siècles…

 

 

 

http://www.internationalnews.fr/article-les-degats-de-la-peche-de-grand-fond-video-vostf-121553745.html

Published by Internationalnews - dans Environnement-Environment
commenter cet article
24 novembre 2013 7 24 /11 /novembre /2013 05:50

Internationalnews

FNE

 

Mobilisez-vous contre le régime d'enregistrement des élevages porcins !

Le gouvernement projette de modifier le régime des Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE) qui s’applique aux élevages porcins.


 Aujourd’hui, les élevages qui comprennent entre 50 et 450 porcs sont déclarés en préfecture, et au-delà, ils doivent faire l’objet d’une autorisation préfectorale. Le nouveau régime modifie les seuils et donc les exigences environnementales :


Les installations qui comptent 450 à 2000 porcs seront soumises à des prescriptions générales (régime d’enregistrement), et seules les installations de plus de 2000 porcs auront des prescriptions de fonctionnement faites sur mesure. Cette modification sera lourde de conséquence pour l’environnement et est totalement incohérente avec l’engagement de l’Etat de rétablir une bonne qualité des eaux.


France Nature Environnement s’est toujours opposé au régime d’enregistrement, et aujourd’hui nous devons nous mobiliser pour faire entendre notre voix.

 

 Pour cela, merci de participer à la consultation publique sur le décret modifiant la nomenclature ICPE, en postant le texte ci-dessous sur ce lien :

 

 

 

Contre la création du régime Enregistrement pour les élevages porcins de plus de 450 têtes

 Parce que nous sommes attachés à notre territoire, nous nous opposons à la création du régime enregistrement pour les élevages de plus de 450 porcs. Avec ce régime, plusieurs procédures dont l'objectif est la préservation de l'environnement et l’avis des citoyen.nes ne seront plus demandées pour  la création d’un nouvel élevage.


 Avec l’enregistrement, plus d’étude d’impact ! Ainsi il n'y aura aucune étude pour mesurer l'effet sur le territoire de cette installation, donc aucune mesure spécifique prise pour réduire les impacts négatifs, même dans des zones où le trop plein d'azote provoque l'explosion des algues vertes.


 Avec l’enregistrement, plus d’enquête publique ! Ainsi, ni les associations, ni les citoyen.nes ne pourront savoir ce qui va se créer, connaître le dossier, l'ampleur du projet, sa localisation, la façon de gérer les lisiers... pas de commissaire enquêteur qui permet un regard neutre. Même les CODERST ne seront plus consultés !


Avec l’enregistrement, ce ne seront plus des prescriptions propres qui s’appliqueront mais des mesures types adoptées au niveau national. Impossible de prendre en compte la diversité des territoires et leur fragilité plus ou moins importante par rapport à ce type d'installation dans un arrêté national.


 Pour ces raisons, nous demandons l’abandon de ce projet de modification du décret et le maintien du régime autorisation pour les élevages de plus de 450 porcs.

 

http://www.internationalnews.fr/article-non-au-regime-allege-pour-les-elevages-porcins--121346538.html

Published by Internationalnews - dans Environnement-Environment
commenter cet article
2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 18:40

Internationalnews

Mise à jour du 3 septembre 2013

«Que sont-ils en train d'épandre sur la planète?», par Michael J. Murphy, Paul Whittenberger, et G. Edward
Griffin.

Film sous-titré en français ici: What in the world are they spraying 1-7 vostfr

 

 

 

Bibliographie complète à la suite de l'article "Notre
planète Terre bientôt climatisée?": http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=6198 

Acheter le DVD: 
http://www.realityzone.com/whatspray.html

Url de cet article:
http://www.internationalnews.fr/article-what-in-the-world-are-they-spraying-chemtrails-documentary-film-vostf-61841270.html

Published by Internationalnews - dans Environnement-Environment
commenter cet article
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 18:04
 
 
Published by Internationalnews - dans Environnement-Environment
commenter cet article

Présentation

  • : internationalnews
  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles, sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • Contact

STOP TAFTA !

Rechercher

Dossiers les plus consultés