9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 22:27

 Internationalnews

Human Right Watch

Mai 5, 2010


Also available in:English


2009_USA_FarmOrange.jpg

Un garçon exhibe l'une des oranges cueillies dans un camp de travailleurs migrants en Floride.


« Les États-Unis dépensent plus de 25 millions de dollars par an - plus que tous les autres pays réunis - pour éliminer le travail des enfants à l'étranger, mais tolèrent l'exploitation des enfants sur leur propre sol » - Zama Coursen-Neff.

Le gouvernement devrait amender la loi sur le travail des enfants qui protège insuffisamment les enfants employés dans l’agriculture

(le 5 mai 2010) — Les États-Unis ne parviennent pas à protéger les centaines de milliers d'enfants engagés dans des travaux agricoles épuisants et parfois dangereux, a affirmé Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd'hui. Human Rights Watch a appelé le Congrès à modifier la loi fédérale permettant aux enfants de moins de 18 ans de travailler dans l'agriculture à un âge bien plus précoce, durant de bien plus longues heures et dans des conditions beaucoup plus dangereuses que dans n'importe quel secteur industriel aux États-Unis.


Dans son rapport de 99 pages, « Fields of Peril: Child Labor in US Agriculture » (« Champs dangereux : Le travail des enfants dans l'agriculture aux États-Unis »), Human Rights Watch a constaté que les enfants ouvriers agricoles risquaient leur sécurité, leur santé et leur éducation dans des exploitations agricoles à travers les États-Unis. Pour ce rapport, Human Rights Watch a interrogé 59 enfants âgés de moins de 18 ans qui ont travaillé comme ouvriers agricoles dans 14 États  dans plusieurs régions des États-Unis.


« S'agissant des enfants ouvriers agricoles, les États-Unis sont un pays en voie de développement », a déclaré Zama Coursen-Neff, auteure du rapport et directrice adjointe de la division Droits de l'enfant à Human Rights Watch. « Les enfants qui récoltent la nourriture de l'Amérique devraient au moins bénéficier des mêmes protections que ceux qui la servent. »


Des enfants ouvriers agricoles n'ayant pas plus de 12 ans travaillent souvent 10 heures par jour ou même plus, de cinq à sept jours par semaine, a constaté Human Rights Watch. Certains commencent à travailler à temps partiel à l'âge de 6 ou 7 ans. Les enfants, comme beaucoup d'ouvriers agricoles adultes, gagnent généralement beaucoup moins que le salaire minimum, et leur salaire est souvent encore diminué parce que les employeurs ne tiennent pas compte de toutes les heures et les obligent à dépenser leur propre argent pour des outils, des gants, et de l'eau potable que leurs employeurs devraient leur fournir selon la loi.


L'agriculture est le travail le plus dangereux pratiqué par les enfants aux États-Unis, selon l'Institut national pour la sécurité et la santé au travail (National Institute for Occupational Safety and Health, NIOSH), affilié au Centre de contrôle des maladies (Centers for Disease Control, CDC). Les enfants risquent l'intoxication par les pesticides, des blessures graves et l'insolation. Ils sont victimes d'accidents mortels quatre fois plus souvent que les enfants occupant des emplois dans d'autres secteurs. Certains travaillent même sans l'équipement de protection de base, notamment des chaussures ou des gants. Plusieurs ont déclaré à Human Rights Watch que leurs employeurs ne leur fournissaient pas d'eau potable, d'installations pour se laver les mains ni de toilettes. Les filles et les femmes occupant ces emplois sont extrêmement vulnérables aux abus sexuels.


Comme conséquence de leurs longues heures de travail, le pourcentage d'enfants employés dans le secteur agricole qui abandonnent l'école est quatre fois plus élevé que la moyenne nationale. Human Rights Watch a interrogé de nombreux enfants qui avaient pris du retard à l'école une ou plusieurs fois et qui ont indiqué qu'aucun membre de leur famille n'avait obtenu son diplôme d'études secondaires.


Human Rights Watch a appelé le Congrès américain à modifier la loi régissant le travail des enfants - le Fair Labor Standards Act (Loi sur les normes du travail équitable, FLSA) - afin de mettre un terme à la discrimination contre les enfants ouvriers agricoles. Dans d'autres professions, la loi interdit l'emploi des enfants de moins de 14 ans, et limite la durée de travail pour les enfants de moins de 16 ans à trois heures par jour en période scolaire.

 

ans le secteur agricole, cependant, les enfants peuvent travailler dans n'importe quelle ferme à l'âge de 12 ans, et à tout âge dans une petite ferme. Contrairement à d'autres emplois, la loi ne fixe aucune limite quant au début ou à la fin de la journée de travail, ni au nombre d'heures qu'un enfant peut travailler dans l'agriculture, tant qu'ils ne travaillent pas pendant les heures scolaires. En outre, la loi permet aux enfants de 16 et 17 ans de travailler en agriculture dans des conditions dangereuses ; dans toutes les autres professions, l'âge minimum pour les travaux dangereux est de 18 ans.


« La loi actuelle sur le travail des enfants a été rédigée dans les années 30 quand un nombre beaucoup plus élevé d'enfants travaillaient dans des fermes familiales, mais cette époque est révolue », a déclaré Zama Coursen-Neff. « Il est temps que les États-Unis mettent à jour leurs lois désuètes sur le travail des enfants pour donner à ceux d'entre eux qui travaillent dans l'agriculture la même protection qu'à tous les autres enfants travailleurs. »


En septembre 2009, Lucille Roybal-Allard, députée de Californie, a introduit à la Chambre des représentants une proposition de loi intitulée Children's Act for Responsible EmploymentAmerican Federation of Teachers (Fédération américaine des enseignants), la NAACP (Association nationale pour l'avancement des gens de couleur), et les United Farm Workers of America (Ouvriers agricoles unis d'Amérique). Cependant, cette loi n'a toujours pas été votée. (HR 3564). Ce projet de loi est soutenu par plus de 80 députés, et a été approuvée par plus de 80 organisations, notamment l'AFL-CIO (regroupement syndical), l


Même les lois insuffisantes actuellement en vigueur sont mal appliquées. L'application des lois du travail des enfants en général par le Département américain du travail a diminué de façon spectaculaire entre 2001 et 2009. Le Département américain du travail n'a relevé que 36 cas de violation du travail des enfants  en agriculture en 2009, soit seulement 4 pour cent de toutes les violations du travail des enfants. Les règles de sécurité sur les pesticides de l'Agence américaine de protection de l'environnement (Environmental Protection Agency, EPA) ne prévoient aucune mesure particulière pour les enfants.


L'application laxiste des lois est exacerbée par les craintes des travailleurs de signaler les infractions aux autorités. Quelque 85 pour cent des ouvriers agricoles aux États-Unis sont d'origine hispanique. Alors que de nombreux enfants ouvriers agricoles sont des citoyens américains, leurs parents peuvent être en situation irrégulière ou détenir un visa agricole à court terme, ce qui laisse toute la famille dans la crainte de l'expulsion. Les normes du travail et leur application concernent tous les travailleurs, indépendamment de leur statut d'immigration.


Human Rights Watch a appelé le Département du Travail américain à accroître sensiblement ses efforts pour identifier et sanctionner l'utilisation illégale du travail des enfants. Tous les États devraient établir ou relever à au moins 14 ans l'âge minimum pour le travail agricole, a déclaré Human Rights Watch.


Le travail des enfants dans les fermes américaines viole également les obligations légales internationales des États-Unis au regard de la Convention sur les pires formes de travail des enfants de l'Organisation internationale du Travail (OIT). En mars, le Comité d'experts de l'OIT a exprimé de sérieuses préoccupations concernant le nombre important de blessures et de décès subis par les enfants dans l'agriculture aux États-Unis, et les exemptions de la loi américaine qui permettent aux jeunes enfants de travailler. Le comité a invité les États-Unis à prendre des mesures immédiates pour se conformer à leurs obligations au regard de la Convention.


Le 10 mai 2010, les États-Unis se joindront à plus de 80 autres pays lors d'une conférence mondiale sur le travail des enfants organisée par le gouvernement néerlandais à La Haye. L'un des objectifs de cette conférence est une meilleure application de la Convention sur les pires formes de travail des enfants, en mettant l'accent sur l'agriculture.


« Les États-Unis dépensent plus de 25 millions de dollars par an - plus que tous les autres pays réunis - pour éliminer le travail des enfants à l'étranger, mais tolèrent l'exploitation des enfants sur leur propre sol », a conclu Zama Coursen-Neff.


Paroles d'enfants, de parents et de fermiers :


« Je n'ai pas vraiment eu d'enfance, et je ne veux pas que [mes propres enfants] passent par où j'ai passé. Vous n'êtes un enfant qu'une seule fois. Une fois que vous grandissez vous devez travailler. »


- Un garçon de 17 ans qui avait coupé des arbres de Noël, cueilli des tomates et travaillé dans d'autre cultures depuis l'âge de 12 ans en Caroline du Nord

« [Quand j'avais 12 ans] ils m'ont donné mon premier couteau. Semaine après semaine je me coupais. Chaque semaine j'avais une nouvelle cicatrice. Mes mains ont beaucoup à raconter. »


- Un garçon de 17 ans qui a commencé à travailler à l'âge de 11 ans dans le Michigan

« Vous êtes mis au travail tous les jours ; vous pouvez à peine faire une pause sauf s'il pleut. Les enfants sont tellement contents [quand il commence à pleuvoir] qu'ils se mettent à hurler. »


- Un garçon de 15 ans qui travaille dans le Michigan pendant l'été

« Ici il y a beaucoup de produits chimiques dans les champs. . . .Vous pouvez les sentir. [Récemment] l'avion a pulvérisé le coton. . .  J'avais la tête qui tournait. J'ai couvert mon visage et j'ai continué à travailler. Personne ne nous a dit de sortir du champ. »


- Un garçon de 18 ans qui avait travaillé de 8 à 9 ans dans le binage du coton au Texas aux côtés d'autres enfants

« Je ne me souviens pas de la dernière fois que je me suis inscrit à l'école à temps. . . .J'ai bien peur que cela ne me ralentisse dans mon éducation. . . . J'ai arrêté les mathématiques parce que j'étais un désastre. Je disais à mon professeur : ‘ Je ne sais même pas comment diviser et je vais passer en deuxième année'. Je vais d'un endroit à l'autre. Cela brouille les choses dans ma tête, et je ne peux pas suivre. »


- Une fille de 15 ans faisant le binage du coton au Texas

« Mon fils, il a besoin de ses heures de récréation. Il ne peut pas travailler 30 heures par semaine. Il peut travailler trois à quatre heures quelques fois par semaine. . . . En tant qu'employeur, vous ne pouvez pas dire : ‘ Je vais embaucher des enfants de 13-14 ans' Non ! Je ne suis pas de cet avis. »


- Un exploitant agricole dont le fils de 12 ans travaille dans sa ferme au Michigan

« Je dis à ma fille : ‘Je suis désolé de t'avoir volé ton enfance'. »


- Une mère dont la fille de 11 ans travaillait dans le binage du coton et s'occupait de ses deux jeunes frères


Also available in:English


Titre original: Etats-Unis: La vie dangereuse des enfants ouvriers agricoles

 

http://www.hrw.org/
 

Url of this article: http://www.internationalnews.fr/article-etats-unis-la-vie-dangereuse-des-enfants-ouvriers-agricoles-50204869.html

 

Partager cet article

Published by Internationalnews - dans USA
commenter cet article

commentaires

Caroline PC 11/05/2010 10:51



Il faut balayer devant sa porte avant d'aller chez les autres . Ceux qui les utilisent ont souvent de bons arguments pour défendre leurs pratiques "il vaut mieux qu'ils travaillent au lieu de
traîner dans les rues" "ça aide les familles"...Le profit permet tout. bises



Présentation

  • : internationalnews
  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles, sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • Contact

STOP TAFTA !

Rechercher

Dossiers les plus consultés