9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 15:47


Mise à Jour du 14 février 2015

Comment les U.S.A veulent avoir "la peau" de POUTINE, par Pierre Jovanovic (vidéo 7')

Vladimir Poutine : « L'ours de la Taïga russe se dresse face aux Etats-Unis » (vidéo VOSTF)

La Poutinophobie, nouvelle maladie mentale

Pas de levée de l'embargo russe avant celle des sanctions de l'UE + dossier

Vol MH17: les résultats de l’enquête ne seront pas publiés (+dossier)

Lavrov on Obama speech: Efforts to isolate Russia will fail + video

Grande conférence de presse annuelle de Vladimir Poutine le 18 décembre 2014

La guerre glaciale de Washington contre la Russie - Par Diana Johnstone

Comment Vladimir Poutine a renversé la stratégie de l’Otan par Thierry Meyssan

Ce que l'OTAN et l'UE nous ont apporté/C’est ma patrie par Piotr Matrenitchev (accordéon et chant) et Vika Tsyganova (chant) Vidéos virales

Les États-Unis sur le «pied de guerre»: une mesure législative ouvre la voie à la guerre contre la Russie - Par Prof Michel Chossudovsky

La face cachée de la guerre en Ukraine - Documentaire

Le président ukrainien nazi Porochenko à propos du peuple du Donbass: "Leurs enfants resteront dans les caves!"

Igor Strelkov (Moscou): La guerre nous attend (VOSTF)

L’avion MH17 de Malaysia Airlines abattu par des avions militaires ukrainiens - Pr Michel Chossudovsky


Igor Strelkov (Moscou): La guerre nous attend (VOSTF)

Valdai - Vladimir Poutine aux élites occidentales : "Fini de jouer!" (+vidéo)


Asian Games : Poutine-Obama 2-0

OTAN: Un général allemand annonce des plans de manœuvres militaires visant la Russie

Président Vladimir Poutine: La fin de l’hégémonie américaine a sonné !

Une photographie satellitaire atteste que le vol MH17 a été abattu par un Sukhoï ukrainien

L’OTAN pousse l’Europe vers une confrontation avec la Russie

Plus de 85% des Russes approuvent le travail de Poutine (sondage)


Ukraine: Poutine réitère son appel à arrêter les hostilités (Brève)


Interview de Vladimir Poutine: le scandale de la censure de TF1


L'Occident s'attaque la Russie à travers l'Ukraine


La Russie met en place son propre système de cartes de paiement : la gifle de Poutine à Obama

Des responsables russes et chinois s'engagent à promouvoir la coopération militaire bilatérale


L'OTAN veut-elle déclencher une guerre nucléaire contre la Russie?


Les sanctions des États-Unis et de l'UE contre la Russie : une menace de guerre à peine voilée Par Alex Lantier


Les Etats-Unis nous entraînent dans une guerre contre la Russie par John Pilger


Vladimir Poutine sur l'Ukraine et les nouvelles sanctions US (13' VOSTF)


Poutine ne se soumettra pas à l'agenda impérialiste anglo-saxon (vidéo VOSTF)


Sondage The Independent: Les anglais aiment Poutine à 82% et Hollande à 1% ! (brève)


La ploutocratie occidentale s’en va en guerre… à l’ours Pepe Escobar


A Washington, Poutine les rend fous par Pepe Escobar


La cote de popularité de Vladimir Poutine à plus de 75% ! (brève)


Accord géant entre la Chine et la Russie dans le domaine énergétique


Vladimir Poutine sur le serial killer Obama qui veut attaquer la Syrie à tout prix (vidéo VOSTF) + Dossier


Syrie: Les USA préfèrent Poutine à Obama. Hollande, bon dernier


Message de Vladimir Poutine au peuple américain

Obama menace la Russie et ses vassaux de l’OTAN par Paul Craig Roberts par Dr Paul Craig Roberts


Syrie: Poutine à Cameron: "Sont-ce ces cannibales que vous voulez soutenir et armer ?" (vidéo VOSTF 1'28)




Published by Internationalnews - dans Portraits
commenter cet article
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 01:55


 24 juin 2012




Une experte internationale des radiations, Prix Nobel de la Paix Alternatif, qui fut victime de nombreuses tentatives d'assassinat en raison de ses engagements.

(traduction de l'article en français en bas de page)



Author, distinguished scientist, environmental activist, international expert on radiation, sister of the Grey Nuns




“There is no such thing as a radiation exposure that will not do damage. There is a hundred per cent possibility that there will be damage to cells. The next question is: which damage do you care about?” Dr. Rosalie Bertell, 1990


Dr. Rosalie Bertell, author, distinguished American scientist, environmental activist, international expert on radiation, and sister of the Grey Nuns of the Sacred Heart, died yesterday after a long illness. She was 83. She had been battling cancer over the past two years. According to Sister Julia C. Lanigan, president of the Grey Nuns, Dr. Bertell “was hospitalized this past week for advanced chronic obstructive pulmonary disease.”


In 1984, Dr. Bertell founded the Canadian-based International Institute of Concern for Public Health, dedicated to helping many communities “assess and improve their environmental health status.” She was also a founding member of the International Commission of Health Professionals and the International Association of Humanitarian Medicine. In addition, she was Director of the International Medical Commission on the 1984 Union Carbide methyl isocyanate [MIC] gas leak disaster in Bhopal, India, which investigated the horrific chemical aftermath. The devastation to the environment and people still continues 28 years later.


Dr. Bertell also assisted the people of the Philippines with problems stemming from toxic waste left by the US military on their abandoned military bases, “worked with the government of Ireland to hold Britain responsible for the radioactive pollution of the Irish Sea, and assisted Gulf War Veterans and Iraqi citizens dealing with illnesses caused by the Gulf War. She served as a consultant to local, provincial and federal governments, unions and citizen organizations.”


As a small child Rosalie was frail; and she told me that she knew early on she would become a nun. Her parents also encouraged her studies in mathematics and music. Her Canadian mother, the late Helen Twohey Bertell, was the inspiration for her lifetime of activism; and her American father, the late Paul Bertell, encouraged her scientific interests. In 1966, Rosalie Bertell received her Ph.D. degree in Biometrics [the use of mathematical analysis of biological observations to understand and predict biological processes] with minors in biology and biochemistry.


In the 1970s, she landed a job at the world’s first cancer research center, Roswell Park Cancer Institute. It was here that she began her lifetime commitment to “writing, lecturing, researching and advising ways of dealing with the chemical and nuclear hazards which endanger the environment and erode the health of people worldwide until shortly before her death.”


Dr. Bertell related: "I was a senior cancer research scientist studying the harm done to a large population by unnecessary uses of diagnostic medical X-ray. I became outraged when I found that nuclear power plants were releasing radioactive materials (like X-rays) at this same level routinely, indiscriminately exposing the unsuspecting public. My first experience was a nuclear plant, which wanted to locate its facility next to the Gerber's Baby Food Farm in Barker, NY. That plant was never built." (This was the first time the nuclear industry was denied a US location.)


Often called the “anti-nuclear nun”, Dr. Bertell was a tireless crusader and educator for warning about the vast damage and destruction of our planet’s ecosystems. Her interest and commitment to educating people about the extreme dangers of nuclear radiation began in 1972 while she was recuperating from a heart attack. It was then that she discovered the data concerning the nuclear bombings of Hiroshima and Nagasaki.


She noted: “I also prayed to know what small part I could play in helping to restore some humanitarian concerns to our society, which could so thoughtlessly wipe out 150,000 old men and women, mothers and children. I believe that we need to use our time and talents in as efficient a way as possible.”


In 1985, her first book, “No Immediate Danger: Prognosis for a Radioactive Earth”, was published in London to critical acclaim. The book describes in detail the breath and scope of what radiation does –not just high rates of terminal cancers, but also how ionizing radiation (“penetrating man-made) radiation exposure affects the human body. In 1986, Dr. Bertell, was part of Chernobyl’s investigative team; and she worked with thousands of tragic survivors of the nuclear reactor disaster.


In a 1990 speech in Oslo, Norway, Dr. Bertell noted that radiation increases susceptibility to “many different diseases, including weakened immune systems, congenital defects, miscarriages, long-term chronic diseases, genetic mutation (hence on-going damage of and degradation to the genepool (i.e. the future)), as well as leukemia and other blood diseases.” She further noted:


“Take for example just one atom of plutonium in a lung tissue. In exploding it shoots out particles of energy through living cells. As you know a cell is not empty, but a living system filled with different types of matter with separate jobs to do in the body. We cannot feel anything of this explosion on cellular level. But it will do damage. …The damage that is apt to cause most trouble in a whole system like a human being, is the damage that hits the nucleus of the cell. Because inside the nucleus is the chromosome material that carries the template of what the cell does. If you change that, you change what the cell produces. If you change one cell, and it is still able to produce, it makes two cells with damaged chromosomes which can cause exponential growth of cells that are not going to do the right thing.”


Dr. Bertell’s second ground-breaking book, “Planet Earth: The Latest Weapon of War” was published in 2000. This book brilliantly documents the hidden and lethal military agendas of vast harm with new generations of super-weapons, such as HAARP [High Frequency active Auroral Research Program]. With more than 25 such arrays around the planet (including at least one mobile unit that was seen docked in Seattle last year), our entire planet and all its inhabitants are uninformed experimental lab “rats” for military harm. There has never been any public discussion about these fatal programs of geo-engineered weather modification.


“Planet Earth” exposes how for many decades the military has been secretly conducting numerous experiments, including various high-level nuclear explosions. These may disturb the fundamental layers of the atmosphere that protect all of us from lethal solar radiation. Dr. Bertell noted that these experiments are often conducted without even discussing with non-military experts the enormous dangers of damaging these life-preserving earth-veils. Dr. Bertell believed that such experiments may already have accelerated and contributed to earthquakes and freak weather conditions.


In 2007, Pierpalo Mittica’s “Chernobyl: The Hidden Legacy” was published. Dr. Bertell was one of the co-authors. She contributed a significant report on the devastation this nuclear reactor continues to have on the Ukranian population as well as the rest of the world. As with Fukushima’s 2011 horrific nuclear disaster, the radiation toll, not just for the Japanese population, but the entire world remains with us forever.


Dr. Bertell is the recipient of five honorary degrees. Among her many awards are the 1986 Right Livelihood Award, known as the Alternative Nobel Prize; World Federalist Peace Award; Ontario Premier's Council on Health, Health Innovator Award; the United Nations Environment Programme Global 500 award and the Sean MacBride International Peace Prize. In 2005, she was selected to be one of the 1,000 Peace Women nominated for the Nobel Peace Prize. She published more than 100 articles, and was editor of the journal, "International Perspectives in Public Health".


For more than five decades, her religious life centered around the Grey Nuns of the Sacred Heart, Yardley, PA, which she joined in 1958. Her academic affiliations included: Associate Professor of Mathematics at D'Youville College, Buffalo, NY, from 1969 to 1973; and Senior Cancer Research Scientist at Roswell Park Memorial Hospital in Buffalo, NY, 1970-78. She was Assistant Research Professor, Graduate School, State University of New York [SUNY] in Buffalo, for four years, and Director of Research and Biostatistical/Radiation Health Consultant at the Ministry of Concern for Public Health, Buffalo, NY.


At 83, and despite serious illness these past two years, Dr. Bertell was still active: “writing articles and answering mail, working with the public to continue to inform them of the risks and dangers of military environmental testing and the nuclear industry.” She credits her most rewarding achievement to be “discovering so many sensible, concerned people throughout the world, who are asking only to make a decent living and peacefully bring up their children, sharing the wealth of the planet with everyone else and all living things! I have found such people in each of the more than 60 countries where I have worked. Ordinary people know that our current environmental policies are based on greed and are not life supporting or sustainable.”


Just before she entered the hospital, we were in touch again. She was unable to talk above a whisper over the past two years, but she was alert and concerned about the devastation the numerous HAARP facilities were doing to “wreck our health and destroy weather” as she told me. Here’s a short youtube video:




Rosalie Bertell’s devotion to her spiritual life was central to who she was. Beyond the cloistered walls, however, the larger picture of her life was her genius and commitment to educating us about our lifetime exposure hazards of nuclear war and secret weather modification agendas. We are blessed to have her scientific writings, lectures, videos, and books as inspirational beacons.


There will be a funeral Mass at 10 a.m., Monday, June 18 in Sacred Heart Chapel at the Grey Nuns’ Motherhouse in Yardley, PA.

Educator and environmental writer Dr. Ilya Sandra Perlingieri is the author of the highly acclaimed book, “The Uterine Crisis.” London’s “The Ecologist” calls this book “an inspiration.”




Mondialisation.ca 24 juin 2012




“Il n’y a rien de tel qu’une exposition à la radioactivité pour faire des dégâts. La probabilité que les cellules soient endommagées est de 100%. La question suivante est: de quelle atteinte vous souciez-vous ?”  Dr. Rosalie Bertell, 1990  

Eminente scientifique américaine et expert international sur le rayonnement, la militante écologiste Rosalie Bertell est décédée le 14 juin 2012. Elle avait 83 ans. Voici quelques extraits d’un article la présentant sur le site Global Research (1)


En 1985, son premier livre, " No Immediate Danger: Prognosis for a Radioactive Earth ", a été publié à Londres et acclamé par la critique. Le livre décrit en détail les effets de la radioactivité - pas seulement les taux élevés de cancers incurables - mais aussi la façon dont l’exposition aux rayonnements ionisants (pénétrants et créés par l'homme) affecte le corps humain. En 1986, Rosalie Bertell faisait partie de l'équipe d'enquête sur Tchernobyl, et elle a travaillé avec des milliers de survivants de la catastrophe du réacteur nucléaire.  


Dans un discours prononcéen 1990 à Oslo, en Norvège, elle notait que la radioactivité augmente la susceptibilité à « beaucoup de maladies différentes, y compris les déficiences du système immunitaire, les malformations congénitales, les fausses couches, les maladies chroniques à long terme, les mutations génétiques (ce qui implique des atteintes continues et la dégradation du patrimoine génétique, c’est-à-dire de l'avenir), ainsi que les leucémies et autres maladies du sang. »

 « Prenez par exemple un seul atome de plutonium dans un tissu pulmonaire. En se désintégrant, il projette des particules d'énergie à travers des cellules vivantes. Comme vous le savez, une cellule n'est pas vide ; c’est un système vivant rempli de différents types de matière, avec des tâches distinctes à effectuer dans le corps. Nous ne pouvons rien ressentir de cette désintégration au niveau cellulaire. Mais elle provoquera des dégâts...

Le dégât qui est susceptible de causer le plus de problèmes dans un système global comme l’être humain, c’est le dégât qui frappe le noyau de la cellule. Parce qu’à l'intérieur du noyau, il y a le matériel chromosomique qui conserve le modèle de ce que doit faire la cellule. Si vous changer cela, vous changez ce que la cellule produit. Si vous modifiez une cellule, et qu’elle est encore capable de se reproduire, cela fera deux cellules avec des chromosomes endommagés, ce qui peut provoquer une croissance exponentielle de cellules qui ne travaillent plus correctement. » (…)  


En 2007, « Tchernobyl : L'héritage caché » de Pierpalo Mittica est publié. Rosalie Bertell en était l'un des co-auteurs. Elle y a contribué par un important rapport sur la dévastation que ce réacteur nucléaire continue de provoquer sur la population ukrainienne ainsi que sur le reste du monde. Comme pour la terrible catastrophe nucléaire de Fukushima en 2011, la quantité de radioactivité reste avec nous pour toujours ; non seulement pour la population japonaise, mais pour le monde entier. (…)  

À 83 ans, et malgré une maladie grave ces deux dernières années, Rosalie Bertell était toujours active, « écrivant des articles et répondant au courrier, travaillant avec le grand public pour continuer à l’informer sur les risques et les dangers des essais environnementaux militaires et l’industrie nucléaire ».


Elle considère que sa récompense la plus gratifiante fut d'avoir « découvert tant de personnes sensées, concernées à travers le monde, qui demandent seulement à mener une vie décente et à élever paisiblement leurs enfants, en partageant les richesses de la planète avec tout le monde et avec tous les êtres vivants ! J'ai trouvé ces gens-là dans chacun des plus de 60 pays où j'ai travaillé. Les gens ordinaires savent que  nos politiques environnementales actuelles sont basées sur la cupidité, qu’elles ne sont pas faites pour les êtres vivants et ne sont pas durables. »  

Traduction : Cécile Monnier, http://fukushima.over-blog.fr/article-rosalie-bertell-107328661.html

Qui est Rosalie Bertell ?

Sœur des Nonnes Grises du Sacré-Cœur, Rosalie Bertell était titulaire de cinq doctorats honoris causa. Elle comptait, parmi ses nombreuses récompenses, le Prix Right Livelihood1986, connu sous le nom de Prix Nobel Alternatif ; le Prix de la Paix du mouvement World Federalist ; le Prix Innovateur pour la Santé du Conseil de la Santé du Premier Ministre de l’Ontario ; le Prix du Programme pour l’Environnement Global500 des Nations Unies et le Prix Sean Mac Bride International de la Paix. En 2005, elle a été l'une des 1000 Femmes de Paix nominées pour le Prix Nobel de la Paix. Elle a publié plus de 100 articles, et fut rédactrice de la revue « Perspectives Internationales en matière de Santé Publique ».  

Le premier livre de Rosalie Bertell  : No Immediat Danger ? Prognosis for a Radioactive Earth, paru en 1985, a été traduit et publié en français en 1988 (2ème tirage en 1989) sous le titre Sans danger immédiat ? L'avenir de l'humanité sur une planète radioactive  (Ed. La pleine Lune).  

ber danger



Published by Internationalnews - dans Portraits
commenter cet article
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 00:05


12 octobre 2011



David MaceyFrantz Fanon, une vie, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers Libres », 2011.

Par Eddy Banaré*


On ne pouvait mieux marquer le cinquantenaire1 de la disparition de Frantz Fanon que par la traduction de l’un des ouvrages les plus complets qui lui ait été consacré. Les éditions La Découverte ajoutent à cette traduction une édition desŒuvres complètes2 de Fanon en un volume préfacé par le théoricien Achille Mbembe3 et introduit par la philosophe Magali Bessone4. Publiée en 20015, la biographie de David Macey a été saluée aux États-Unis où elle s’est, depuis, imposée comme la pierre angulaire des études fanoniennes.


Elle se place aux côtés des travaux de David Caute6, Irene Gendzier7, Alice Cherki8, Pierre Bouvier9 ou du témoignage de Joby Fanon10, le frère aîné du penseur. Il y a une fascination pour Fanon qui cohabite également avec une peur : la parole de Fanon est, en effet, subversive bien sûr, intense ; elle galvanise surtout. Son œuvre a servi de bréviaire à nombre d’étudiants afro antillais des années 1960-1970 qui en ont tiré citations et slogans.


2Fascination donc, au sens où la trajectoire de Fanon est, fulgurante (il a entamé son œuvre à 28 ans), presque romanesque et qu’elle semble tracer les grandes lignes d’une solidarité mondialisée entre les « damnés de la terre ». Et peur, dans la mesure où Fanon décrit en détail l’infinie variété de réponses des anciens colonisés aux violences coloniales et/ou néocoloniales. Il a osé énoncer et théoriser la violence11 comme un des échappatoires à la domination coloniale, ce qui a encore pour effet de déstabiliser les pouvoirs, mais c’est oublier qu’il parlait en psychiatre. Car la lecture de Fanon procure un certain embarras12, au point d’être parfois culpabilisante13, même à cinquante ans de distance.


Parfois cité, il semble néanmoins encore impossible d’envisager que ses travaux soient inclus dans un programme d’enseignement universitaire français. Ce double aspect du rapport à l’œuvre de Fanon suffit à expliquer une grande partie des malentendus à partir desquels sa pensée a été réduite à une propagande, une grande imprécation ou une dangereuse théorisation de la violence. Le travail de Macey vient nous rappeler que Fanon est d’abord l’exemple d’une acuité rare de son temps et qu’il a élaboré de précieux outils conceptuels pour la compréhension de notre présent.

3« La logique d’une pensée […] ressemble plus à une chaîne volcanique qu’à un système tranquille et proche de l’équilibre »14 disait Gilles Deleuze. La biographie de Macey est une impressionnante traversée doublée d’un exercice rigoureux d’admiration qui n’est jamais servile. Car, aussi fulgurante que fût sa trajectoire, la pensée de Fanon est d’une force et d’une densité rares. Consacrée à ce que l’histoire de la colonisation peut susciter d’interrogations d’ordre social, historique, philosophique, voire esthétique, Fanon n’interroge pas moins de quatre siècles de l’humanité. Et pris dans son époque — celle des décolonisations — il convoque la quasi-totalité de la vie intellectuelle et politique d’après-guerre.


Aussi, le travail de Macey surpasse la simple explication et la recherche de cohérence dans la trajectoire du penseur. Au contraire, le biographe nous donne à vivre de l’intérieur le magma de la pensée de Fanon. Il est vrai que, face à une pensée aussi singulière que celle de Fanon, il est difficile de ne pas chercher à comprendre l’homme hors de l’œuvre. Le dévoilement que propose Macey n’est en rien explicatif, il ne cherche pas à repérer les points de ruptures d’un parcours de vie.


Il prend acte, à partir de témoignages, que l’homme Fanon était une personnalité hors du commun et procède plutôt à un effort de contextualisation historique aigu où les événements et le grand contexte colonial (des Antilles et de l’Algérie) ont permis d’attiser un foyer intellectuel déjà incandescent. Et le porte-parole du GPRA (Gouvernement provisoire de la République d’Algérie) à la conférence d’Accra en 1960, n’en devient que plus surprenant dès lors qu’on l’accompagne des rues de Fort de France jusqu’à Blida en Algérie.

4Peut-être que la force du travail de Macey vient de son point de départ ; une première lecture qu’il reconstitue dans l’introduction de la version française. Elle a eu lieu dans la France des années 1960, d’après la guerre d’Algérie et d’un mai 1968 en germe. À mesure qu’il retrace la trajectoire de Fanon, Macey n’oublie jamais de la mettre en résonance avec les événements politiques mondiaux. L’étudiant qu’était Macey se souvient, en effet, que Fanon « était aussi étroitement associé au mouvement Black Power aux États-Unis (et que) chaque Noir, sur le toit de son immeuble, qui défendait sa cause avec une arme à feu pouvait, disait-on, citer Frantz Fanon » (p. 14).

La postérité immédiate de l’œuvre de Fanon suffit à expliquer le malentendu qui persiste encore aujourd’hui. Fanon est encore parfois considéré comme une icône romantique. Une image persiste au détriment des idées et d’une œuvre tenue à distance parce que jugée trop violente, trop explosive. Lorsque Fanon est cité en exemple, c’est toujours au nom de l’intégrité dans la défense de la liberté et de l’engagement anticolonial. On évite d’affronter la colère de Fanon. On peine, en effet, à concevoir que la colère puisse être à l’origine d’une pensée de la liberté et du respect entre les hommes. L’implication de Fanon auprès du FLN (Front de Libération Nationale) permet, le plus souvent, de n’entrevoir que l’homme de la lutte armée. C’est en explorant cette ambiguïté que Macey invite son lecteur à découvrir Fanon.

5Si, en resituant un cadre historique, Macey révèle la singularité de l’homme-Fanon, il nous montre à quel point la postérité de l’œuvre demeure problématique, surtout lorsqu’elle est au cœur d’une vogue académique. Dans des pages d’une grande sévérité, mais pertinentes, Macey s’attaque aux postcolonial studies. Il considère que « la sophistication même des lectures postcoloniales de Fanon est, en un sens, la cause de leur faiblesse » (p. 49). Souvent, ces travaux développent une approche superficielle de l’œuvre ou oublient l’aspect du militantisme politique auprès du FLN algérien, alors qu’il y a là de quoi, sinon enrichir, mais nuancer l’utilisation de l’arsenal théorique conçu par Fanon.


De même, éluder le fait que la Martinique sert d’arrière-plan à Peau noire, masques blancs, c’est courir le risque d’une généralisation stérilisante et d’approximations épistémologiques. Sur ce point, Macey tranche qu’ « il est futile d’essayer de faire de Fanon le psychanalyste qu’il n’a jamais été ou, comme Bhabha15, un Lacan noir en devenir » (p. 49). Plus que toute autre, il semble que l’accueil contemporain de l’œuvre de Fanon conduit à une dislocation et à un dangereux éloignement de son premier contexte.

6« Le Fanon “postcolonial” est, à bien des égards, une image inversée du Fanon “révolutionnaire” des années 1960 » (p. 49) conclut Macey. Et de souligner l’actualité16 d’une pensée en rappelant que « les damnés de la terre sont encore là, mais pas dans les salles de séminaire où l’on parle de théorie postcoloniale » (p. 49). Ils sont dans les grèves de 2009 aux Antilles et les Printemps Arabes de 2011 ne pouvaient trouver meilleur prisme que cette pensée insoumise. Aussi, les rassemblements d’Indignés à travers le monde peuvent trouver dans son idée de « l’Homme », comme « oui à la vie » et « Non au mépris »17, de quoi penser leurs situations face à la domination de la finance. Sans discuter l’apport des postcolonial studies (qui est d’avoir montré que la colonisation et ses héritages sont des données fondamentales de notre monde contemporain), Macey met en garde contre ce que l’occultation de la figure de Fanon contient de travestissements et de contresens.


Une telle pensée ne peut supporter d’être aseptisée ou mise sous cloche. Car Macey montre que Fanon n’était pas adepte de froide théorisation, mais bien de mise en pratique. Dès Peau noire, masques blancs, il affirmait : « nous voudrions chauffer la carcasse de l’homme et partir […] : l’Homme entretenant ce feu par auto combustion »18. Ce que cette biographie rappelle avec justesse, c’est qu’aujourd’hui encore, la lecture de Fanon enseigne une vigilance et une exigence ; elle met en état d’alerte face aux discours et aux appareils de domination.


1  Voir le site de la Fondation Frantz Fanon : http://frantzfanonfoundation-fondationfrantzfanon.com/

Voir également : http://www.frantzfanoninternational.org/

Voir le site internet réalisé à l’occasion de ce cinquantenaire : http://www.frantzfanon.net/

2  Frantz Fanon, Œuvres complètes (Peau noire, masques blancs/L’an V de la révolution algérienne/Les damnés de la terre), Paris, La Découverte, « Cahiers Libres », 2011.

3  Cf. Achille Mbembe, Sortir de la grande nuit, Paris, La Découverte, 2010.

4  Elle a déjà réalisé la traduction et les notes de Les âmes du peuple noir de W.E.B Dubois, édité chez La Découverte en 2007.

5  David Macey, Frantz Fanon : A Biography, London, Picador Editions, 2001.

6  Cf. David Caute, Fanon, Paris, Seghers, 1970.

7  Cf. Irène Gendzier, Frantz Fanon, Paris, Seuil, L’Histoire Immédiate, (1973), 1976.

8  Cf. Alice Cherki, Frantz Fanon : portrait, Paris, La Découverte, (2000), 2011.

9  Cf. Pierre Bouvier, Aimé Césaire et Frantz Fanon : portraits de décolonisés, Paris, Les Belles Lettres, L’Histoire de profil, 2010.

10  Cf. Joby Fanon, Frantz Fanon : de la Martinique à l’Algérie et à l’Afrique, Paris, L’Harmattan, 2004.

11  « Pourquoi nous employons la violence » est le titre de la conférence que Fanon prononce à Accra en avril 1960. Cf. « Annexe » de L’an V de la révolution algérienne, Paris, La Découverte, (1959), 2011.

12  Cf. David Macey, « “I am my own foundation” : Frantz Fanon as a Source of Continued Political Embarassment », Theory, Culture and Society, December 2010, 27, p. 33-51.

13  Il suffit de lire ces extraits de la « Lettre à un français » rédigée en 1956, pendant la guerre d’Algérie : « […] quand on voudra comprendre pourquoi tu as quitté ce pays, comment feras-tu pour éteindre cette honte que déjà tu traînes ? Cette honte de n’avoir pas compris, de n’avoir pas voulu comprendre ce qui autour de toi s’est passé tous les jours » In. Pour la révolution africaine : Écrits politiques, Paris, La Découverte, (1964/1969), 2006, p. 56.

14  Gilles Deleuze, Pourparlers, Paris, Minuit, Reprise, (1990), 2003, p. 116.

15  Macey fait allusion à The Location of Culture (1994) traduit en France en 2007 sous le titre Les lieux de la culture. Bhabha consacre le deuxième chapitre à Fanon (« Interroger l’identité : Frantz Fanon et la prérogative postcoloniale » p. 85-146) où, il faut le reconnaître, Bhabha accorde peu d’importance au vécu antillais. Il précipite Fanon dans un ensemble indistinct « Noir », « Français », « Algérie française » et le passe au prisme d’un impressionnant appareillage théorique qui puise dans la sémiotique et la psychanalyse. Sans nous dans une discussion sur les théories de Bhabha, il faut dire que, sur ce point, Fanon montre encore la fécondité de sa pensée. À l’instar de Bhabha Macey aurait sûrement conclu que « se souvenir de Fanon est un processus d’intense découverte et de désorientation ». In Homi K. Bhabha, Les lieux de la culture, Paris, Payot, (1997), 2007, p. 116.

16  Voir la présentation du n° 10 de la revue Contretemps consacrée à ce cinquantenaire, « Frantz Fanon aujourd’hui, le souffle de Fanon » :http://www.contretemps.eu/lectures/pr%C3%A9sentation-dossier-contretemps-n%C2%B0-10-frantz-fanon-aujourd%E2%80%99hui-souffle-fanon

17  Frantz Fanon, Peau noire, masques blancs, Paris, Seuil, (1952), 1971, p. 180.

18  Idem., p. 7.


Docteur en Littérature Comparée, Membre associé du C.N.E.P (Centre des Nouvelles Etudes du Pacifique EA 4242) de l'Université de la Nouvelle-Calédonie

Source: Eddy Banaré, « David Macey, Frantz Fanon, une vie », Lectures [En ligne], Les rééditions, 2011, mis en ligne le 24 octobre 2011, http://lectures.revues.org/6648 

Url de cet article:


Published by Internationalnews - dans Portraits
commenter cet article
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 14:06



  • Guardian.co.uk, Wednesday 2 November 2011
  • David Macey’s book about adoption sought to warn of the dangers of ‘old’ damage




David Macey, who has died of lung cancer aged 62, was one of the finest intellectual historians of his generation. He published studies of Jacques Lacan, Michel Foucault and Frantz Fanon as well as a dictionary of critical theory and many essays and reviews. He was a prolific and elegant translator, with a tally of translations amounting to some 60 books. Spending most of his life outside literary London, and the antithesis of the pushy networker, David deserved to be far more celebrated than he was.


I published all four of his full-length books under four different imprints. We met in 1980 through John Taylor and his partner, Elaine Capizzi. The three of them formed the British Timor Solidarity Campaign and kept up a stream of bulletins on the situation facing the Timorese people under Indonesian occupation.

After reading David's marvellously lucid essays in Radical Philosophy, I suggested that he write a book for Verso about Lacan, then a huge and inscrutable presence in the literary and philosophical landscape. In 1988 David produced Lacan in Contexts, a careful account of what Lacan may be taken to mean and how he formed his allusive, punning style. The book was very good on the afterlife, especially on the almost hysterical reverence for Lacanian thought in British film and literary studies during the 1970s and 80s.

The Lives of Michel Foucault (Hutchison, 1993) earned the accolade of adoption by the French publisher Gallimard, a company highly resistant to the work of British intellectuals unless they are of extreme and long established eminence. The book's temperate and adult tone was too much for some of Foucault's more feverish acolytes – there is something about postwar French thought that reduces commentators to a state of uncritical fandom – but it will outlive a great many other books in its field. The biography drew on careful interviews with those closest to a philosopher who was fiercely reticent about his past, and had left as little documentation as possible that might help those trying to retrace his life.

His Frantz Fanon: A Life (Granta, 2000) is one of the best reflections on France and Algeria, on the intricacies of Fanon's anti-imperialism and of postcolonial thought. David navigated the minefields of the latter with consummate tact and good sense. He managed to chip away the mythological carapace that had grown up around this celebrated intellectual.

As Adam Shatz wrote in the New York Times, Macey's life of Fanon is "the best, the most intellectually rigorous and the most judicious" treatment yet published. It rescued Fanon from his reputation as merely an apostle of violence and his later fate as a champion of "postcolonial" literary criticism, obsessed with identity and sexuality. He treated Fanon's wilder predictions and aphorisms with due scepticism. A French translation of the book will be published in December 2011.

The son of a miner, David was born in Sunderland and grew up in Houghton-le-Spring. He retained a deep affection for the north-east and an abiding interest in its history. He went to Durham Johnston grammar school and studied French at University College London, where he did his PhD on Paul Nizan, the dissident communist intellectual. David met Margaret Atack while they were students at London. They married in 1988. 

In the 1970s, David was interested in the attempts to link Marxism and psychoanalysis, and was involved in various leftwing theoretical circles. He remained a highly critical, independent radical. From 1974 he taught part-time at North London Polytechnic (now part of the University of North London), UCL and City University, but when Margaret was offered a permanent post at Leeds University in 1981, he left university teaching behind and became a full-time translator and writer. In 1989 Margaret became head of the school of humanities at Sunderland, and there they adopted three children. In 1993 they returned to Leeds. 

David and Margaret's decision to adopt at once had an enormous impact on their lives. The final book that we published together was the most surprising of all, a deeply personal account of his and Margaret's experience. He wrote it under a pseudonym and it was published under a certain veil of secrecy. It is a moving, disturbing and unforgettable book because David wished to warn others about how prospective parents may not be told about what their adopted children have gone through before they enter their new lives, and how old damage can explode in the new family with devastating results. His account of how he and Margaret and the children overcame these difficulties is inspiring, but it does not have a single note of false sentimentality.

A modestly brilliant person who seemed to have read everything and was incisive and careful in his judgments, David was one of the most exceptional writers with whom I had the privilege of working. He would send me his work in progress, draft chapters and fragments of chapters. These were so beautifully composed that it was like receiving a book in serial form. He had a way of rendering the most complex ideas in notoriously opaque fields of thought accessible to the intelligent lay reader.

We were always talking about new projects. He had an idea for a book about Paris during the German occupation that was never to be written, though I suspect there may be some of those wonderful fragments lurking among his papers.

He is survived by Margaret, their children, Aaron, John and Chantelle, his grandchildren, Marni, Zak, Sophie and Leo, and his sister, Marion.

• David Macey, author and translator, born 5 October 1949; died 7 October 2011


Dr David Macey 1949—2011 - VersoBooks.com
 David Macey | Progressive Geographies

The lives of Michel Foucault: a ... - David Macey - Google Books

Lacan in Contexts - VersoBooks.com



Published by Internationalnews - dans Portraits
commenter cet article
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 13:22
JPEG - 285.2 ko

Le Monde Diplomatique


jeudi 28 octobre 2010, par Bruno Lecoquierre


A l’occasion du dixième anniversaire de la mort de Théodore Monod, Bruno Lecoquierre, maître de conférences à l’Université du Havre (UMR Idees/Cirtai), revient sur l’œuvre et les voyages de ce grand scientifique. Il décrit sa soif inextinguible d’explorations, qui se sont souvent effectuées dans des conditions climatiques et sanitaires extrêmes. Mais Monod, même s’il essaye de se surpasser, ne cherche jamais l’« exploit ». Il va toujours jusqu’au bout ou presque. « Le Tanezrouft est un désert intégral, ignoré des indigènes eux-mêmes, dira-t-il. Il faut pourtant se décider à aller voir ce qu’il y a dedans, et, s’il n’y a rien, à aller voir qu’il n’y a rien, de façon à en être sûr. »

Théodore Monod, disparu le 22 novembre 2000 à 98 ans, était un grand voyageur et un savant polyvalent : ichtyologue, géologue, botaniste et préhistorien. Professeur au Muséum d’histoire naturelle de Paris et directeur de l’Institut français d’Afrique Noire à Dakar (IFAN) de 1939 à 1965, il a aussi été un remarquable explorateur, menant plusieurs missions d’une grande témérité dans des régions sahariennes qui étaient encore inconnues des Européens au XXe siècle.

Curieusement, ce grand Saharien, que les journalistes avaient surnommé le « fou du désert », n’a été connu du grand public que très tardivement, lorsqu’un film de télévision réalisé par Karel Prokop (« Le vieil homme et le désert ») l’a rendu subitement médiatique en 1989. Théodore Monod avait alors… 87 ans et donnait l’image d’une sorte de patriarche, barbu et l’œil malicieux, la peau burinée par soixante-quinze années d’expéditions en milieu désertique. Devenu presque aveugle, il continuait pourtant à voyager et il effectua sa toute dernière mission dans l’Adrar de Mauritanie, entre le 6 et le 20 décembre 1998, à l’âge de 96 ans.


Parmi les 124 voyages répertoriés dans sa carrière [1], beaucoup auraient pu être retenus. Mais ne sont évoqués ici que les itinéraires de ses principales missions d’exploration saharienne. En effet, le long voyage de seize mois dans l’ouest saharien en 1934-1935, la première traversée du Tanezrouft avec le lieutenant Brandstetter en 1936 et les quatre missions d’exploration au long cours à travers la Majabat al Koubra, entre 1953 et 1960, semblaient être les illustrations les plus évidentes de la « longue carrière » du voyageur Monod.


Ces expéditions en font l’une des grandes figures de l’exploration saharienne du XXe siècle, aux côtés de Conrad Kilian, Henri Lhote et de quelques officiers méharistes français qui ont parfois été de remarquables découvreurs.

Les itinéraires reconstitués ici collent au plus près à la réalité des parcours de Théodore Monod, mais ils ont été simplifiés afin d’en rendre la lecture cartographique plus aisée. Les itinéraires de l’expédition 1934-1935 et de la traversée du Tanezrouft avaient été publiés par Théodore Monod dans Méharées en 1937 et les itinéraires des expéditions dans la Majabat al Koubra sont parus dans L’émeraude des Garamantes et dans Majâbat al-Koubra. Les uns et les autres étaient cependant peu lisibles sur le plan cartographique et il était utile de redessiner ces cartes pour les rendre plus accessibles.

1934-1935 : l’Ouest saharien Retour à la table des matières

Les années 1930 sont une période faste pour l’exploration saharienne. Le Sahara français est totalement « pacifié » après la prise de Tindouf en 1934 et la pratique de la razzia s’éteint au même moment. Dans son livre Le sel du désert, l’exploratrice française Odette du Puigaudeau évoque sa rencontre, en 1937, aux salines de Taoudenni, avec Sidi Mohammed El Aïssaoui, le dernier razzieur connu : « Moi, El Aïssaoui, j’ai mené trente-sept rezzou… Quand on décidait de faire un grand razzi, les R’Gueïbat donnaient les chameaux, les fusils et tout ce qu’il fallait, et quelques hommes aussi, mais c’était nous, les Touabir, qui arrangions toutes choses pour le mieux et qui conduisions les autres du Maroc au Sénégal et au Soudan, partout où il y avait de beaux chameaux et des esclaves vigoureux. » El Aïssaoui mena son dernier rezzou en 1934 [2].

JPEG - 1.4 Mo
Expédition de 1934-1935

La très longue expédition que Théodore Monod va organiser en 1934 et 1935 dans tout l’ouest du Sahara n’est cependant pas la première pour lui. Deux missions l’avaient précédée : le voyage initiatique entre Port-Etienne [3] et Saint-Louis du Sénégal, en 1923, et la mission Augiéras-Draper, entre Tamanrasset et Tombouctou, en 1927 et 1928. Monod avait aussi passé l’année 1929 dans l’Adrar Ahnet pour y effectuer son service militaire comme chamelier de 2e classe dans la compagnie saharienne du Tidikelt-Hoggar.

Au départ de Saint-Louis, en mars 1934, l’explorateur trace les grandes lignes de son programme : « Je n’ai, officiellement, que deux points fixes pour encadrer mes pérégrinations futures : la région de Chinguetti, en Mauritanie, où il me faut rechercher une météorite géante, colossale, fabuleuse (cent mètres de long et quarante de haut, affirme l’informateur…), et celle d’Asselar, au Soudan [4] : là, je dois reprendre l’étude du gisement où, en 1927, nous avions, mon collègue et ami M. Besnard et moi-même, la bonne fortune de pouvoir recueillir le précieux squelette d’un homme fossile. De Chinguetti à Asselar, il y a d’ailleurs plus de mille deux cents kilomètres à vol d’oiseau, donc infiniment davantage à “vol” de chameau [5]… »

L’expédition va s’effectuer, comme toujours avec Monod, dans une configuration légère : six à dix chameaux [6]et trois à quatre chameliers. Il va aussi bénéficier de l’aide logistique constante – et parfois aussi de l’accompagnement – des militaires des compagnies méharistes françaises disséminées dans cet immense espace.


Beaucoup plus que la recherche de la météorite de Chinguetti, qui était son principal argument de départ, les étapes les plus remarquables de ce long périple seront l’exploration du Guelb er Richat, dans le massif de l’Adrar, en Mauritanie, celle de la falaise de Tichit, dans la région de l’Aouker, en Mauritanie toujours, et les reconnaissances effectuées dans l’extrême nord du Mali, aux salines de Taoudenni et de Teghazza, et sur la bordure orientale de la Majabat al Koubra, de part et d’autre de la frontière actuelle entre la Mauritanie et le Mali.


Le Guelb er Richat est une curieuse formation géologique au nord-est de Ouadane, bien visible sur les photos de satellite ; elle présente un assemblage de falaises concentriques qui, vues de haut, font inévitablement penser à un impact de météorite. Cette région avait été sommairement décrite dès 1916 par les militaires français puis évoquée par Ernest Psichari dans son livre Les voix qui crient dans le désert, publié après sa mort en 1920 : « Ouadane est à la porte d’une immense cuvette, étirée vers le nord-est, et tapissée d’herbes chères aux chameaux [7]. »

Une première carte au 1/500 000e faisant mention du Richat avait été dressée en 1922 par le Service géographique de l’Afrique occidentale française. La structure, encastrée dans le plateau gréseux de Chinguetti, présente une altitude qui dépasse tout juste 500 mètres au centre mais s’étend sur près de 50 kilomètres de diamètre d’un bord à l’autre. Au sol, on n’en repère les structures circulaires et concentriques que parce que l’on sait qu’elles existent. Aucune exploration n’avait été menée dans ce site encore largement inconnu. Le premier, Théodore Monod va s’y aventurer, les 7 et 8 juillet 1934 ; il va décrire précisément la formation et s’interroger sur son origine. Les notes de son journal d’exploration démontrent que, dès sa première exploration [8]de ce lieu où il reviendra si souvent par la suite, il en avait pressenti l’organisation générale :


« 7 juillet – Marche 4h15-9h55. M’étant aperçu que mes ordres de la veille avaient été ou mal compris ou transgressés, je me suis dirigé droit sur le centre du Richat que nous étions en train de contourner et non pas de traverser par le milieu comme je le désirais. Nous avions campé dans le premier sillon (Juif ou Zweïk – le petit juif étroit)  [9], de là, escalade de la 2e crête (399 à 4h40), grès – descente dans le Juif el Alkham (356 à 4h50) – traversée par un Khenig la 3e crête (pendage 10°) – descente dans le Juif dayet el guelb (grès tachetés ; premiers calcaires (gris) et “brèches” calcaires) – traversée de la crête 4 (380 à 5h10) et descente dans le dayet el guelb ou dayet el mujram (d. de l’intestin), avec un admirable sol polygonal (335 à 5h25) – franchi une 5e crête (grès à marques violettes) – un Juif sans nom (325 à 5h35) – une 6e crête large (362 à 5h45) – une dépression sans nom, pour attaquer ensuite le massif central (guelb er Richat), 385 m au point culminant à 6h35. Le centre topographique est occupé par une dépression entourée de guelbs ; un oued coupe le centre. Toute la partie centrale du Richat est faite de brèches calcaires, de silex rouges, de grès. Le tout probablement très métamorphisé. Mais nulle part n’apparaissent de roches éruptives. Au centre du guelb, plusieurs blocs de calcaires à “collenia” [10], de taille intermédiaire entre celles d’Amder et celles d’hier. En somme le Richat est une gigantesque boutonnière ouverte dans le dhar, un dôme arasé faisant apparaître les termes inférieurs aux grès du dhar. »

L’explication la plus couramment admise est qu’un dôme magmatique s’est formé là, sur un croisement de lignes de failles, il y a cent millions d’années environ, et s’est arrêté de croître avant que le dôme ne fût devenu volcan. Les vieux grès du cambrien soulevés par la surrection du dôme ont ensuite été le jeu des fractures et de l’érosion pour présenter ce système de cuestas concentriques qui donne aujourd’hui au Richat son caractère un peu mystérieux.

Après une longue exploration du massif de l’Adrar, et sans avoir trouvé la météorite, l’explorateur prend enfin la route du sud pour gagner Tombouctou où il va pouvoir participer à l’azalaï, la grande caravane qui monte chercher le sel aux mines de Taoudenni. Au pied de la falaise qui domine de 300 mètres la vaste dépression sablonneuse de l’Aouker, Théodore Monod atteint Tichitt le 14 septembre 1934 :


« Tichitt. Battu sans répit des vents – et de quels vents ! à décorner les antilopes plus de deux cents jours l’an, noyant tout dans la poussière, le sable, le gravier, vous emprisonnant d’un mur blanchâtre, opaque… […] Le village vit de sa sebkha où l’on recueille, à la surface du sol, une croûte de sel impur que viennent chercher pour l’alimentation de leur bétail, les gens du Hodh et du Sahel. Ils paient en nature, aux habitants de Tichit, le sel qu’ils emportent, leur laissant, par charge du chameau, deux francs cinquante de marchandises (mil, beurre, feuilles de baobab, thé, sucre, etc.). […] A Tichitt, je séjournai sept jours ; c’est depuis mon départ d’Aleg, avec un arrêt de quatre jours à Atar, mon repos le plus long. J’arrive d’ailleurs fatigué, fiévreux, un peu humilié, et surtout légèrement alarmé, de cette défaillance physique, quand le plus rude, avec les grandes randonnées de l’hiver, est encore à faire. Suffirai-je aux sept mois d’efforts qui m’attendent ? Pour l’instant, j’utilise de mon mieux l’arrêt à Tichitt : collections préhistoriques, gravures rupestres et, surtout, enquête sur la langue azzer [11]. »

Théodore Monod arrive à Tombouctou le 25 octobre pour en repartir le 29 avec l’azalaï : « Trois mille chameaux vont monter à Taoudenni pour y charger des barres de sel. En interminables files, comme autant de tronçons d’un serpent géant, se déplaçant à la surface du sol d’un mouvement lent et continu – une vraie progression de mille pattes – l’azalaï se glisse d’abord entre les derniers acacias du sahel… » Il est à Taoudenni le 18 novembre et décide de pousser, en compagnie d’un détachement du groupe nomade du Timétrine [12], jusqu’aux anciennes salines de Teghazza [13]où, comme il le note dans Méharées, ne l’avaient précédé que deux civils : Ibn Battoutah en 1352 et René Caillié en 1828. Revenu à Taoudenni, il s’associe au groupe nomade d’Araouane, composé de quatre militaires français [14]et de quelques « tirailleurs soudanais » : « Des mois durant, nous avons erré à travers les solitudes de l’Erg Chech, de l’Azlef, du Hank, du Lemriyé, paysages sans formes et sans couleurs, plaines, regs, dunes, regs, plaines dunes, et ainsi de suite [15]. »

Le tracé (simplifié) de l’itinéraire sur la carte illustre l’invraisemblable appétit de découverte de l’explorateur et de ses compagnons, dans des conditions climatiques parfois très inhabituelles : « Quel drôle de temps : tonnerre toute la journée, il pleut moins qu’hier, mais ce matin, il y avait un brouillard épais, une véritable mer de nuages qui s’étendait à nos pieds dans la vallée (nous somme sur une colline) et de laquelle émergeait le sommet des dunes ! Des dunes dans une mer de nuages ! Que nous reste-t-il à voir ? Un tremblement de terre ? Un déluge ? Finirons-nous la traversée du Djouf [16]en pirogue ? Il faut désormais s’attendre à tout et ne plus s’étonner de rien [17]. »

Les problèmes physiques ajoutent aussi à la difficulté de cette très longue expédition, comme en arrivant à Tinioulig (où se trouvent d’anciennes salines) : « Mauvaise journée : j’ai une saleté au pied, très douloureuse. Hier matin, j’ai voulu essayer de marcher, mais je n’ai pu tenir que deux heures. Aujourd’hui, toute l’étape à chameau : cela me vexe mais il n’y a vraiment pas moyen de faire autrement. En réalité, je ne puis plus marcher : hier, j’avais probablement un brin de fièvre. Pourvu que cela se tasse vite ! D’abord, cela m’empêche totalement de travailler ; ensuite cela risque de compliquer le voyage si je deviens un simple colis, et cela à la veille du grand raid final [18]. » Le grand raid final, c’est la jonction entre Tinioulig et Araouane, sur la bordure orientale de la Majabat al Koubra, soit une méharée de 600 kilomètres environ sans ravitaillement en eau (1er au 15 mars).


A Araouane, Théodore Monod quitte le groupement méhariste et poursuit sa route 400 kilomètres vers l’est afin de revoir le site d’Asselar, dans le massif du Timétrine, où il avait découvert un squelette fossile lors de la mission Augiéras-Draper de 1927. D’Asselar, il décide enfin de pousser dans l’Adrar des Iforas pour se rendre au camp du Groupe nomade du Timétrine où s’ébauche avec le lieutenant Brandstetter le projet de traversée du Tanezrouft, initialement prévu en conclusion de ce long voyage et qui sera finalement réalisé l’année suivante. Il ne reste plus qu’à rejoindre Tombouctou « à travers un Azaouad calciné, à franchir en diagonale – quatre cents kilomètres – par une température maintenant torride [19]... »

Dans ses carnets, à la date du 10 avril 1935, l’explorateur résume les nombreuses difficultés physiques qu’il a rencontrées tout au long de son expédition : « Ce que j’aurai dégusté, quand même, au cours de ce voyage ! Rien de bien dramatique sans doute, pas de coup de sabre sur le crâne [20], pas de balle dans le ventre, mais une très solide accumulation de désagréments physiques des plus variés. Je ne serai pas mécontent, après pareille séance de mortification, de goûter un peu la “douceur du nid”. Mais nous sommes ainsi faits que le lendemain du jour où je serai descendu de chameau, pour de bon, à Tombouctou, et où j’aurai repris la vie “civilisée”, je regretterai les libres et brutales chevauchées du désert et ne songerai qu’à remettre ça. »

Le Tanezrouft Retour à la table des matières

Le tracé de l’itinéraire de ce très long voyage de 1934-35 s’inscrit principalement dans deux régions sahariennes : la Mauritanie, de l’Adrar à l’Aouker, et le nord du Mali, de Tombouctou à Teghazza. En observant cet itinéraire sur la carte, on remarque qu’un vaste espace sépare les deux régions visitées : c’est la Majabat al Koubra à laquelle Monod s’attaquera dans les années 1950. Avant cela, c’est à un autre espace vide qu’il va s’intéresser, celui qui borde vers l’est les régions parcourues dans le Sahara malien : le Tanezrouft [21].


Rentré à Paris en juin 1935, Théodore Monod ne va pas y demeurer bien longtemps. Il débarque à Alger au début de novembre en compagnie d’Olga, sa femme, qui l’a accompagné jusqu’aux portes du Sahara. Le trajet se fait en voiture jusqu’à Reggane où l’attend le lieutenant Brandstetter qui sera son compagnon d’exploration. Mais avant d’attaquer le Tanezrouft, Monod veut compléter ses observations de l’année précédente. Il quitte donc Reggane à chameau en direction de Taoudenni puis prend la direction de Tindouf où il passe Noël : « Demain matin, quittant Tindouf, j’aurai devant moi plus de deux mille kilomètres de route, à pied et à chameau, de rudes étapes, des marches épuisantes, mais aussi de ces bons sommeils de bête fatiguée, quotidiens miracles de la nature qui vous amènent à l’aube en état de recommencer l’effort de la veille [22]. »

Il est de retour à Taoudenni le 22 janvier puis retrouve Brandstetter à In Dagouber le 27 janvier : « In Dagouber, c’était, jusqu’à présent, l’extrême limite de la zone connue, vers le nord-est, en direction du Sud algérien. Au delà, le Tanezrouft, désert intégral, ignoré des indigènes eux-mêmes. Il faut pourtant se décider à aller voir ce qu’il y a dedans, et, s’il n’y a rien, à aller voir qu’il n’y a rien, de façon à en être sûr. »

JPEG - 1 Mo
Expédition du Tanezrouft

La mission se compose de cinq personnes (Monod, Brandstetter et trois chameliers). Elle quitte In Dagouber – où se trouve le campement du Groupe nomade du Timétrine – le 3 février 1936 et se dirige tout d’abord vers le puits de Sobti : « Les adieux, à In Dagouber, ont été amicaux, mais entièrement dépourvus d’émotion. Sans doute n’y a-t-il guère lieu d’en manifester, ou du moins les Sahariens ne sont-ils pas gens à s’étonner aisément, à s’attendrir, à s’inquiéter. Pour eux, tout est si simple : à quoi bon s’émouvoir pour si peu ? »

A partir du 8 février, après le passage à Sobti (6 février), l’expédition va s’effectuer à marche forcée sur près de 500 kilomètres (les 10, 11 et 12 février, environ 59 kilomètres ont été parcourus dans la journée). Elle se termine le 14 à Ouallen, sur les contreforts de l’Adrar Ahnet. Monod, cependant, n’est pas satisfait des résultats géologiques et entreprend, avec l’aide supplémentaire de deux méharistes de la compagnie saharienne du Touat, une traversée « retour » plus septentrionale.


Dans son livre L’exploration du Sahara paru en 1938, Henri-Paul Eydoux raconte ainsi cette deuxième traversée du Tanezrouft : « Cette fois, la marche fut accélérée ; on réussit à faire jusqu’à 66 kilomètres par jour. Partis le 19 février [23], Monod et Brandstetter n’atteignaient un puits que le 1er mars, hommes et bêtes étant épuisés. C’est ainsi que cent dix ans après que Laing y eut le premier pénétré, deux jeunes français avaient définitivement triomphé du Tanezrouft en le traversant dans sa plus grande largeur. » L’expédition atteint le puits de Bir ed Deheb dans l’erg Chech le 1er mars, puis Grizim le 6 mars – où le géologue découvre enfin le substratum et les stromatolithes qu’il poursuivait depuis In Dagouber – et revient ensuite au nord-est vers Adrar où la mission se termine le 19 mars.

JPEG - 225.6 ko
Coupure de presse

La décennie Majabat Retour à la table des matières

Après avoir passé plusieurs années à l’étude géologique de l’Adrar de Mauritanie, Théodore Monod décide, au début des années 1950, de se tourner vers un nouveau territoire d’exploration, la Majabat al Koubra : « La géologie de l’Adrar se trouvait sommairement dégrossie et l’amateur, sa tâche achevée avec la publication de ses observations en 1952, devait céder la place aux spécialistes, aux vrais géologues. Où aller maintenant ?… Pourquoi ne pas regarder vers l’est où les plateaux gréseux de l’Adrar et du Tagant plongent sous des sables s’étendant sur un bon millier de kilomètres de long d’un seul tenant, jusqu’à ceux de l’erg Chech et de l’Azaouad, jusqu’à Araouane et Tombouctou ? Quelques 250 000 kilomètres carrés sans un point d’eau, un gigantesque no man’s land deviné mais encore pratiquement inexploré [24]. »

Six expéditions vont être montées en onze ans, entre décembre 1953 et décembre 1964. Théodore Monod est âgé de 51 ans lorsqu’il entreprend cette série de reconnaissances. Fidèle à ses habitudes, il opte pour une organisation légère (deux chameliers et une caravane de cinq chameaux) et un régime dur (étapes longues, restriction de la nourriture et de l’eau). Il faut imaginer ce que pouvaient représenter de telles expéditions dans les années 1950, sans moyens de communication et, bien sûr, sans système de positionnement par satellite. La Majabat n’avait jamais été traversée dans le sens de la longueur et il n’existait pas de cartographie précise de cette immense contrée grande comme la moitié de la France où « personne n’est venu depuis le néolithique ».

JPEG - 939.4 ko
Expédition dans la Majabat al Koubra

Les quatre grandes expéditions à travers la Majabat qui ont été cartographiées ici ont été organisées entre deux « ports » sur la rive nord de la Majabat – et donc au sud du massif de l’Adrar (El Ghallâouîya et Ouadane) et deux « ports » sur les rives sud et est de la Majabat (Aratâne et Araouane). El Ghallâouîya sera deux fois port de départ et une fois port d’arrivée et Ouadane verra partir deux expéditions. Sur l’autre rive, Aratâne verra passer trois expéditions sur quatre et Araouane deux ; ces deux localités ne seront jamais des terminus et la quatrième mission les visitera successivement (Araouane puis Aratâne, avant de se terminer à Tichit).

JPEG - 210.6 ko

Quoi qu’en dise l’auteur de Majâbat al-Koubrâ, qui argumente sur la question au risque de donner l’impression qu’il cherche à se justifier [25], les objectifs de ces expéditions étaient davantage du domaine de l’exploration que de celui de la recherche scientifique, car c’est un pays où « il n’y a ni arbres, ni point d’eau, ni oued et très exceptionnellement un caillou [26] ». Ou peut-être étaient-ils surtout de l’ordre du cheminement personnel ? Il s’agissait d’aller au bout de soi-même et de ses possibilités physiques et psychiques, d’où la satisfaction et une certaine fierté qui transparaissent dans les récits de ces traversées au long cours. Mais ceux-ci expriment aussi l’extrême difficulté de la tâche entreprise et les nombreux moments de découragement.


Ainsi, lors du premier voyage, au cours duquel les températures souvent froides (et parfois négatives) sont accentuées par le vent : « 27-12-1953. Journée de misère : nuages, vent froid. Ailleurs on se plaindrait, et à juste titre. Ici, on fera semblant de trouver cela très normal et hautement divertissant. Effroyable monotonie : rien de romantique, pas d’oasis perdue, pas de palais enchanté mais tout de même un événement aujourd’hui : une crotte de chameau, aussi rassurante et annonciatrice que la colombe de Noé… Il y a donc une terre ferme quelque part et nous en approchons [27]. » Ou encore, le 1er janvier 1954 : « Les pieds vont mal. Cela devient gênant. Et les trois heures dix de marche de ce matin n’ont pas arrangé les choses. Pour la première fois, à l’arrivée, je me suis étendu, immobile et fatigué. Ce n’est pourtant pas le moment de s’écouter et de se prendre en compassion. La route est encore longue jusqu’à la maison… [28]. »

Arrivée le 1er janvier 1954 à Aratâne, la petite caravane repart aussitôt vers le nord-ouest en direction de Chinguetti. Elle atteint le 13 janvier le puits d’Oguilet en-Nemadi et y demeure une journée : « Arrivés au puits dans l’après-midi. “Au puits” est une façon de parler, en fait dans une cuvette où le voyageur a le droit de creuser un oglat [29]dans le sable. Ce que nous avons fait. L’eau est abondante, un peu saumâtre, hélas. Mais c’est de l’eau et c’est ce qui compte. » Chinguetti est atteinte le 20 janvier.


Le deuxième voyage, plus long, sera aussi le plus dur. L’explorateur sait maintenant dans quoi il s’engage [30] : « J’ai commis l’imprudence, peu avant le travail au sol, de survoler le terrain : je n’aurais pas dû, j’en ai trop vu, j’en ai trop vu à la fois. Par terre, pardon, par sable, c’est plus miséricordieux : on n’en voit jamais qu’un petit bout simultanément et on peu arriver à s’imaginer que “c’est bientôt fini”, mais de 1000 mètres d’altitude, le subterfuge devient impossible, et force est de se rendre à l’évidence : il y en a de cette saloperie de sable, d’un bout à l’autre, c’est pratiquement sans limites à l’échelle humaine : on est entré, car elle existe, bien que peu soupçonnée des citadins et des hyperboréens, dans la partie sableuse de la planète. »


Pour diminuer les risques, un groupe d’accompagnement avec deux chameaux exclusivement chargés d’eau accompagne la caravane pendant les huit premiers jours : « 19-12-1954. Ce matin à l’aube nous avons partagé l’eau : la petite équipe d’accompagnement (2 goumiers) est repartie pour l’Adrar, tandis que la tête de la fusée poursuit sa trajectoire ; 3 hommes, 5 chameaux, 2 tonnelets (30 litres), 6 bonnes guerbas (120 litres) et 2 médiocres (30 litres)… Il n’y a plus désormais qu’à foncer, tout droit, vers le puits qui se cache là-bas à une quinzaine de jours de marche, par-delà plus de 600 kilomètres de sable. »

La traversée sera terriblement éprouvante : « 26-12-1954. Vent de sable et fatigue : ça devient monotone, je le sais, mais on n’y peut rien, c’est comme ça ; le temps semble se ralentir au fur et à mesure qu’on approche du but… J’ai toujours aussi soif et me mets à boire la nuit, une fois la lampe à carbure éteinte, les quelques centimètres cubes d’eau croupie qu’elle peut encore contenir… »


Et le 28 décembre 1954 : « Plus de 10 heures de route dans les pieds et dans le derrière. Vent, soleil et fatigue. Pas une gorgée de liquide entre 6 heures du matin et 6 heures du soir… Effroyable pays, même pour les bédouins, d’ailleurs stupéfaits de se découvrir en train de traverser une terra incognita, haut fait dont ils parleront longtemps sous la tente. » L’arrivée sur Araouane (240 kilomètres au nord de Tombouctou), après vingt jours de traversée, sera hasardeuse : « 1er janvier 1955. Grande mauvaise journée : plus de 10 heures de route et toujours pas d’Araouane ! Alors, après la dérive des continents, celle des postes militaires ? Nous marchons toujours, la chaleur s’en mêle : il serait grand temps d’aboutir. Que je n’aime pas cette odeur de chameau échauffé ! »

La caravane a un peu dévié vers le sud et devra à des traces de chasseurs d’addax de retrouver la bonne direction le 3 janvier. Après deux jours passés à Araouane, il faudra pourtant repartir pour une nouvelle traversée d’environ 600 km en direction du puits d’El Mrâyer, à 250 km à l’est d’El Ghallâouîya, où un rendez-vous a été fixé avec un détachement du goum de Chinguetti qui doit apporter de l’eau. Les deux caravanes y arriveront à une heure d’intervalle !


La troisième expédition, plus courte, permet, à partir de Ouadane, de rejoindre Aratâne puis Ras el Ma, à l’ouest du lac Faguibine, en traversant l’aklé Aouana. Ce dernier s’avère difficile à franchir : « Un aklé d’ondes courtes, bas, serré, maillant, reste décidément la pire des dunes… On passe quand-même, bien sûr, mais des jours et des jours d’aklé, c’est, physiquement et psychologiquement, très dur. »

Avec la quatrième mission au départ d’El Ghallâouîya, Monod a le projet de progresser en suivant « une ligne brisée à cinq segments » afin, explique-t-il, de « battre davantage de terrain ». Mais craignant « un allongement un peu excessif du trajet et une navigation trop incertaine », il pique droit sur Araouane. Vingt-cinq jours et 800 kilomètres plus tard, la caravane erre sans savoir où elle est : « Le 15 janvier, après 25 jours de route, si nous ne sommes pas “perdus” – ce serait un bien grand mot – je dois avouer ignorer si nous nous trouvons au nord ou au sud d’Araouane. » Finalement, avec 60 kilomètres d’erreur de navigation, l’explorateur touche au but le lendemain « pour tomber sans vergogne sur un de ces riz au lait au chocolat qui comptent dans une vie ».

Les deux dernières missions ne seront pas des traversées – à ce titre, elles n’ont pas été reportées sur la carte. Elles seront consacrées à la recherche d’une « épave-dépôt » renfermant des baguettes de laiton et des cauris, sans doute abandonnée par une caravane en difficulté, à environ 300 kilomètres au sud-est d’El Ghallâouîya (approximativement au sud d’El Mrâyer). L’épave sera découverte lors du second voyage : « La caravane malchanceuse venait sans doute du Sud marocain, elle datait à peu près du XIIe siècle. »

Avec la Majabat, Théodore Monod a atteint le sommet de sa carrière saharienne et ceux qui l’ont côtoyé savent qu’il en parlait volontiers et qu’il ne cachait pas les difficultés rencontrées, même plusieurs dizaines d’années après. Beaucoup plus tard, en décembre 1993 et janvier 1994, sentant venir l’âge (il avait tout de même 91 ans !), il eut l’idée de repartir une dernière fois à chameau dans la Majabat : « Vu de l’extérieur, il ne paraissait pas extrêmement raisonnable, dirons-nous, qu’un voyage de ce type soit entrepris pas un vieillard de quatre-vingt-onze ans et qui voit mal. Le dernier point est secondaire puisque les pieds sont encore valides mais ces pieds marchent de façon un peu ralentie. » Cette expédition se termina le 9 janvier 1994 à Ouadane. Ce jour-là, Théodore Monod descendit pour la dernière fois de chameau. Son dernier voyage eut lieu dans l’Adrar de Mauritanie, son « diocèse », en décembre 1998.

Bibliographie Retour à la table des matières

— Euloge Boissonnade, Conrad Kilian, explorateur souverain, Editions France-Empire, 1971.

— René Caillié (1830), Voyage à Tombouctou, La Découverte/Poche, 1996.

— Robert Capot-Rey, Le Sahara français, PUF, 1953.

— Jean-Marc Durou, L’exploration du Sahara, Actes Sud, 1993.

— Henri-Paul Eydoux, L’exploration du Sahara, Gallimard, 1938.

— Henri-Paul Eydoux, L’homme et le Sahara, Gallimard, 1943.

— Emile-Félix Gautier, Le Sahara, Payot, 1950.

— Henri-Jean Hugot, Le Sahara avant le désert, Editions des Hespérides, 1974.

— Jean-Claude Hureau, Le siècle de Théodore Monod, Parc National du Haut Niger (PNHN)/Actes Sud, 2002.

— Ibn Battutah (1355), Voyages, FM/La Découverte, Librairie François Maspero, 1982 (traduction française de Charles Defrémery et Beniamino Raffaelo Sanguinetti en 1858).

— Léonce Joleaud, « La mission Monod en Mauritanie et au Soudan », Journal de la Société des Africanistes, n° 5-2, 1935.

— Bruno Lecoquierre, « Le Sahara, terre mythique d’exploration », Cahiers de sociologie économique et culturelle, Le Havre : Institut de sociologie économique et culturel, n° 36, 2001.

— Bruno Lecoquierre, « Théodore Monod étonnant voyageur », La Géographie, Paris : Société de géographie, n° 1504 (mars 2002).

— Bruno Lecoquierre, « Un diocèse saharien. Le dernier voyage de Théodore Monod », Eménir (revue des amis des déserts et d’érémologie), n° 27 (premier semestre 2003).

— Bruno Lecoquierre, Parcourir la Terre – Le voyage, de l’exploration au tourisme, L’Harmattan, collection « Là-bas », 2008.

— Henri Lhote, Dans les campements touaregs, Amiot-Dumont, 1951.

— Henri Lhote, A la découverte des fresques du Tassili, Arthaud, 1973.

— Cyrille Monod, Les carnets de Théodore Monod, Pocket, 1997 et 1999.

— Théodore Monod, L’Adrar Ahnet - Contribution à l’étude archéologique d’un district saharien, Paris : Institut d’ethnologie, 1932.

— Théodore Monod, Méharées, Je sers, 1937.

— Théodore Monod, « De Tripoli à Tombouctou. Le dernier voyage de Laing », Paris, Société française d’histoire d’outre-mer, 1977.

— Théodore Monod, L’émeraude des Garamantes, Actes sud, 1984 et 1992.

— Théodore Monod, (avec Brigitte Zanda), Le fer de Dieu – Histoire de la météorite de Chinguetti, Actes Sud, 1992.

— Théodore Monod, Maxence au désert, Actes Sud, 1995.

— Théodore Monod, (avec Marc de Gouvenain), Majâbat al-Koubra, Actes Sud, 1996.

— Théodore Monod, Tais-toi et marche… - Journal d’exploration, El Ghallaouya-Aratane-Chinguetti, Actes Sud, 2002 (texte publié par Cyrille Monod).

— Odette du Puigaudeau (1936), Pieds nus à travers la Mauritanie, Phébus, 1992.

— Odette du Puigaudeau (1940), Le sel du désert, Phébus, 2001.

— Odette du Puigaudeau (1949), Tagant, Phébus, 1993.

— Pierre Rognon, Biographie d’un désert – Le Sahara, L’Harmattan, 1989 et 1994.


[1] Bruno Lecoquierre, Théodore Monod, étonnant voyageur, La Géographie, n° 1504, mars 2002.

[2] Bruno Lecoquierre, « Le Sahara, terre mythique d’exploration », 2001.

[3] Actuellement Nouadhibou, en Mauritanie. Ce premier voyage saharien de Théodore Monod est raconté dans Maxence au désert, Actes Sud, 1995.

[4] Il s’agit du Soudan français, c’est-à-dire le Sahel. Asselar se trouve dans le petit massif du Timétrine, sur la bordure occidentale de l’Adrar des Iforas.

[5] Méharées – Explorations au vrai Sahara, 1937.

[6] Ce sont en réalité des dromadaires, mais on parle de « chameaux » dans tout le Sahara.

[7] Il s’agit ici de la dépression qui borde le Richat à l’ouest, entre l’enceinte extérieure de la formation et la falaise bordière du plateau de Chinguetti.

[8] Cahier de récolte n° 1 (13 mars au 9 août 1934). La retranscription de cette page du cahier provient de B. Lecoquierre, Parcourir la Terre, L’Harmattan, 2008. La version originale de cette page du journal de route s’y trouve aussi reproduite.

[9] Juif ou Djouif : sillon, gouttière, dépression.

[10] Collenia = stromatolithes.

[11] Méharées.

[12] Léonce Joleaud, « Journal de la Société des Africanistes », 1935.

[13] Les salines de Taoudenni furent mises en exploitation par les Songhaï en 1585 pour remplacer celles de Teghazza qui étaient revendiquées par le sultan du Maroc (Capot-Rey, 1953). La grande piste transsaharienne qui aboutissait à Oualata fut alors déviée vers Tombouctou.

[14] Dont le capitaine Gufflet et le lieutenant Bruge.

[15] Méharées

[16] Le Djouf est l’ancien nom de la Majabat al Koubra. L’appellation Djouf (ou « ventre » en arabe) avait été donnée à la dépression de Taoudenni par Heinrich Barth au XIXe siècle, et par extension au vaste espace qui correspond à la Majabat ; le nom de Majabat al Koubra, ou « Etendue de la grande solitude », donné par Théodore Monod, est emprunté au chroniqueur arabe El Bekri (XIe siècle).

[17] Ibidem, journée du 8 février 1935.

[18] « Les carnets de Théodore Monod », 1997, journée du 23 février 1935.

[19] Méharées.

[20] Théodore Monod fait référence aux blessures reçues par l’explorateur anglais Alexander Laing lors de sa tentative pour atteindre Tombouctou en 1826, à la suite d’une attaque de Touaregs près de la guelta d’In Zize (à la limite entre l’Adrar Ahnet et le Tanezrouft).

[21] Les parties sur le Tanezrouft et la Majabat al Koubra sont inspirées de Bruno Lecoquierre, « Théodore Monod, étonnant voyageur », La Géographie, n° 1504, mars 2002.

[22] Méharées

[23] En réalité, le départ eut lieu le 20 février.

[24] L’émeraude des Garamantes, 1984.

[25] Voir, par exemple : Majâbat al-Koubrâ, page 16.

[26] « Souvenirs sahariens d’un vieux géologue amateur », Mémoire de la Société Géologique de France, 1995.

[27] L’émeraude des Garamantes, 1984.

[28] Tais-toi et marche…, 2002.

[29] Un oglat (ou abankor dans le Hoggar) est un trou peu profond creusé dans une fond d’oued et dans lequel l’eau sourd.

[30] Toutes les citations qui suivent sont tirées de L’émeraude des Garamantes, 1984.


Photo: Théodore Monod dans l’Adrar de Mauritanie (Oued Akerdil) en décembre 1998 © Photo Bruno Lecoquierre


Source: http://blog.mondediplo.net/





Published by Internationalnews - dans Portraits
commenter cet article
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 01:36

In french: Howard Zinn nous a quittés (article suivi de nombreux liens)

“Civil disobedience is not our problem. Our problem is civil obedience.“ Howard Zinnn

"You Can't Be Neutral On A Moving Train

Howard Zinn Dead, Author Of 'People's History Of The United States' Died At 87


Howard Zinn - Source: kellylowenstein

Howard Zinn, an author, teacher and political activist whose leftist "A People's History of the United States" became a million-selling alternative to mainstream texts and a favorite of such celebrities as Bruce Springsteen and Ben Affleck, died Wednesday. He was 87.

Zinn died of a heart attack in Santa Monica, Calif., daughter Myla Kabat-Zinn said. The historian was a resident of Auburndale, Mass.

Published in 1980 with little promotion and a first printing of 5,000, "A People's History" was – fittingly – a people's best-seller, attracting a wide audience through word of mouth and reaching 1 million sales in 2003. Although Zinn was writing for a general readership, his book was taught in high schools and colleges throughout the country, and numerous companion editions were published, including "Voices of a People's History," a volume for young people and a graphic novel

"I can't think of anyone who had such a powerful and benign influence," said the linguist and fellow activist Noam Chomsky, a close friend of Zinn's. "His historical work changed the way millions of people saw the past."

At a time when few politicians dared even call themselves liberal, "A People's History" told an openly left-wing story. Zinn charged Christopher Columbus and other explorers with genocide, picked apart presidents from Andrew Jackson to Franklin D. Roosevelt and celebrated workers, feminists and war resisters.

Even liberal historians were uneasy with Zinn. Arthur M. Schlesinger Jr. once said: "I know he regards me as a dangerous reactionary. And I don't take him very seriously. He's a polemicist, not a historian."

In a 1998 interview with The Associated Press, Zinn acknowledged he was not trying to write an objective history, or a complete one. He called his book a response to traditional works, the first chapter – not the last – of a new kind of history.

"There's no such thing as a whole story; every story is incomplete," Zinn said. "My idea was the orthodox viewpoint has already been done a thousand times."

"A People's History" had some famous admirers, including Matt Damon and Affleck. The two grew up near Zinn, were family friends and gave the book a plug in their Academy Award-winning screenplay for "Good Will Hunting." When Affleck nearly married Jennifer Lopez, Zinn was on the guest list.

Article continues below - Video added by IN

"He taught me how valuable – how necessary dissent was to democracy and to America itself," Affleck said in a statement. "He taught that history was made by the everyman, not the elites. I was lucky enough to know him personally and I will carry with me what I learned from him – and try to impart it to my own children – in his memory."

Oliver Stone was a fan, as well as Springsteen, whose bleak "Nebraska" album was inspired in part by "A People's History." The book was the basis of a 2007 documentary, "Profit Motive and the Whispering Wind," and even showed up on "The Sopranos," in the hand of Tony's son, A.J.

Zinn himself was an impressive-looking man, tall and rugged with wavy hair. An experienced public speaker, he was modest and engaging in person, more interested in persuasion than in confrontation.

Born in New York in 1922, Zinn was the son of Jewish immigrants who as a child lived in a rundown area in Brooklyn and responded strongly to the novels of Charles Dickens. At age 17, urged on by some young Communists in his neighborhood, he attended a political rally in Times Square.

"Suddenly, I heard the sirens sound, and I looked around and saw the policemen on horses galloping into the crowd and beating people. I couldn't believe that," he told the AP.

"And then I was hit. I turned around and I was knocked unconscious. I woke up sometime later in a doorway, with Times Square quiet again, eerie, dreamlike, as if nothing had transpired. I was ferociously indignant. ... It was a very shocking lesson for me."

War continued his education. Eager to help wipe out the Nazis, Zinn joined the Army Air Corps in 1943 and even persuaded the local draft board to let him mail his own induction notice. He flew missions throughout Europe, receiving an Air Medal, but he found himself questioning what it all meant. Back home, he gathered his medals and papers, put them in a folder and wrote on top: "Never again."

He attended New York University and Columbia University, where he received a doctorate in history. In 1956, he was offered the chairmanship of the history and social sciences department at Spelman College, an all-black women's school in then-segregated Atlanta.

During the civil rights movement, Zinn encouraged his students to request books from the segregated public libraries and helped coordinate sit-ins at downtown cafeterias. Zinn also published several articles, including a then-rare attack on the Kennedy administration for being too slow to protect blacks.

He was loved by students – among them a young Alice Walker, who later wrote "The Color Purple" – but not by administrators. In 1963, Spelman fired him for "insubordination." (Zinn was a critic of the school's non-participation in the civil rights movement.) His years at Boston University were marked by opposition to the Vietnam War and by feuds with the school's president, John Silber.

Zinn retired in 1988, spending his last day of class on the picket line with students in support of an on-campus nurses' strike. Over the years, he continued to lecture at schools and to appear at rallies and on picket lines.

"The happy thing about Howard was that in the last years he could gain satisfaction that his contributions were so impressive and recognized," Chomsky said. "He could hardly keep up with all the speaking invitations."

Besides "A People's History," Zinn wrote several books, including "The Southern Mystique," "LaGuardia in Congress" and the memoir, "You Can't Be Neutral on a Moving Train," the title of a 2004 documentary about Zinn that Damon narrated. He also wrote three plays.

One of Zinn's last public writings was a brief essay, published last week in The Nation, about the first year of the Obama administration.

"I've been searching hard for a highlight," he wrote, adding that he wasn't disappointed because he never expected a lot from Obama.

"I think people are dazzled by Obama's rhetoric, and that people ought to begin to understand that Obama is going to be a mediocre president – which means, in our time, a dangerous president – unless there is some national movement to push him in a better direction."

Zinn's longtime wife and collaborator, Roslyn, died in 2008. They had two children, Myla and Jeff.


Associated Press Writer Rodrique Ngowi contributed to this report from Boston.



Howard Zinn on internationalnews

Howard Zinn nous a quittés

Related: http://www.democracynow.org/2008/7/4/july_4th_special_readings_from_howard

Articles d'Howard Zinn sur le site de Michel Collon:

Published by Internationalnews - dans Portraits
commenter cet article
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 04:29
University of Connecticut discussing history, media, the Bush administration, and activism. Parts 1/4, 2/4 and 4/4.

Published by Internationalnews - dans Portraits
commenter cet article
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 15:38

Jacques Benveniste

Par le Dr Jean-Pierre Willem

Je me souviens de ce jour où le monde scientifique a découvert, il y a seize ans, dans les colonnes de la prestigieuse revue Nature les travaux révolutionnaires d'un immunologue de renom international, le docteur Jacques Benveniste, directeur d'un laboratoire de recherches à l'Inserm. Jacques Benveniste y démontrait que des solutions extrêmement diluées de substances allergènes pouvaient conserver une “ action ” sur des cellules humaines, en déclenchant un processus de réaction allergique.

Obtenir des “ effets moléculaires sans molécules ”

Les résultats présentés défiaient les lois communes de la chimie et de la physique et apportaient une validation scientifique à l'homéopathie. L'hypothèse du Dr Benveniste, pour expliquer ce “ mystère ”, était celle d'une transmission électromagnétique de l'activité biologique. Une découverte qui aurait pu déboucher sur une nouvelle pharmacologie remettant en cause bon nombre des théories actuelles.

Ces résultats produisirent dans le monde scientifique des réactions d'une violence extrême. Le rédacteur en chef de Nature, devant ces attaques, tenta, dans la semaine qui suivit la publication de l'article, de faire renouveler ces expériences en s'adressant à d'autres laboratoires, mais sans respecter les procédures d'analyse. Le rapport négatif de son enquête contradictoire mais “ faussée ”, car empreinte de “ fautes méthodologiques ”, aura été à la base d'un certain nombre d'accusations d'incompétence ou de fraude, et le point de départ d'une campagne de dénigrement systématique.

À partir de cet instant, les travaux de Jacques Benveniste cessèrent. Tout fut fait pour empêcher la réalisation et la diffusion des expériences sur la mémoire de l'eau. Sarcasmes, insinuations, calomnies, insultes remplacèrent le débat scientifique.

Dans cette tempête, les physiciens sont restés très discrets, sans doute parce qu'ils étaient familiarisés avec les problèmes de “ mémoire ” de la matière grâce aux alliages de métaux " à mémoire de formes ” qui reprennent leurs formes primitives sous l'action d'un courant électrique ou de la chaleur; ces métaux ont gardé “ en mémoire ” la structure cristalline de leurs atomes. Les biologistes se sont également tenus à l'écart car la “ haute dilution ” ne leur paraît pas si fumeuse lorsqu'ils admettent que les ondes émises par les papillons sont perçues par les mâles à plusieurs kilomètres à la ronde et les font accourir.

“ Quand le fait qu'on rencontre ne s'accorde pas avec une théorie régnante, il faut accepter le fait et abandonner la théorie ”. Telle est la citation de Claude Bernard qui a été mise en exergue du communiqué de presse annonçant le décès de Jacques Benveniste. Cette phrase résume bien dans le monde scientifique, et dans le monde tout court, la difficulté à sortir des normes, des modèles, des schémas et des représentations sans courir le risque d'être ostracisé. Cela a été le destin de Jacques Benveniste. L'Histoire dira un jour si la théorie à laquelle il a cru jusqu'à son dernier souffle, et qu'il a continué à faire évoluer avec d'autres chercheurs, était fondée ou non. Mais le monde ne serait pas ce qu'il est sans ces personnalités capables de défendre des opinions inédites contre l'avis de ceux qui se prétendent scientifiques.               

Revue Pratiques de Santé, le journal de la médecine naturelle

5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 14:38
Mahmoud Darwish Documentary originally played on Channel 8, The documentary is of much importance to history, literature and the palestinian - israeli conflict and history.

12 mars 2009 4 12 /03 /mars /2009 23:47

Rachel Corrie was assassinated in the Gaza Strip in Palestine on March 16, 2003, trying to prevent the demolition of the home of a Palestinian family.

Le 16 mars 2003, Rachel Corrie, étudiante de 23 ans, fut écrasée volontairement par un bulldozer Caterpillar de l'armée israélienne à Rafah, alors qu'elle essayait avec d'autres militants de son organisation, d'arrêter pacifiquement la démolition de la maison d'un médecin palestinien.

In Memoriam ~ Rachel Corrie ~ 1979 - 2003 envoyé par 54fiorentino54

Photo prise entre 15 et 16 h par Joseph Smith (ISM). On voit que Rachel est clairement visible avec sa veste orange. Elle parle au conducteur du bulldozer avec un mégaphone et lui demande de ne pas démolir la maison.

Voir les photos de l’assassinat de Rachel Corrie


  • : internationalnews
  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles, sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • Contact



Dossiers les plus consultés