Publié dans : Classical Music/Arts

Robert Doisneau (14 avril 1912 - 1er avril 1994) est un photographe français, parmi les plus populaires d'après-guerre. Il fut, aux côtés de Willy Ronis et d'Édouard Boubat, l'un des principaux représentants du courant de la photographie humaniste française. (Wikipedia)


Doisneau-Paris-1-copie-1.JPG


"Comme tous les familiers de la rue, Doisneau a su fixer cette gravité rayonnante qui isole un être humain de la foule, ces moments de grâce qui rassemblent des passants dans « l'illusion d'un instant » comme dans une géométrie de rêve."
Jean-François Chevrier


Cliquer sur l'image pour l'agrandir

7235e19e.jpg


Longtemps Robert Doisneau a été perçu comme le chantre du pittoresque parisien. Illustrateur de génie, il a su comme personne saisir l'image agréable, l'anecdote inattendue : on a reconnu en lui le professionnalisme et la poésie simple de l'instantané. Mais l'œuvre de Robert Doisneau est infiniment plus complexe.

 

Robert Doisneau, la voiture fondue, 1944 © Atelier Robert Doisneau
Robert Doisneau, la voiture fondue, 1944

 

L'exposition de la Fondation Cartier-Bresson avait proposé en 2010 une sélection d'une centaine d'épreuves originales, choisies en majorité parmi les trésors de son atelier et dans diverses collections publiques ou privées. Les images présentées ont été réalisées entre 1930 et 1966 à Paris et dans sa banlieue. Cette relecture tendait à montrer comment Robert Doisneau est passé « du métier à l'œuvre »*, avec une gravité insoupçonnée, en inscrivant sur la pellicule un monde dont il voulait prouver l'existence.

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

100606170640doisneaubipbopencave.jpg

 

Le catalogue, publié en français par Steidl est accompagné d'une introduction d' Agnès Sire et d'une relecture mise à jour de l'étude que le critique d'art Jean-François Chevrier avait consacrée à Doisneau en 1983. Cet ouvrage présente un visage inédit du célèbre photographe qui prétendait photographier pour survivre  ; l'œuvre ainsi abordée prend un sens différent, par la sélection remarquable, exigeante et sensible qui est proposée. On percevra naturellement que c'est   ce sentiment d'insuffisance de l'enregistrement photographique (..) constitutif d'un art qui procède de l'émotion, qui, allié à un besoin de réalisme, fait la force des images de Doisneau.

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

100606170631doisneblottot

 

Une grande complicité le liait à Henri Cartier-Bresson ; aussi enfantins l'un que l'autre dans leurs rires, ils ne manquaient cependant pas de se consulter sérieusement dès que le métier l'exigeait. Notre amitié se perd dans la nuit des temps, écrivait HCB en 1995, nous n'aurons plus son rire plein de compassion, ni les réparties percutantes de drôlerie et de profondeur. Jamais de redite, chaque fois la surprise. Mais sa bonté profonde, l'amour des êtres et d'une vie modeste, est pour toujours dans son œuvre. 

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

l_enfant_et_la_colombe_robert_doisneau_1958.jpg

 

Ils n'avaient pas la même conception de la photographie,   l'imparfait de l'objectif  de Doisneau se conjuguant mal avec l'imaginaire d'après nature d'un Cartier-Bresson, plutôt adepte de la rigueur, influencé par la peinture et le dessin et hostile au recadrage.

 

8565918d.jpg

 

La revue Le midi illustré , rapporte que lors des obsèques de Robert Doisneau, Cartier-Bresson a jeté dans la tombe de son copain une moitié de pomme, puis a croqué l'autre dans un geste de communion profane,posture qui en dit long sur la fraternité simple des deux hommes.


http://www.sharedsite.com/hlm-de-renaud/bibliotheque/etudiant/a_08_les_doigts_plein_d_encre_de_doisneau.jpg

 

Né en 1912 à Gentilly, en banlieue parisienne, Robert Doisneau grandit dans un univers petit-bourgeois qu'il exècre. Formé à l'Ecole Estienne il obtient un diplôme de graveur lithographe et devient dessinateur de lettres à l'Atelier Ullman, spécialisé dans les publicités pharmaceutiques. En 1931, il est engagé par le sculpteur André Vigneau comme opérateur. Entre deux missions, il arpente les rues de Paris et de banlieue, faisant de ces lieux son studio.

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

aw7uyo.jpg

 

Tout au long de sa vie, Doisneau a été fasciné par la banlieue. Jean-François Chevrier parle du besoin de Doisneau de fixer ce qui était en train de disparaître  et de laisser  le souvenir de ce petit monde qu'il aimait. 

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

rb3

Séduction

 

Il admirait Eugène Atget qui avait bien plus tôt photographié Paris, ses rues, ses places publiques ou ses théâtres de boulevard.

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir
doisneau1.jpg

 

Son premier reportage sur le marché aux puces de Saint Ouen est publié en 1932 dans Excelior. Après avoir effectué son service militaire dans les Vosges, il retrouve Lucien Chauffard, rencontré à l'Atelier Ullman, au service photo des usines Renault à Boulogne Billancourt. Pendant 5 ans, il photographie les ateliers, les foules d'ouvriers, les chaînes de montage… Il est licencié en 1939 pour retards répétés.

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

doisneau2.jpg

 

Cette même année, il rencontre Charles Rado, fondateur de l'agence Rapho, qui lui propose un contrat de photographe-indépendant. La réalisation de sa première commande est interrompue par la déclaration de guerre. Mobilisé à l'est pendant le début de la guerre, il est réformé en février 1940 et rentre à Paris. En juin, à l'arrivée des nazis, il quitte la capitale et se réfugie dans une ferme dans le Poitou pendant quelques mois.


  http://blog.alsacephotoclub.net/images/2008_blog/doisneau0002.jpg


C'est dans cette région qu'il réalisera 10 ans plus tard quelques unes de ses photos les plus célèbres telles que le ruban de la mariée.

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

la-mariee-chez-gegene.jpg

Le mariée chez Gégéne


Pour survivre pendant cette période où les commandes sont rares, il fabrique des cartes postales en photographiant les monuments napoléoniens et les vend au musée de l'Armée. Il met également son talent de graveur au service de la Résistance en fabriquant de faux-papiers. En 1945, Robert Doisneau rencontre Blaise Cendrars à Aix-en-Provence grâce à Maximilien Vox qui l'envoie en commande pour l'Album du Figaro.

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

La-banlieue-dans-l-aeil-de-Doisneau.jpg

 

L'écrivain est l'un des premiers à s'intéresser au travail du photographe sur la banlieue et à l'encourager dans cette voie. L'ouvrage La banlieue de Paris, publié en 1949 scelle cette collaboration et annonce les projets de Doisneau réalisés avec d'autres écrivains.


http://images.allposters.com/images/nim/pl015.jpg

 

L'Agence Rapho est relancée en 1946 par Raymond Grosset, Doisneau reprend alors sa place de photographe indépendant. Grâce à Grosset, Doisneau signe un contrat avec Vogue pour réaliser des photos de mode mais il n'est pas à l'aise dans ce milieu, il ne sent pas à sa place.

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

news 9207 0

 

Il préfère photographier le monde de la nuit et de la cloche avec Robert Giraud, rencontré en 1947. Ensemble, ils tenaient une rubrique à 4 mains pour Paris-Presse L'intransigeant. C'est en sa compagnie qu'il réalise une grande partie de ses photos de bistrots des années 50, en traînant dans les quartiers des halles ou Mouffetard.

 

RobertDoisneauCafdeFloreSaint-Germa.jpg image by orchid_thief

Giraud connaît parfaitement le milieu, il présente à Doisneau nombre de personnages présents dans l'exposition tels que Richardot le tatoué, Pierrette d'Orient l'accordéoniste ou Anita, la jeune femme mélancolique.

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

0510051810451.jpg

 

File7947.jpg

 

Robert Doisneau est un homme discret, attaché à son pays, parlant mal l'anglais et voyageant peu. Néanmoins, en 1960, il se rend aux Etats-Unis pour photographier Jerry Lewis sur un tournage à Hollywood et en profite pour faire des photos avec son ami Maurice Baquet à New York. Il réalise également un reportage en URSS pour le journal de la CGT La vie ouvrière (sur les réalisations du cinquantenaire du pays).


http://blog.alsacephotoclub.net/images/2008_blog/doisneau0004.jpg

 

Dans les années 80, à la demande de la DATAR, il explore à nouveau la banlieue, son espace de prédilection, en réalisant une mission en couleur. Ma vie est télescopique, disait-il, une suite de rencontres heureuses ou malheureuses, une improvisation au jour le jour.

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Doisneau_1952.jpg

 

En effet, au fil des années, Doisneau s'est lié à de nombreux artistes, écrivains, peintres, acteurs : de Jacques Prévert à Jacques Tati, de Saul Steinberg à Pablo Picasso, de Daniel Pennac au chanteur Renaud et Sabine Azéma, sa grande amie qui lui consacra un film pour ses 80 ans. Ces rencontres ont façonné l'histoire de sa vie. Le photographe décède à Paris en 1994 en laissant une œuvre aux multiples entrées.

 

doisneau.jpg doisneau image by barbiche83


C'est toujours en ironisant sur lui-même, que Doisneau abordait son travail, qui n'était pour lui que l'antidote à l'angoisse de ne pas être. Jongleur, funambule, illusionniste pour encore plus de réalisme, tel est le paradoxe trompeur de celui qui voulait « réussir ses tours comme le font les artistes du trottoir », avec la lucidité pudique d'un artiste malgré lui.

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

robert-doisneau-copie-1.jpg

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

fe19c8725e99c657496ae763dbc26b79.jpg

 

 

Robert Doisneau en 1983

doisneau-1983-a-1280.jpg

 

 

* l'expression est de Jean-François Chevrier

 

Mise à jour du 17 avril 2012 de l'article "Du métier à l'œuvre" 


Robert Doisneau - Wikipédia

Site officiel

Fondation Henri Cartier-Bresson 

Autres vidéos: La France rurale de Robert Doisneau s'expose

Vidéo Ina - Robert Doisneau : Rue Jacques Prévert

 

http://www.internationalnews.fr/article-robert-doisneau-du-metier-a-l-oeuvre-exposition-a-la-fondation-cartier-bresson--43582266.html

Retour à l'accueil

Présentation/About this Site

  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • : Santé Documentaires Géostratégie Ecologie/Environnement Libertés publique/Big Brother Politique
  • Retour à la page d'accueil

RECHERCHER/SEARCH

Dossiers les plus consultés

       (Articles issus de différentes catégories) 

 Dossier Syrie

Syria war nationalturk-0238 Iran

http://grattesoleil.free.fr/images/Le%20monde%20selon%20Monsanto.jpg

Nouvel Ordre Mondial/NWO

Medias/Propaganda

 

RSS

  • Flux RSS des articles

LIENS/LINKS

 
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés