16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 15:29

Internationalnews

16 mars 2013

 

Maintenant traduit en français ici:

François : «Le pape de Washington» ? Le cardinal Jorge Mario Bergoglio et «la guerre sale» d’Argentine

 


http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/224.jpg

 

Global Research March 16, 2013

 

 

The Vatican conclave has elected Cardinal Jorge Mario Bergoglio as Pope Francis I

 

Who is Jorge Mario Bergoglio? 

 

In 1973, he had been appointed “Provincial” of Argentina for the Society of Jesus.

 

In this capacity, Bergoglio was the highest ranking Jesuit in Argentina during the military dictatorship led by General Jorge Videla (1976-1983).

 

He later became bishop and archbishop of Buenos Aires. Pope John Paul II elevated him to the title of cardinal in 2001. When the military junta relinquished power in 1983, the duly elected president Raúl Alfonsín set up a Truth Commission pertaining to the crimes underlying the “Dirty War” (La Guerra Sucia).. The military junta had been supported covertly by Washington. US. Secretary of State Henry Kissinger played a behind the scenes role in the 1976 military coup.

Kissinger’s top deputy on Latin America, William Rogers, told him two days after the coup that “we’ve got to expect a fair amount of repression, probably a good deal of blood, in Argentina before too long.” … (National Security Archive, March 23, 2006)


Videla and Kissinger

 

“Operation Condor”

Ironically, a major trial opened up in Buenos Aires on March 5, 2013 a week prior to Cardinal Bergoglio’s investiture as Pontiff. The ongoing trial in Buenos Aires is: “to consider the totality of crimes carried out under Operation Condor, a coordinated campaign by various US-backed Latin American dictatorships in the 1970s and 1980s to hunt down, torture and murder tens of thousands of opponents of those regimes.”


For further details, see Operation Condor: Trial On Latin American Rendition And Assassination Program By Carlos Osorio and Peter Kornbluh, March 10, 2013

(Photo above: Henry Kissinger and General Jorge Videla (1970s)



 

The military junta led by General Jorge Videla (left) was responsible for countless assassinations, including priests and nuns who opposed military rule following the CIA sponsored March 24, 1976 coup which overthrew the government of Isabel Peron:

 ”Videla was among the generals convicted of human rights crimes, including “disappearances”, torture, murders and kidnappings. In 1985, Videla was sentenced to life imprisonment at the military prison of Magdalena.”

Wall Street and the Neoliberal Economic Agenda


One of the key appointments of the military junta (on the instructions of Wall Street) was the Minister of Economy, Jose Alfredo Martinez de Hoz, a member of Argentina’s business establishment and a close friend of David Rockefeller.


The neoliberal macro-economic policy package adopted under Martinez de Hoz was a “carbon copy” of that imposed in October 1973 in Chile by the Pinochet dictatorship under advice from the  “Chicago Boys”, following the September 11, 1973 coup d’Etat and the assassination of president Salvador Allende.


Wages were immediately frozen by decree. Real purchasing power collapsed by more than 30 percent in the 3 months following the March 24, 1976 military coup. (Author’s estimates, Cordoba, Argentina, July 1976). The Argentinean population was impoverished.


From left to right: Jose Alfredo Martinez de Hoz, David Rockefeller and General Jorge Videla

 

Under the helm of Minister of Economy Jose Alfredo Martinez de Hoz, central bank monetary policy was largely determined by Wall Street and the IMF. The currency market was manipulated. The Peso was deliberately overvalued leading to an insurmountable external debt. The entire national economy was precipitated into bankruptcy.


Wall Street and the Catholic Church Hierarchy


Wall Street was firmly behind the military Junta which waged “The Dirty War” on its behalf. In turn, the Catholic Church hierarchy played a central role in sustaining the legitimacy of the military Junta.

The Order of Jesus –which represented the Conservative yet most influential faction within the Catholic Church, closely associated with Argentina’s economic elites– was firmly behind the military Junta, against so-called “Leftists” in the Peronista movement.

 


http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/243.jpg


“The Dirty War”: Allegations directed Against Cardinal Jorge Mario Bergoglio

 

Condemning the military dictatorship (including its human rights violations) was a taboo within the Catholic Church.  While the upper echelons of the Church were supportive of the military Junta, the grassroots of the Church was firmly opposed to the imposition of military rule.

In 2005, human rights lawyer Myriam Bregman filed a criminal suit against Cardinal Jorge Bergoglio, accusing him of conspiring with the military junta in the 1976 kidnapping of two Jesuit priests.

 

Jorge Mario Bergoglio and General Jorge Videla


Several years later, the survivors of the “Dirty War” openly accused Cardinal Jorge Bergoglio of complicity in the kidnapping of  priests Francisco Jalics y Orlando Yorio as well six members of their parish,  (El Mundo, 8 November 2010)

 


Bergoglio, who at the time was “Provincial” for the Society of Jesus, had ordered the two “Leftist” Jesuit priests and opponents of military rule  “to leave their pastoral work” (i.e. they were fired) following divisions within the Society of Jesus regarding the role of the Catholic Church and its relations to the military Junta.


While the two priests Francisco Jalics y Orlando Yorio, kidnapped by the death squads in May 1976 were released five months later. after having been tortured, six other people associated with their parish kidnapped as part of the same operation were “disappeared” (desaparecidos). These included four teachers associated with the parish and two of their husbands.


Upon his release, Priest Orlando Yorio “accused Bergoglio of effectively handing them over [including six other people] to the death squads … Jalics refused to discuss the complaint after moving into seclusion in a German monastery.” (Associated Press, March 13, 2013, emphasis added),

“During the first trial of leaders of the military junta in 1985, Yorio declared, “I am sure that he himself gave over the list with our names to the Navy.” The two were taken to the notorious Navy School of Mechanics (ESMA) torture center and held for over five months before being drugged and dumped in a town outside the city. (See Bill van Auken, “The Dirty War” Pope, World Socialist Website and Global Research, March 14, 2013

Among those “disappeared” by the death squads were Mónica Candelaria Mignone and María Marta Vázquez Ocampo, respectively daughter of the founder of of the CELS (Centro de Estudios Legales y Sociales) Emilio Mignone and daughter of the president of Madres de Plaza de Mayo, Martha Ocampo de Vázquez. (El Periodista Online, March 2013).

María Marta Vásquez, her husband César Lugones (see picture right) and Mónica Candelaria Mignone allegedly “handed over to the death squads” by Jesuit “Provincial” Jorge Mario Bergoglio are among the thousands of “desaparecidos” (disappeared) of Argentina’s “Dirty War”, which was supported covertly by Washington under “Operation Condor”. (See memorialmagro.com.ar)


In the course of the trial initiated in 2005:

“Bergoglio [Pope Francis I] twice invoked his right under Argentine law to refuse to appear in open court, and when he eventually did testify in 2010, his answers were evasive”: “At least two cases directly involved Bergoglio. One examined the torture of two of his Jesuit priests — Orlando Yorio and Francisco Jalics — who were kidnapped in 1976 from the slums where they advocated liberation theology. Yorio accused Bergoglio of effectively handing them over to the death squads… by declining to tell the regime that he endorsed their work. Jalics refused to discuss it after moving into seclusion in a German monastery.” (Los Angeles Times, April 1, 2005)

“Holy Communion for the Dictators” 


 

 

 General Jorge Videla takes communion from priest Jorge Mario Bergoglio

 

The accusations directed against Bergoglio regarding the two kidnapped Jesuit priests and six members of their parish are but the tip of the iceberg. While Bergoglio was an important figure in the Catholic Church,  he was certainly not alone in supporting the Military Junta.


According to lawyer Myriam Bregman:  “Bergoglio’s own statements proved church officials knew from early on that the junta was torturing and killing its citizens”, and yet publicly endorsed the dictators. “The dictatorship could not have operated this way without this key support,” (Los Angeles Times, April 1, 2005 emphasis added)


The entire Catholic hierarchy was behind the US sponsored military dictatorship.  It is worth recalling that on March 23, 1976, on the eve of the military coup:

Videla and other plotters received the blessing of the Archbishop of Paraná, Adolfo Tortolo, who also served as vicar of the armed forces. The day of the takeover itself, the military leaders had a lengthy meeting with the leaders of the bishop’s conference. As he emerged from that meeting, Archbishop Tortolo stated that although “the church has its own specific mission . . . there are circumstances in which it cannot refrain from participating even when it is a matter of problems related to the specific order of the state.” He urged Argentinians to “cooperate in a positive way” with the new government.” (The Humanist.org, January 2011, emphasis added)

In an interview conducted with El Sur, General Jorge Videla, who is now serving a life sentence for crimes against humanity confirmed that:

He kept the country’s Catholic hierarchy informed about his regime’s policy of “disappearing” political opponents, and that Catholic leaders offered advice on how to “manage” the policy. 


Jorge Videla said he had “many conversations” with Argentina’s primate, Cardinal Raúl Francisco Primatesta, about his regime’s dirty war against left-wing activists. He said there were also conversations with other leading bishops from Argentina’s episcopal conference as well as with the country’s papal nuncio at the time, Pio Laghi.


“They advised us about the manner in which to deal with the situation,” said Videla” (Tom Henningan, Former Argentinian dictator says he told Catholic Church of disappearedIrish Times, July 24, 2012, emphasis added)

It is worth noting that according to a 1976 statement by Archbishop Adolfo Tortolo, the military would always consult with a member of the Catholic hierarchy in the case of the “arrest” of a grassroots member of  the clergy. This statement was made specifically in relation to the two kidnapped Jesuit priests, whose pastoral activities were under the authority of Society of Jesus “provincial” Jorge Mario Bergoglio. (El Periodista Online, March 2013).


In endorsing the military Junta, the Catholic hierarchy was complicit in torture and mass killings, an estimated “22,000 dead and disappeared, from 1976 to  1978  … Thousands of additional victims were killed between 1978 and 1983 when the military was forced from power.” (National Security Archive, March 23, 2006).


The Role of the Vatican


The Vatican under Pope Paul VI and Pope John Paul II played a central  in supporting the Argentinian military Junta.

Pio Laghi, the Vatican’s apostolic nuncio to Argentina admitted “turning a blind eye” to the torture and massacres.

Laghi had personal ties to members of the ruling military junta including  General Jorge Videla and Admiral Emilio Eduardo Massera.

 

  Vatican’s Nuncio Pio Laghi and General Jorge Videla


Admiral Emilio Massera in close liaison with his US handlers, was the mastermind of “La Guerra Sucia” (The Dirty War). Under the auspices of the military regime, he established:

“an interrogation and torture centre in the Naval School of Mechanics, ESMA [close to Buenos Aires], … It was a sophisticated, multi-purpose establishment, vital in the military plan to assassinate an estimated 30,000 “enemies of the state”. …  Many thousands of ESMA’s inmates, including, for instance, two French nuns, were routinely tortured mercilessly before being killed or dropped from aircraft into the River Plata.


Massera, the most forceful member of the triumvirate, did his best to maintain his links with Washington. He assisted in the development of Plan Cóndor, a collaborative scheme to co-ordinate the terrorism being practised by South American military régimes. (Hugh O’Shaughnessy, Admiral Emilio Massera: Naval officer who took part in the 1976 coup in Argentina and was later jailed for his part in the junta’s crimes, The Independent, November 10, 2010, emphasis added)

Reports confirm that the Vatican’s representative Pio Laghi and Emilio Massera were friends.

 

The Catholic Church: Chile versus Argentina


It is worth noting that  in the wake of the military coup in Chile on September 11,1973, the Cardinal of Santiago de Chile, Raul Silva Henriquez openly condemned the military junta led by General Augusto Pinochet. In marked contrast to Argentina, this stance of the Catholic hierarchy in Chile was instrumental in curbing the tide of political assassinations and human rights violations directed against supporters of Salvador Allende  and opponents of the military regime.

The man behind the interfaith Comité Pro-Paz was Cardinal Raúl Silva Henríquez. Shortly after the coup, Silva, … stepped into the role of “upstander,”a term the author and activist Samantha Power coined to distinguish people who stand up to injustice—often at great personal risk—from “bystanders.”


… Soon after the coup, Silva and other church leaders published a declaration condemning and expressing sorrow for the bloodshed. This was a fundamental turning point for many members of the Chilean clergy… The cardinal visited the National Stadium and, shocked by the scale of the government crackdown, instructed his aides to begin collecting information from the thousands flocking to the church for refuge.


Silva’s actions led to an open conflict with Pinochet, who did not hesitate to threaten the church and the Comité  Pro-Paz. (Taking a Stand Against Pinochet: The Catholic Church and the Disappeared pdf)

Had the Catholic hierarchy in Argentina  and Jorge Mario Bergoglio taken a similar stance to that of Cardinal Raul Silva Henriquez, thousands of lives would have been saved.

 

Jorge Mario Bergoglio was not, in the words of Samantha Powers, a “bystander”. He was complicit in extensive crimes against humanity.

 

Neither is Pope Francis committed to “helping the poor” in the footsteps of Saint Francis of Assisi, as portrayed in chorus by the Western media mantra. Quite the opposite: his endeavors under the military Junta, consistently targeted progressive members of the Catholic clergy as well committed human rights activists involved in grassroots anti-poverty programs.

 

In supporting Argentina’s “Dirty War”, Jorge Mario Bergoglio has blatantly violated the very tenets of Christian morality which cherish  the value of human life.

 


 

“Operation Condor” and the Catholic Church


The election of Cardinal Bergoglio by the Vatican conclave to serve as Pope Francis I will have immediate repercussions regarding the ongoing “Operation Condor” Trial in Buenos Aires.

 

The Church was involved in supporting the military Junta.  This is something which will emerge in the course of the trial proceedings.  No doubt, there will be attempts to obfuscate the role of the Catholic hierarchy and the newly appointed Pope Francis I,  who served as head of Argentina’s Jesuit order during the military dictatorship.

 

Jorge Mario Bergoglio:  “Washington’s Pope in the Vatican”? 


The election of Pope Francis I has broad geopolitical implications for the entire Latin American  region.

 

In the 1970s, Jorge Mario Bergoglio was supportive of a US sponsored military dictatorship.

 

The Catholic hierarchy in Argentina supported the military government. The Junta’s program of torture, assassinations and ‘disappearances” of thousands of political opponents was coordinated and supported by Washington under the CIA’s “Operation Condor”.

 

Wall Street’s interests were sustained through Jose Alfredo Martinez de Hoz’ office at the Ministry of Economy.

The Catholic Church in Latin America is politically influential. It also has a grip on public opinion. This is known and understood by the architects of US foreign policy as well as US intelligence.

 

In Latin America, where a number of governments are now challenging US hegemony, one would expect –given Bergoglio’s track record–  that the new Pontiff Francis I as leader of the Catholic Church, will play de facto, a discrete “undercover” political role on behalf of Washington.

 

With Jorge Bergoglio, Pope Francis I  in the Vatican –who faithfully served US interests in the heyday of General Jorge Videla and Admiral Emilio Massera–  the hierarchy of the Catholic Church in Latin America can once again be effectively manipulated to undermine “progressive” (Leftist) governments, not only in Argentina (in relation to the government of Cristina Kirschner) but throughout the entire region, including Venezuela, Ecuador and Bolivia.

 

The instatement of  “a pro-US pope” occurred a week following the death of  president Hugo Chavez.

 

“Regime Change” at the Vatican


The US State Department routinely pressures members of the United Security Council with a view to influencing the vote pertaining to Security Council resolutions.

 

US covert operations and propaganda campaigns are routinely applied with a view to influencing national elections in different countries around the World.

 

Similarly, the CIA has a longstanding covert relationship with the Vatican.


Did the US government attempt to influence the outcome of the election of the new pontiff?


Firmly committed to serving US foreign policy interests in Latin America, Jorge Mario Bergoglio was Washington’s preferred candidate.


Were undercover pressures discretely exerted by Washington, within the Catholic Church, directly or indirectly, on the 115 cardinals who are members of the Vatican conclave?

 

Author’s Note

From the outset of the military regime in 1976, I was Visiting Professor at the Social Policy Institute of the Universidad Nacional de Cordoba, Argentina. My major research focus at the time was to investigate the social impacts of the deadly macroeconomic reforms adopted by the military Junta. 

I was teaching at the University of Cordoba during the initial wave of assassinations which also targeted progressive grassroots members of the Catholic clergy.

The Northern industrial city of Cordoba was the center of the resistance movement. I witnessed how the Catholic hierarchy actively and routinely supported the military junta, creating an atmosphere of  intimidation and fear throughout the country. The general feeling at the time was that Argentinians had been betrayed by the upper echelons of the Catholic Church.

Three years earlier, at the time of Chile’s September 11, 1973 military coup, leading to the overthrow of the Popular Unity government of Salvador Allende,  I was Visiting Professor at the Institute of Economics, Catholic University of Chile, Santiago de Chile.

In the immediate wake of the coup in Chile,  I witnessed how the Cardinal of Santiago, Raul Silva Henriquez –acting on behalf of the Catholic Church– confronted the military dictatorship.

 

More:


Jorge Mario Bergoglio: The “Dirty War” Pope

 

Condor, auriez-vous dit Condor, cher pape François

 

http://www.internationalnews.fr/article--washington-s-pope-who-is-pope-francis-i-cardinal-jorge-mario-bergoglio-and-argentina-s-dirty-wa-116243002.html

Published by Internationalnews - dans Religion
commenter cet article
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 10:39

Internationalnews

 

Michel Collon Info

 

Benoit XVI mexicain

Joseph Ratzinger est essentiellement connu comme pape mais ses principaux faits d’armes, il faut les chercher durant la période où il était Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. En cette qualité il fut en effet l’architecte d’une des plus vastes campagnes idéologiques et politiques de l’après-guerre, ce qu’on a appelé la « Restauration ».

 

Néoconservatisme

En 1978 Karol Wojtila (nom du pape Jean-Paul II, ndlr) est appelé à diriger la plus grande communauté religieuse du monde. Il se trouve devant une église post-conciliaire en état de crise profonde : assistance à la messe et vocations en chute libre, nombre élevé de divorces entre catholiques, rejet de l’autorité papale en matière de contrôle des naissances ; un monde plein d’hérésie.

 

Il veut un virage radical. Plus de risques, plus d’expériences, c’en est fini des réflexions et des interventions. On garde sans doute les textes du Concile mais on en enterre l’esprit. Le pape se prépare à une politique ecclésiale centralisée et orthodoxe, accompagnée d’un réarmement moral et spirituel.

 

Pour ce faire il joue habilement du climat de cette époque qui présente d’ailleurs bien des ressemblances avec le nôtre. Au milieu des années 1970 commence une profonde crise économique. Le climat mental optimiste des années 1960 bascule et se caractérise par une aspiration à la sécurité et à la protection, le recours à une autorité – de préférence charismatique –, un réveil éthique, la fuite dans le domaine privé et l’irrationnel, etc.

 

C’est sur cet arrière-plan que se développe le « néoconservatisme ». Ce nouveau conservatisme ne se cantonne plus sur la défensive mais lance au contraire une offensive politique et idéologique. Ce courant est porté par de « fortes » personnalités, comme Ronald Reagan et Margaret Thatcher. Jouant habilement des massmedia, ils traduisent une tendance mondiale à accueillir un sauveur, la développent avec des représentations du monde simplistes, rayonnent d’assurance et d’optimisme, etc.

 

Le rottweiler de dieu


Un casse-tête encore plus important pour le pape, c’est la montée d’une église populaire progressiste en Amérique Latine. Wojtyla est polonais et anticommuniste jusqu’à la moelle ; combattre marxisme et communisme dans le monde est un des buts de sa vie. Comme l’influence du marxisme est indéniable dans l’église de la base et dans la théologie de la libération, il mettra tout en œuvre pour ramener le continent dans le droit chemin.

 

Pour ce faire, il compte sur Ratzinger qui a été nommé en 1981 Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, en quelque sorte le Ministère de l’idéologie et de l’information du Vatican. Il exerce ces fonctions pendant un quart de siècle et il en fera le meilleur usage pour imprimer sa marque sur les événements.

 

Ratzinger devient l’architecte d’une offensive pastorale et ecclésiale d’envergure à laquelle il donne lui-même le nom de « Restauration ». Le but est le renforcement de l’appareil de direction central et la dislocation de toute forme de dissidence à l’intérieur de l’église. Ratzinger se révèle bientôt un véritable grand-inquisiteur, ce qui lui vaudra le nom de « rottweiler de dieu ».

 

Toute l’église catholique est visée mais les flèches sont surtout dirigées vers l’Amérique Latine et c’est là que l’impact politique est de loin le plus important. Nous nous bornerons donc dans la suite de l’article à ce continent.

 

L’anéantissement de l’église du peuple et de la théologie de la libération


La première démarche est l’établissement d’une base de données reprenant les conférences épiscopales, les théologiens de la libération, les religieux progressistes, les projets pastoraux suspects, etc. Dans presque tous les diocèses sont nommés des évêques et des cardinaux ultra-conservateurs et ouvertement de droite. Rien qu’au Brésil sont nommés une cinquantaine d’évêques conservateurs. A la fin des années 1980 cinq des 51 évêques péruviens sont membres de l’Opus Dei. Le Chili et la Colombie suivent le même chemin. Des évêques dissidents sont mis sous pression, certains reçoivent des lettres d’avertissement ; à d’autres il est interdit de voyager ou on leur demande des comptes.

 

Cette politique de nominations est d’autant plus grave que l’épiscopat joue un rôle important dans ce continent. Dans bien des cas c’est la seule opposition possible à la répression militaire, à la torture, etc. Si les évêques du Brésil et du Chili s’étaient tus, comme l’ont fait ceux d’Argentine, le nombre de victimes de la répression eût été bien plus élevé.

 

Aux niveaux inférieurs aussi on a fait le ménage. On retravaille la formation des prêtres en mettant sous pression séminaires et instituts de théologie, en les réorientant ou en les fermant. On tente de mieux contrôler les religieux qui sont souvent protagonistes de l’église de la libération. Une attention spéciale est accordée aux théologiens. Ils sont dorénavant tenus en respect en leur faisant prêter le nouveau serment de fidélité.

 

En 1984 Ratzinger rédige l’« Instruction de la Sainte Congrégation pour la Doctrine de la foi au sujet de quelques aspects de la théologie de la libération ». Il y attaque de front les théologiens de la libération, surtout ceux d’Amérique Latine. Un an plus tard, il est interdit à Leonardo Boff, une des figures de proue de ce mouvement, de s’exprimer. La mainmise sur les journaux catholiques est renforcée : là où on le juge nécessaire, on les censure, le conseil de rédaction est remplacé ou le journal est mis sous pression financière.

 

Les projets pastoraux progressistes sont mis sous contrôle ou même on y met fin. En 1989 le Vatican cesse de reconnaître l’Association internationale de la jeunesse catholique, beaucoup trop progressiste. Elle doit céder la place au CIJOC, confessionnel et opposé à la gauche.

 

A côté de la destruction de tout ce qui est progressiste, de gigantesques projets sont mis en route pour ramener les croyants dans le droit chemin. Evangélisation 2000 et Lumen 2000 sont des projets à grande échelle visant l’Amérique Latine, qui n’ont pas moins de trois satellites à leur disposition. Les projets sont établis par des personnes et des groupes de droite ultra-conservateurs : Communione e Liberazione, Action Marie, Renouveau catholique charismatique, etc. Les collaborateurs de ces géants de la communication comparent leurs activités à une sorte de nouvelle « puissance de lumière ».

 

Ceux qui savent lire sont inondés de livres religieux édités à bon marché. Des retraites sont organisées pour les prêtres et les religieuses. Pour ces projets à grand spectacle le sommet de la hiérarchie catholique peut compter sur l’appui financier du monde des affaires.

 

Croisade anticommuniste


Rien n’est laissé au hasard. Un à un tous les piliers de l’église du peuple d’Amérique Latine sont écartés. Des observateurs parlent du démantèlement d’une église. Nous avons ici affaire à l’une des campagnes idéologiques et politiques les plus importantes de l’après-guerre.

 

Cette campagne est en phase avec la croisade anticommuniste de la Guerre froide. On peut aussi y voir une revanche des USA après la perte de puissance des années précédentes.

 

Pendant les années 1960 et 1970 les pays du Tiers Monde ont en effet renforcé leur position sur le marché mondial. Ils ont arraché des prix plus élevés pour les matières premières et ont ainsi amélioré leur pouvoir d”achat sur le marché mondial. Le point culminant est la crise du pétrole de 1973. En 1975 le Vietnam inflige une cinglante défaite aux Etats-Unis. Peu après la Maison Blanche est humiliée par deux fois d’abord par la révolution des sandinistes dans leur arrière-cour (1979), puis par le drame des otages en Iran (1980). Dès son arrivée au pouvoir Reagan se sent en outre menacé par l’attitude d’indépendance économique de deux Etats aussi importants que le Mexique et le Brésil.

 

La Maison Blanche ne baissa pas les bras et déclencha une contre offensive sur plusieurs fronts. La théologie de la libération fut une des cibles les plus importantes. Dès la fin des années 1960 la théologie de la libération, encore à un stade embryonnaire, fut considérée comme une menace pour les intérêts géostratégiques des USA, comme en témoigne le rapport Rockefeller.

 

Dans les années 1970 furent créés des centres théologiques qui devaient engager le combat contre la théologie de la libération. Mais c’est surtout à partir des années 1980 que cette contre offensive atteignit sa vitesse de croisière. Les Etats-Unis versèrent des milliards de dollars pour soutenir la contre-révolution en Amérique Latine. Cette sale guerre a fait des dizaines de milliers de victimes. Escadrons de la mort, paramilitaires, mais aussi l’armée régulière ont fait la sale besogne. Dans les rangs des mouvements chrétiens de libération sont tombés beaucoup de martyrs. Les plus connus sont Mgr Romero et les six jésuites du Salvador.

 

Pour combattre la théologie de la libération sur son propre terrain, on introduisit des sectes protestantes. Elle reçurent un soutien financier massif des USA. Par des slogans racoleurs et des messages sentimentaux elles devaient essayer d’attirer les croyants. Pour les arracher à l’influence pernicieuse de la théologie de la libération, on a fait usage de moyens électroniques coûteux. La religion se révèle ici opium du peuple sous sa forme la plus pure. L’armée aussi est enrôlée dans cette guerre religieuse. Des officiers supérieurs des armées latino-américaines ont rédigé un document pour donner consistance au « bras théologique » des forces armées.

 

Mission accomplie


Les efforts combinés de Ratzinger et de la Maison Blanche ont été payants. Dans les années 1990 un coup très dur a été porté à l’église de la base en Amérique Latine. Bien des groupes de base cessent d’exister ou fonctionnent encore à peine par manque de soutien pastoral, par crainte de la répression, parce qu’on ne croit plus à la percée espérée, ou simplement parce qu’ils sont liquidés physiquement. L’optimisme et l’activisme des années 1970 et 1980 font place au doute et à la réflexion. L’analyse de la société perd de son poids au profit de la culture, de l’éthique et de la spiritualité, tout profit pour Ratzinger.

 

Globalement le centre de gravité passe de la libération à la dévotion, de l’opposition à la consolation, de l’analyse à l’utopie, de la subversion à la survie. Le récit de l’Exode fait place à l’Apocalypse et aux Apôtres.

 

A la fin du siècle l’église de la base n’est en tout cas plus une menace pour l’establishment. Tant le Vatican et le Pentagone que les élites locales d’Amérique Latine ont pour le moment un souci de moins. Cette trêve prend bientôt fin avec l’élection de Chavez à la présidence du Venezuela, mais ceci est une autre histoire.

 

En 2005 Rarzinger est récompensé pour le succès de son œuvre de restauration et élu à la tête de l’église catholique. Mais il est bien moins brillant comme manager que comme inquisiteur. C’est finalement un pape faible. Il laisse une institution affaiblie, menacée par un manque de prêtres et un dessèchement à l’ouest ainsi que par des scandales répétés. Il ne réussit pas à mettre de l’ordre dans les affaires du Vatican, peut-être une des raisons pour lesquelles il abdique.

 

Ratzinger entrera dans l’histoire avant tout comme celui qui a accompli la restauration de l’église catholique et mis l’église du peuple d’Amérique Latine hors d’état de nuire. Ce ne sont pas des mérites négligeables.

 

Marc Vandepitte

 

Pour les sources de cet article voir La crise de la Théologie de la libération et le marxisle religieux (en néerlandais).

 

21 février 2013

 

 

http://www.internationalnews.fr/article-comment-benoit-xvi-a-aneanti-l-eglise-du-peuple-en-amerique-latine-115908331.html

Published by Internationalnews - dans Religion
commenter cet article
2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 00:17

Internationalnews


 

Source: Avec les chrétiens de Syrie

  Comme ne l'évoque jamais la presse occidentale alignée sur Washington et Tel-Aviv, la tentative de renversement du régime national syrien de Bashar El Assad aurait  pour conséquence, si elle réussissait, l'éradication des communautés chrétiennes parmi les plus anciennes du monde.

Les chrétiens représentent environ 10% du peuple syrien. Ils sont répartis en une dizaine d'Eglises. Dans leur immense majorité , les chrétiens syriens apportent un soutien -parfois critique - au régime et beaucoup d'entre eux militent au sein du parti nationaliste pan-arabe Baas d'El Assad ( fondé par le grec othodoxe Michel Aflak en 1943)  ou du Parti Social-Nationaliste Syrien ( fondé par le grec othodoxe Antoun Saadé en 1932) . D'autres servent dans l'armée jusqu'aux grades les plus élevés de la hierarchie. La Syrie nationaliste bénéficie du soutien de la Russie, traditionnel protecteur des chrétiens de la région.

          Le patriarche grec-orthodoxe Ignacios IV , comme ses homologues syriaque et grec-catholique (melkite  refusent toute intervention étrangère en Syrie


Les chrétiens de Syrie connaissent le sort que leur réserverait la fin du régime actuel : celui de leurs coreligionnaires d'Irak , massacrés et contraints à l'exil par les differentes factions du pouvoir fantoche mis en place par les Américains. La ville de Homs , brièvement occupée par "l'Armée Syrienne Libre" (sic) a été le théatre de véritables scènes d'épuration ethnique , menée par la " Brigade Al Farouk" de l'ASL , composée de jihadistes wahabites en provenance de Lybie et d'Irak .

 

La pseudo "armée syrienne libre " est  composée de quelques milliers de mercenaires jihadistes, recrutés  par le Quatar et l'Arabie Saoudite ,armés et financés par l'Occident et dirigés depuis la Turquie . Une statégie déjà utilisée par l'axe américano-sioniste en Bosnie, Tchétchénie , Kosovo , Lybie...

 

Cette aggression entre dans le cadre des projets de "Nouveau Moyen Orient ", défini à Washington, destiné à s'assurer le controle de la région, et vise directement le bloc Eurasiatique Chine-Russie.

Mère Agnès Mariam de la Croix , une religieuse  engagée dans la résistance nationale et anti-impérialiste en Syrie


 La France, protectorat américain,  participe évidement à l'opération, la phase propagandiste étant assurée entre autres, par l'agent israelien Bernard-Henry Levy, déjà actif en Bosnie et Lybie notament. Fidèle à ses traditions, la classe politique française collabore et l'extrème gauche trotskiste, éternelle auxiliaire de Washington,  "salue la Révolution" ,

L'aggression  de l'axe américano-sioniste et de ses laquais wahabites  contre la Syrie nationaliste d'Assad est une guerre contre la  Chrétienté , contre l'Islam,  contre la Russie , contre l'Europe et l'Eurasie .


Soutenons la forteresse baathiste Syrienne . 

 

Refusons et combattons la propagande des médias français sous controle américain !

Comme l'immense majorité de leurs compatriotes , les chrétiens syriens soutiennent leur armée nationale dans sa lutte contre les bandes armées financées par l'Occident .

 

Ici: Gentil manifestant "syrien" au service de la démocratie occidentale...

 

http://www.internationalnews.fr/article-avec-les-chretiens-de-syrie-contre-la-guerre-d-agression-des-usa-et-de-ses-valets-108744125.html

Published by Internationalnews - dans Religion
commenter cet article
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 18:10

 



Le sionisme chrétien est le nom donné à la croyance d'un certain nombre de chrétiens, en particulier des protestants fondamentalistes, que la création de l'État d'Israël en 1948 est en accord avec les prophéties bibliques, et prépare ainsi le retour de Jésus sur Terre comme Christ triomphant de l'Apocalypse. Cette croyance se distingue du sionisme juif par son ancrage dans une vision religieuse et non politique du monde. Les sionistes chrétiens sont persuadés que le retour de Jésus provoquera la conversion des Juifs.

 

Cette croyance se distingue aussi du soutien traditionnel et non-messianique au sionisme de nombreux chrétiens n'ayant pas volonté de convertir les juifs à terme. Il s'agit pour eux d'un engagement moral et politique, et non évangélique.

 

Le terme « Sionisme chrétien » rassemble donc un ensemble de groupes (généralement fondamentalistes) croyant que la judaïsation de la Palestine historique (Israël + territoires palestiniens) est une obligation divine qui ramènera Jésus sur terre, fera définitivement de lui le Christ ou messie et assurera le triomphe du christianisme lors de l'apocalypse. (http://fr.wikipedia.org/wiki/Sionisme_chr%C3%A9tien)

(documentaire de 2004)

 


En complément:

 Aux origines du Sionisme Chrétien (documentaire)

Comment fut inventé le peuple juif par shlomo sand

Shlomo sand: l'invention du peuple juif (interview)

Roni brauman sur israel et le sionisme (vidéo)

Schlomo sand face à un sioniste français

Shlomo sand, comment le peuple juif fut inventé? Les ernest (conférence à normale Sup)

Les chrétiens sionistes - www.la-bas.org


Url de cet article: http://www.internationalnews.fr/article-les-chretiens-sionistes-documentaire-37-52738691.html

Published by Internationalnews - dans Religion
commenter cet article
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 20:08

 

http://contreinfo.info/IMG/arton2258.jpg

 

Shlomo Sand revient sur la polémique qu'il a soulevée avec son ouvrage "Comment le peuple juif fut inventé" et raconte la genèse de cette oeuvre.
http://www.les-ernest.fr

 

Shlomo sand: l'invention du peuple juif (interview)

Comment fut inventé le peuple juif par shlomo sand

L'invention du peuple juif/Shlomo Sand interviewé par daniel mermet

Url de cet article: http://www.internationalnews.fr/article-shlomo-sand-comment-le-peuple-juif-fut-invente-les-ernest-conference-a-normal-sup--51562119.html

 

Published by Internationalnews - dans Religion
commenter cet article
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 22:02
The Christian presence in Palestine under Israeli military rule. A short clip from the award-winning film 'Occupation 101: Voices of the Silenced Majority."

For more info please visit www.occupation101.com.
DVD also available on AMAZON.COM.



Tous les articles sur la Palestine et le Moyen-Orient en cliquant sur l'image:


http://www.internationalnews.fr/article-christian-presence-in-palestine-occupation-101-movie-clip--41839939.html


Published by Internationalnews - dans Religion
commenter cet article
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 22:38
BBC Newsnight: Monday, 7 September 2009 - InformationClearingHouse

Israel's army is changing. Once proudly secular, its combat units are now filling with those who believe Israel's wars are "God's wars". Military rabbis are becoming more powerful. Trained in warfare as well as religion, new army regulations mean they are now part of a military elite.

They graduate from officer's school and operate closely with military commanders. One of their main duties is to boost soldiers' morale and drive, even on the front line. Israeli general warns of dangers of turning war into 'jihad' This has caused quite some controversy in Israel. Should military motivation come from men of God, or from a belief in the state of Israel and keeping it safe?




link http://www.informationclearinghouse.info/article23551.htm
Published by Internationalnews - dans Religion
commenter cet article
3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 15:34
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 12:11
Durée : 17:30 Pris le : 01 février 2009 Lieu : Nazareth, Northern District, Israël

Les Neturei Karta (en araméen: נטורי קרתא ; « les gardiens de la cité ») est un groupe de juifs haredim (ultra-orthodoxes) radicalement antisioniste .

Les Neturei Karta considèrent que l'État juif de l'antiquité fut détruit par la volonté divine et que seul le Messie pourra le rétablir. Toute tentative humaine de recréer un état juif avant la venue du Messie est donc une attaque contre la volonté divine. Lors des élections israéliennes, ils appellent ainsi de façon systématique à refuser de voter.

Citation :
“Tout le monde sait que dès que quelqu'un dit quelque chose contre le sionisme, il est immédiatement taxé d'antisémite.” Rabbi Weiss

Site :
http://netureikarta.unblog.fr
En définitive :

* le Sionisme n'est pas le Judaisme.
* les fondements de base du Sionisme vont à l'encontre du Judaisme.
* l'état d'Israel ne représente pas le peuple Juif.
* les actes d'agression commis au nom du Sionisme sont des crimes et non des impératifs religieux.
* les Sionistes n'ont aucun droit de commettre des actes violents à l'encontre de quiconque, pas plus les juifs que les palestiniens.



http://www.internationalnews.fr/article-27703778.html

Articles/videos: Palestine/Israël/Middle East
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 23:56

Le Monde Diplomatique

Déconstruction d’une histoire mythique

 

http://bibliobs.nouvelobs.com/files/Shlomo-Sand_Baltel-Sipa.jpg

 

Par Shlomo Sand

Historien, professeur à l’université de Tel-Aviv, auteur de Comment le peuple juif fut inventé, Fayard, 2008.


Les Juifs forment-ils un peuple ? A cette question ancienne, un historien israélien apporte une réponse nouvelle. Contrairement à l’idée reçue, la diaspora ne naquit pas de l’expulsion des Hébreux de Palestine, mais de conversions successives en Afrique du Nord, en Europe du Sud et au Proche-Orient. Voilà qui ébranle un des fondements de la pensée sioniste, celui qui voudrait que les Juifs soient les descendants du royaume de David et non — à Dieu ne plaise ! — les héritiers de guerriers berbères ou de cavaliers khazars.


Tout Israélien sait, sans l’ombre d’un doute, que le peuple juif existe depuis qu’il a reçu la Torah (1) dans le Sinaï, et qu’il en est le descendant direct et exclusif. Chacun se persuade que ce peuple, sorti d’Egypte, s’est fixé sur la « terre promise », où fut édifié le glorieux royaume de David et de Salomon, partagé ensuite en royaumes de Juda et d’Israël. De même, nul n’ignore qu’il a connu l’exil à deux reprises : après la destruction du premier temple, au VIe siècle avant J.-C., puis à la suite de celle du second temple, en l’an 70 après J.C.


S’ensuivit pour lui une errance de près de deux mille ans : ses tribulations le menèrent au Yémen, au Maroc, en Espagne, en Allemagne, en Pologne et jusqu’au fin fond de la Russie, mais il parvint toujours à préserver les liens du sang entre ses communautés éloignées. Ainsi, son unicité ne fut pas altérée. A la fin du XIXe siècle, les conditions mûrirent pour son retour dans l’antique patrie. Sans le génocide nazi, des millions de Juifs auraient naturellement repeuplé Eretz Israël (« la terre d’Israël ») puisqu’ils en rêvaient depuis vingt siècles.


Vierge, la Palestine attendait que son peuple originel vienne la faire refleurir. Car elle lui appartenait, et non à cette minorité arabe, dépourvue d’histoire, arrivée là par hasard. Justes étaient donc les guerres menées par le peuple errant pour reprendre possession de sa terre ; et criminelle l’opposition violente de la population locale.


D’où vient cette interprétation de l’histoire juive ? Elle est l’œuvre, depuis la seconde moitié du XIXe siècle, de talentueux reconstructeurs du passé, dont l’imagination fertile a inventé, sur la base de morceaux de mémoire religieuse, juive et chrétienne, un enchaînement généalogique continu pour le peuple juif. L’abondante historiographie du judaïsme comporte, certes, une pluralité d’approches. Mais les polémiques en son sein n’ont jamais remis en cause les conceptions essentialistes élaborées principalement à la fin du XIXe siècle et au début du XXe.

Lorsque apparaissaient des découvertes susceptibles de contredire l’image du passé linéaire, elles ne bénéficiaient quasiment d’aucun écho. L’impératif national, telle une mâchoire solidement refermée, bloquait toute espèce de contradiction et de déviation par rapport au récit dominant. Les instances spécifiques de production de la connaissance sur le passé juif — les départements exclusivement consacrés à l’« histoire du peuple juif », séparés des départements d’histoire (appelée en Israël « histoire générale ») — ont largement contribué à cette curieuse hémiplégie. Même le débat, de caractère juridique, sur « qui est juif ? » n’a pas préoccupé ces historiens : pour eux, est juif tout descendant du peuple contraint à l’exil il y a deux mille ans.


Ces chercheurs « autorisés » du passé ne participèrent pas non plus à la controverse des « nouveaux historiens », engagée à la fin des années 1980. La plupart des acteurs de ce débat public, en nombre limité, venaient d’autres disciplines ou bien d’horizons extra-universitaires : sociologues, orientalistes, linguistes, géographes, spécialistes en science politique, chercheurs en littérature, archéologues formulèrent des réflexions nouvelles sur le passé juif et sioniste. On comptait également dans leurs rangs des diplômés venus de l’étranger. Des « départements d’histoire juive » ne parvinrent, en revanche, que des échos craintifs et conservateurs, enrobés d’une rhétorique apologétique à base d’idées reçues.


Le judaïsme, religion prosélyte


Bref, en soixante ans, l’histoire nationale a très peu mûri, et elle n’évoluera vraisemblablement pas à brève échéance. Pourtant, les faits mis au jour par les recherches posent à tout historien honnête des questions surprenantes au premier abord, mais néanmoins fondamentales.


La Bible peut-elle être considérée comme un livre d’histoire ? Les premiers historiens juifs modernes, comme Isaak Markus Jost ou Leopold Zunz, dans la première moitié du XIXe siècle, ne la percevaient pas ainsi : à leurs yeux, l’Ancien Testament se présentait comme un livre de théologie constitutif des communautés religieuses juives après la destruction du premier temple. Il a fallu attendre la seconde moitié du même siècle pour trouver des historiens, en premier lieu Heinrich Graetz, porteurs d’une vision « nationale » de la Bible : ils ont transformé le départ d’Abraham pour Canaan, la sortie d’Egypte ou encore le royaume unifié de David et Salomon en récits d’un passé authentiquement national. Les historiens sionistes n’ont cessé, depuis, de réitérer ces « vérités bibliques », devenues nourriture quotidienne de l’éducation nationale.


Mais voilà qu’au cours des années 1980 la terre tremble, ébranlant ces mythes fondateurs. Les découvertes de la « nouvelle archéologie » contredisent la possibilité d’un grand exode au XIIIe siècle avant notre ère. De même, Moïse n’a pas pu faire sortir les Hébreux d’Egypte et les conduire vers la « terre promise » pour la bonne raison qu’à l’époque celle-ci... était aux mains des Egyptiens. On ne trouve d’ailleurs aucune trace d’une révolte d’esclaves dans l’empire des pharaons, ni d’une conquête rapide du pays de Canaan par un élément étranger.


Il n’existe pas non plus de signe ou de souvenir du somptueux royaume de David et de Salomon. Les découvertes de la décennie écoulée montrent l’existence, à l’époque, de deux petits royaumes : Israël, le plus puissant, et Juda, la future Judée. Les habitants de cette dernière ne subirent pas non plus d’exil au VIe siècle avant notre ère : seules ses élites politiques et intellectuelles durent s’installer à Babylone. De cette rencontre décisive avec les cultes perses naîtra le monothéisme juif.


L’exil de l’an 70 de notre ère a-t-il, lui, effectivement eu lieu ? Paradoxalement, cet « événement fondateur » dans l’histoire des Juifs, d’où la diaspora tire son origine, n’a pas donné lieu au moindre ouvrage de recherche. Et pour une raison bien prosaïque : les Romains n’ont jamais exilé de peuple sur tout le flanc oriental de la Méditerranée. A l’exception des prisonniers réduits en esclavage, les habitants de Judée continuèrent de vivre sur leurs terres, même après la destruction du second temple.


Une partie d’entre eux se convertit au christianisme au IVe siècle, tandis que la grande majorité se rallia à l’islam lors de la conquête arabe au VIIe siècle. La plupart des penseurs sionistes n’en ignoraient rien : ainsi, Yitzhak Ben Zvi, futur président de l’Etat d’Israël, tout comme David Ben Gourion, fondateur de l’Etat, l’ont-ils écrit jusqu’en 1929, année de la grande révolte palestinienne. Tous deux mentionnent à plusieurs reprises le fait que les paysans de Palestine sont les descendants des habitants de l’antique Judée (
2).


A défaut d’un exil depuis la Palestine romanisée, d’où viennent les nombreux Juifs qui peuplent le pourtour de la Méditerranée dès l’Antiquité ? Derrière le rideau de l’historiographie nationale se cache une étonnante réalité historique. De la révolte des Maccabées, au IIe siècle avant notre ère, à la révolte de Bar-Kokhba, au IIe siècle après J.-C, le judaïsme fut la première religion prosélyte. Les Asmonéens avaient déjà converti de force les Iduméens du sud de la Judée et les Ituréens de Galilée, annexés au « peuple d’Israël ». Partant de ce royaume judéo-hellénique, le judaïsme essaima dans tout le Proche-Orient et sur le pourtour méditerranéen. Au premier siècle de notre ère apparut, dans l’actuel Kurdistan, le royaume juif d’Adiabène, qui ne sera pas le dernier royaume à se « judaïser » : d’autres en feront autant par la suite.


Les écrits de Flavius Josèphe ne constituent pas le seul témoignage de l’ardeur prosélyte des Juifs. D’Horace à Sénèque, de Juvénal à Tacite, bien des écrivains latins en expriment la crainte. La Mishna et le Talmud (
3) autorisent cette pratique de la conversion — même si, face à la pression montante du christianisme, les sages de la tradition talmudique exprimeront des réserves à son sujet.


La victoire de la religion de Jésus, au début du IVe siècle, ne met pas fin à l’expansion du judaïsme, mais elle repousse le prosélytisme juif aux marges du monde culturel chrétien. Au Ve siècle apparaît ainsi, à l’emplacement de l’actuel Yémen, un royaume juif vigoureux du nom de Himyar, dont les descendants conserveront leur foi après la victoire de l’islam et jusqu’aux temps modernes. De même, les chroniqueurs arabes nous apprennent l’existence, au VIIe siècle, de tribus berbères judaïsées : face à la poussée arabe, qui atteint l’Afrique du Nord à la fin de ce même siècle, apparaît la figure légendaire de la reine juive Dihya el-Kahina, qui tenta de l’enrayer. Des Berbères judaïsés vont prendre part à la conquête de la péninsule Ibérique, et y poser les fondements de la symbiose particulière entre juifs et musulmans, caractéristique de la culture hispano-arabe.


La conversion de masse la plus significative survient entre la mer Noire et la mer Caspienne : elle concerne l’immense royaume khazar, au VIIIe siècle. L’expansion du judaïsme, du Caucase à l’Ukraine actuelle, engendre de multiples communautés, que les invasions mongoles du XIIIe siècle refoulent en nombre vers l’est de l’Europe. Là, avec les Juifs venus des régions slaves du Sud et des actuels territoires allemands, elles poseront les bases de la grande culture yiddish (
4).


Ces récits des origines plurielles des Juifs figurent, de façon plus ou moins hésitante, dans l’historiographie sioniste jusque vers les années 1960 ; ils sont ensuite progressivement marginalisés avant de disparaître de la mémoire publique en Israël. Les conquérants de la cité de David, en 1967, se devaient d’être les descendants directs de son royaume mythique et non — à Dieu ne plaise ! — les héritiers de guerriers berbères ou de cavaliers khazars. Les Juifs font alors figure d’« ethnos » spécifique qui, après deux mille ans d’exil et d’errance, a fini par revenir à Jérusalem, sa capitale.


Les tenants de ce récit linéaire et indivisible ne mobilisent pas uniquement l’enseignement de l’histoire : ils convoquent également la biologie. Depuis les années 1970, en Israël, une succession de recherches « scientifiques » s’efforce de démontrer, par tous les moyens, la proximité génétique des Juifs du monde entier. La « recherche sur les origines des populations » représente désormais un champ légitimé et populaire de la biologie moléculaire, tandis que le chromosome Y mâle s’est offert une place d’honneur aux côtés d’une Clio juive (
5) dans une quête effrénée de l’unicité d’origine du « peuple élu ».


Cette conception historique constitue la base de la politique identitaire de l’Etat d’Israël, et c’est bien là que le bât blesse ! Elle donne en effet lieu à une définition essentialiste et ethnocentriste du judaïsme, alimentant une ségrégation qui maintient à l’écart les Juifs des non-Juifs — Arabes comme immigrants russes ou travailleurs immigrés.


Israël, soixante ans après sa fondation, refuse de se concevoir comme une république existant pour ses citoyens. Près d’un quart d’entre eux ne sont pas considérés comme des Juifs et, selon l’esprit de ses lois, cet Etat n’est pas le leur. En revanche, Israël se présente toujours comme l’Etat des Juifs du monde entier, même s’il ne s’agit plus de réfugiés persécutés, mais de citoyens de plein droit vivant en pleine égalité dans les pays où ils résident. Autrement dit, une ethnocratie sans frontières justifie la sévère discrimination qu’elle pratique à l’encontre d’une partie de ses citoyens en invoquant le mythe de la nation éternelle, reconstituée pour se rassembler sur la « terre de ses ancêtres ».


Ecrire une histoire juive nouvelle, par-delà le prisme sioniste, n’est donc pas chose aisée. La lumière qui s’y brise se transforme en couleurs ethnocentristes appuyées. Or les Juifs ont toujours formé des communautés religieuses constituées, le plus souvent par conversion, dans diverses régions du monde : elles ne représentent donc pas un « ethnos » porteur d’une même origine unique et qui se serait déplacé au fil d’une errance de vingt siècles.


Le développement de toute historiographie comme, plus généralement, le processus de la modernité passent un temps, on le sait, par l’invention de la nation. Celle-ci occupa des millions d’êtres humains au XIXe siècle et durant une partie du XXe. La fin de ce dernier a vu ces rêves commencer à se briser. Des chercheurs, en nombre croissant, analysent, dissèquent et déconstruisent les grands récits nationaux, et notamment les mythes de l’origine commune chers aux chroniques du passé. Les cauchemars identitaires d’hier feront place, demain, à d’autres rêves d’identité. A l’instar de toute personnalité faite d’identités fluides et variées, l’histoire est, elle aussi, une identité en mouvement.


(1) Texte fondateur du judaïsme, la Torah — la racine hébraïque yara signifie enseigner — se compose des cinq premiers livres de la Bible, ou Pentateuque : Genèse, Exode, Lévitique, Nombres et Deutéronome.

(2) Cf. David Ben Gourion et Yitzhak Ben Zvi, « Eretz Israël » dans le passé et dans le présent (1918, en yiddish), Jérusalem, 1980 (en hébreu) et Ben Zvi, Notre population dans le pays (en hébreu), Varsovie, Comité exécutif de l’Union de la jeunesse et Fonds national juif, 1929.

(3) La Mishna, considérée comme le premier ouvrage de littérature rabbinique, a été achevée au IIe siècle de notre ère. Le Talmud synthétise l’ensemble des débats rabbiniques concernant la loi, les coutumes et l’histoire des Juifs. Il y a deux Talmud : celui de Palestine, écrit entre le IIIe et le Ve siècle, et celui de Babylone, achevé à la fin du Ve siècle.

(4) Parlé par les Juifs d’Europe orientale, le yiddish est une langue slavo-allemande comprenant des mots issus de l’hébreu.

(5) Dans la mythologie grecque, Clio était la muse de l’Histoire.


http://www.monde-diplomatique.fr/2008/08/SAND/16205 - août 2008


Photo: bibliobs.nouvelobs

http://www.internationalnews.fr/article-comment-fut-invente-le-peuple-juif-par-shlomo-sand-26181060.html

 

 

Published by Internationalnews - dans Religion
commenter cet article

Présentation

  • : internationalnews
  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles, sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • Contact

STOP TAFTA !

Rechercher

Dossiers les plus consultés