3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 14:41

Internationalnews

3 novembre 2012

 

Le cauchemar du Transhumanisme

 

Un monde sans humain Et les humains inventèrent lintelligence artificielle ...

 

Date de première diffusion : Mar., 23 oct. 2012, 20h50

XXIe siècle. Les machines sont devenues omniprésentes. Des applications robotiques aux nanotechnologies, elles envahissent notre espace. Mais ont-elles pour seul but d'améliorer notre existence ?


Hugh Herr, directeur du Biomechatronics Lab : "Aujourd'hui, la technologie augment considérablement les capacités de l'humain."

 

 

 

 

 

 

 

Illustration: http://www.eteignezvotreordinateur.com
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 01:05
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 02:32
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 10:06

Internationalnews

 

bird2-249x300.jpg

 

RT 19 May,2012

  

The future is here and this is not a butterfly on your wall, as Israeli drones are getting tiny. Their latest project – a butterfly-shaped drone weighing just 20 grams - the smallest in its range so far – can gather intelligence inside buildings.

The new miniscule surveillance device can take color pictures and is capable of a vertical take-off and hover flight, just like a helicopter, reports the daily Israel Hayom.

Israel Aerospace Industries (IAI) says this may come in handy in ground clashes, when a soldier would merely take it out of a pocket and send behind the enemy’s line.

The insect-drone, with its 0.15-gram camera and memory card, is managed remotely with a special helmet. Putting on the helmet, you find yourself in the “butterfly’s cockpit” and virtually see what the butterfly sees – in real time.

The butterfly’s advantage is its ability to fly in an enclosed environment. There is no other aerial vehicle that can do that today,” Dubi Binyamini, head of IAI’s mini-robotics department, told Israel Hayom.


Israeli "butterfly" UAV. Image courtesy: Israel Hayom (Image from http://www.israelhayom.co.il)
Israeli "butterfly" UAV. Image courtesy: Israel Hayom (Image from http://www.israelhayom.co.il)

Structures under observation can be anything from train stations or airport terminals – or office buildings – to battlefields and even forests in, say, southern Lebanon, where Israel believes Hezbollah hides its ambush squads. 

The virtually noiseless “butterfly” flaps its four wings 14 times per second. Almost translucent, it looks like an overgrown moth, but is still smaller than some natural butterflies. 

This is bio-mimicry, when technology imitates nature. And this has proved to hide a trap. When the device was tested at a height of 50-meters, birds and flies tended to fall behind the device arranging into a flock. 

The IAI, Israel’s major aerospace and aviation manufacturer, needs two more years to polish their “butterfly” project. The product seems to fall into the trend of reducing drone size. Their recent models promoted for city observation and conflicts were the Ghost, weighing 4 kg, and Mosquito, which weighs only 500 grams.

While the “butterfly” may bring “a real technological revolution,” as the developer predicts, to the military field, questions remain how it will change the civil life. The drone is also propped up for police use and there is little doubt that secret services will be only too happy to grab such an intricate weapon.

Photo: http://www.topsecretwriters.com


Papillons cyborgs, insectes espions au service des militaires

Les espions volants de demain (les cyborgs)

Des milliers de drones au services de la météo ?

Des insectes cyborgs/cyborg insects (videos) - no comment…

Pentagon wants cyborg insects to sniff out wmd


http://www.internationalnews.fr/article-spy-butterfly-israel-developing-insect-drone-for-indoor-surveillance-105477116.html

30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 04:33

Internationalnews

 

jeunesseeternellebrookegreenbergmutationgenetique.jpg


Bienvenus dans le Meilleur des Mondes!!!


Reportage d'Anouk Burel et Valérie Lucas pour Envoyé spécial sur les recherches des savants fous... notamment sur le prolongement de l'espérance de vie par la Science et notamment les nanotechnologies.


Extrait de la présentation: "Qui n’a jamais rêvé de vivre beaucoup plus longtemps ? Cette idée, certains scientifiques, chercheurs en génétique ou curieux visionnaires américains et britanniques commencent à l’envisager aujourd’hui pour le monde de demain. Vivre 150 ans ou pourquoi pas éternellement, être résistant aux maladies, anticiper son destin, ces futurs ne sont peut-être plus si lointains depuis le décryptage du génome et les progrès immenses des nanotechnologies. Que pourrait être l’homme du futur, pourra-t-on lire une partie de notre avenir grâce à la génétique personnelle, accepterons-nous un jour de modifier nos gênes pour nous sauver d’une maladie, d’un cancer ou avancerons-nous au contraire à reculons vers ces horizons vraiment très étranges, vus d’ici ? Quels seront nos choix de société devant ces progrès géants ? C’est en tous cas la question qu’ouvre ce reportage réalisé en France et aux Etats-Unis, où les portes du futur se sont déjà entrouvertes, en partie, grâce notamment au décryptage du génome personnel. L’accès pour chacun au secret de ses propres gênes, une innovation sacrée "invention de l’année" par le magazine Time et qui attire de plus en plus d’américains.. "

A la fin de la partie 3 et au début de la partie 4, nos amis d'OGM Dangers, qui interrompent une conférence, sont traités de "terroristes"...

 

 



 

 



http://www.internationalnews.fr/article-un-reve-sans-fin-documentaire-sur-la-biologie-synthetique-75190228.html

12 septembre 2010 7 12 /09 /septembre /2010 10:29

James Mulroy, PC World

Sep 12, 2010

 

Engineers at the University of California, Berkeley, have developed a new technology that may help robots feel, give the sense of touch back to those with prosthetic limbs, and ultimately help robots do the dishes without breaking them (and while they're at it, maybe make a sandwich without turning it into land of the flatlanders).


The material is built using semiconductor nanowires that can operate using low voltages, and it's more flexible than previous inorganic synthetic skins. This "e-skin" is also stronger than its competing organic materials. Organic materials are also poor semiconductors, and require a higher voltage to operate.


 

 

An optical image of a fully fabricated e-skin device with nanowire active matrix circuitry. Each dark square represents a single pixel. [Photo: Ali Javey and Kuniharu Takei, UC Berkeley]


The Berkeley group's synthetic skin can either be transferred to another material like a plastic or glass by either directly transferring it over from a flat substrate which is then “rubbed” onto a polymer film made of polyamide. It can also be “rolled” onto the surface using a device that works much like a lint roller in reverse; the fibers are deposited to a sticky surface rather than picked up.

The e-skin can detect pressure in the range from 0 to 15 kilopascals, or similar to the pressure needed to perform normal daily tasks. In other words, when your cyber-being goes to clean the wine glasses from last night's party, it won't break them, and when your robot goes to make you a sandwich, it won't flatten it to the size of your silicon microprocessor.


The e-skin will be described in a September 12 paper in the advanced online publication of the journal Nature Materials; co-authors include researchers from electrical engineering and computer sciences: Kuniharu Takei, post-doc fellow; Ron Fearing, professor; Toshitake Takahashi, grad student; Hyunhyub Ko and Paul Leu, post-doc researchers; Johnny C. Ho, grad student in materials science and engineering, and Andrew G. Gillies, a grad student in mechanical engineering.


[UC Berkeley]

 

http://www.pcworld.com

 

http://www.internationalnews.fr/article-artificial-e-skin-may-soon-help-robots-feel-57084412.html

20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 13:26

 

 Internationalnews

Science et Avenir

 

http://www.neotrouve.com/images/dnafinal.jpg


Une étape supplémentaire a été franchie par l’équipe de Craig Venter, en pointe dans le domaine de la biologie synthétique: ces chercheurs ont obtenu, après de longs efforts, une cellule bactérienne contrôlée par un ADN artificiel. Ce résultat est publié aujourd’hui dans la revue Science.

 Les colonies de bactéries dans lesquelles ont été transplantées le génome synthétique: la couleur bleue avait été ajoutée par les chercheurs pour repérer ces cellules. (AAAS)

L'équipe du JVCI (J. Craig Venter Institute), pilotée par Daniel Gibson, Clyde Hutchison et Hamilton Smith, a synthétisé un génome bactérien (Mycoplasma mycoides) puis l’a transféré dans une autre cellule bactérienne (Mycoplasma capricolum), en remplacement de l’ADN de ce mycoplasme.

Les chercheurs ont pu crier victoire lorsqu’ils ont vu se développer une colonie de bactéries ayant toutes les caractéristiques du génome synthétique. Celui-ci avait ‘pris le contrôle’ de la cellule, lui faisant produire de nouvelles protéines. A terme, les chercheurs espèrent concevoir des cellules répondant à des besoins spécifiques, comme la production d’énergie ou la synthèse de molécules pour la pharmacie…

Le génome minimal

Cependant, de même qu’il a fallu beaucoup de travail pour parvenir jusqu’à l’étape d’aujourd’hui (20 personnes travaillant pendant 10 ans pour un budget de 32 millions d’euros, selon Science), de nombreuses étapes restent à franchir pour atteindre l’objectif affiché.


Voilà près de 10 ans que Craig Venter s’est lancé dans la quête du «génome minimal». En 2003, travaillant à partir des 500 gènes de Mycoplasma génitalium, l’équipe a isolé les 400 gènes qui seraient suffisants pour faire vivre un organisme. Ensuite, l’équipe a franchi plusieurs caps : transférer de l’ADN d’une bactérie à une autre, pouvoir modifier le génome artificiel pour qu’il soit accepté par une bactérie différente (et non rejeté comme un envahisseur), maîtriser la synthèse d’un chromosome bactérien…


Ce n’est qu’en 2008 qu’ils sont parvenus à synthétiser un chromosome bactérien, en ajoutant en filigrane, comme les dessins cachés des billets de banque, des marques qui permettent de le distinguer d’un ADN naturel.


Génome assemblé chez une levure

C’est ainsi que Gibson et ses collègues ont finalement réussi à synthétiser les paires de bases qui forment les séquences de l’ADN de M. mycoides, bout par bout. Ils ont assemblé les petits morceaux en les transférant dans une levure puis dans la bactérie E. coli. Une fois prêt, le génome artificiel a été implanté dans des cellules de M. capricolum. La manipulation n’a pas fonctionné du premier coup, relate Science. Il a fallu essayer plusieurs combinaisons, jusqu’à repérer une erreur, sur une seule base, qui a retardé les opérations de trois mois.


Obama demande un rapport

Bien entendu les chercheurs du JCVI ne comptent pas s’arrêter là. Venter a notamment un contrat avec la société Exxon pour produire des biocarburants à partir d’algues. Il va donc s’atteler avec son équipe à modifier un génome de microalgue.

Il y a deux jours Craig Venter était entendu par les membres du congrès américains sur les progrès de son équipe. Le président Obama a déjà réagi en demandant à la commission de bioéthique de la maison blanche de rendre dans six mois un rapport sur les enjeux de la biologie synthétique.


Pas de vie créée ex nihilo

Quelle est exactement la nature de la cellule obtenue? Elle est une copie, à peu de détails près, de ce qui existe dans la nature. Seule une petite partie est synthétique. Nous sommes encore très loin de la création d’une nouvelle forme de vie ex nihilo. «Franchement, les scientifiques n’en savent pas assez sur la biologie pour créer la vie» commente Jim Collins, professeur d’ingénierie biomédicale à l’université de Boston, dans la revue Nature.


Cependant plusieurs confrères saluent le tour de force technique réalisé par l’équipe de Venter, un scientifique atypique aux États-Unis. Un pionnier du séquençage qui poursuit sa carrière hors des institutions et des sentiers académiques.

Cécile Dumas

http://www.sciencesetavenir.fr   

 

Photo: neotrouve

 

Url de cet article: http://www.internationalnews.fr/article-savants-fous-un-genome-artificiel-aux-commandes-d-une-cellule-51104698.html

 

 

 

 

 

15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 23:33
News of Tomorrow
samedi 16 janvier 2010

 

par Raymond Viger


Vincent Callebaut, un architecte franco-belge, a de la suite dans les idées et ne manque pas d’imagination. Diplômé de l’Institut supérieur d’Architecture de Bruxelles, ce militant en faveur d’une architecture écologique et citoyenne cherche à créer une symbiose entre urbain, humain, et nature dans des projets aussi fous que futuristes. Il a mis au point une ville flottante, insubmersible et écologique, avec un design digne de fantasmes SF, d’un diamètre de 500 mètre, qui aurait vocation à accueillir les réfugiés climatiques. Bienvenue sur Lilypad.



Réfugiés climatiques Les réfugiés climatiques devraient en effet être de plus en plus nombreux. Selon le GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution et le Climat), le 21e siècle verra le niveau des océans augmenter de 20 à 90 cm, à cause de la fonte des glaces, faisant ainsi disparaître de la carte des pans entiers de territoire, du Viêt-Nam à Washington, en passant par la côte sud-américaine et une partie de l’Australie. « Près de 250 millions de personnes pourraient être concernées », explique l’architecte, qui ajoute que les défis architecturaux se jouent maintenant.


Les Lilypad sont des cités flottantes, des « villes amphibies », mi-aquatiques, mi-terrestre, écologiquement et énergétiquement auto-suffisantes. Elles sont en effet dotées de technologies telles que des éoliennes et des panneaux solaires et peuvent exploiter l’énergie de la biomasse ou de la marée.






















La vie sur Ecopolis Inspirées des grands nénuphars de la Reine Victoria d’Amazonie, les Lilypad peuvent accueillir chacune jusqu’à 50 000 personnes et voyager autour du monde, choisissant de s’ancrer près d’une côte ou se laissant guider par les courants marins. La zone lagunaire du centre permet de lester la structure, et les montages alentours sont dédiées au travail, aux commerces et aux loisirs. Depuis la faune et la flore jusqu’à la récupération de l’eau de pluie, Vincent Callebaut a tout prévu. Ce projet aux airs irréalistes a attiré les intérêts d’investisseurs chinois et arabes qui lui ont demandé de dessiner une version cinq fois plus petite que le projet initial.


Une ferme au centre de New York En 2009, l’inventeur fou remet ça. Dragonfly est une ferme bio verticale en plein cœur de New York, entre Manhattan et le Queens. Toujours dans la même veine que Lilypad, Dragonfly a pour objectif d’assurer l’autosuffisance écologique et surtout alimentaire des grandes villes, en tenant compte de leur densité démographique. Le projet original prévoit d’héberger 50 000 personnes et d’en nourrir le triple. La ville de New York pourrait être intéressée par ce projet et doit rencontrer prochainement Vincent Callebaut.


Repenser la production alimentaire Le nom, Dragonfly, qui signifie « libellule », renvoi à la forme de la structure imaginée par le rêveur écologique. Il veut « contribuer à la durabilité de la ville et repenser la production alimentaire. » Pour cela, chaque appartement disposera de son potager dans la cuisine et sur le balcon. Le bâtiment comprendra également des bureaux et des espaces consacrés à l’agriculture et l’élevage. L’édifice, 700 mètres aux antennes, comprendra aussi des cultures aquatiques. Les surplus alimentaires générés seront réorienté vers l’extérieur grâce à un marché flottant.


Naturellement, le tout est “eco-friendly”. Les eaux de pluie sont filtrées, les déchets organiques réutilisés en compost, les eaux usées recyclées. Panneaux solaires et éoliennes côtoient l’énergie des vagues et de la biomasse. La chaleur est accumulée pour l’hiver, et la fraicheur est assurée l’été par l’évaporation de l’eau des plantes. Un rêve biologique qui réduirait l’empreinte écologique des habitants des grandes métropoles, une avancée qui semble indispensable si l’on écoute les experts les plus alarmistes sur le futur de la planète.

 


Les défis alimentaires La nourriture est l’un des défis principaux de la planète, non seulement pour les pays du tiers-monde, mais aussi pour les pays industrialisés dont la consommation augmente sans cesse. Il faut réinventer les rapports traditionnels entre la ville, qui ne peut pas subvenir à ses besoins alimentaires et énergétiques, et la campagne, qui se vide de sa population sous l’effet de l’exode urbain, mais qui reste aussi le fournisseur incontournable des denrées alimentaires.


Le projet Dragonfly vise à assurer cette autosuffisance alimentaire et s’offre même le luxe de produire des surplus. Sur le plan sanitaire, il a également un potentiel intéressant pour « la décontamination des sols et des sous-sols pollués aussi bien que pour la purification de l’atmosphère polluée par le CO2. »

 

Lilypad et Dragonfly semblent tout droit sortis d’un film de science-fiction, tant par leur design que par leur fonctionnement. Actuellement, de tels projets paraissent irréalistes et irréalisables. Ils répondent pourtant aux défis du futur tel que la viabilité écologique, énergétique et alimentaire. Même s’ils ne verront pas le jour de si tôt, on peut rêver qu’un jour, ils existeront. Après tout, nos ancêtres ne croyaient pas non plus à l’existence de technologies qui font aujourd’hui partie de notre quotidien !


Article original

http://newsoftomorrow.org

http://www.internationalnews.fr/article-Les folies écologiques d’un architecte futuriste-NaN.html
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 05:39
2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 18:29
This Dynamic Architecture building by David Fisher will be constantly in motion changing its shape. It will also generate electric energy for itself. more at http://www.dynamicarchitecture.net
See more information, for example plumbing here http://dynamic-architecture.blogspot....
to find out more about all kind of dynamic buildings see here
http://dynamic-architecture.blogspot....

Présentation

  • : internationalnews
  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles, sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • Contact

STOP TAFTA !

Rechercher

Dossiers les plus consultés