18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 05:01

Bellaciao
Il y a quarante ans: le massacre de My Lai (videos à voir sur Bellaciao)
 
 

my-lai-1-48a1a.jpg


"ELLE courait vers les arbres… Elle transportait quelque chose.. J’ai tiré. Lorsque j’ai retourné son cadavre j’ai vu qu’elle avait un bébé dans ses bras. Mes balles l’avaient transpercé. Tout a vacillé dans ma tête. Puis le programme d’entraînement m’est revenu à l’esprit. Alors je n’ai plus rien fait d’autre que tuer. Je leur ai coupé la gorge, les mains, les oreilles. Je les ai scalpés." Ce récit est celui d’un soldat américain qui a participé au massacre de My Lai.


 


Source: Bellaciao

 

 
Le 16 mars 1968, vers huit heures du matin, la compagnie Charlie, appartenant à la 11e brigade de la division américaine Americal, entrait dans le village vietnamien de My Lai, dans la Province de Quang Ngai, dans le sud du Viet Nam. Leur chef, le lieutenant William Calley, leur dit : "C’est ce que vous avez attendu, une mission, chercher et détruire."

 

Au moins 500 civils, enfants, femmes et vieillards, ont été assassinés en quelques heures. Ce crime américain contre l’humanité n’a pas eu son Nuremberg. L’armée américaine annonça une grande victoire et la mort de 128 ennemis.

 

Crime américain contre l’humanité

 

Le massacre ne fut stoppé que lorsque deux sous-officiers américains en hélicoptère remarquèrent le carnage et intervinrent pour empêcher leurs compatriotes d’assassiner plus de civils.

 

En mars 1969, Ronald Ridenhour, un ancien GI, ayant appris ce qui s’était passé à My Lai, décida d’en informer les autorités américaines, mais les faits ne devinrent publics qu’en novembre, quand le journaliste américain Seymour Hersh publia les premiers témoignages sur ce crime.

 

Parmi les 26 officiers et soldats inculpés pour ce massacre ou pour l’avoir couvert par la suite, seul le lieutenant, William Calley fut condamné le 29 mars 1971, malgré ses affirmations qu’il avait reçu des ordres de son capitaine Ernest Medina de tuer tous les habitants.

 

Il fut reconnu coupable de meurtres avec préméditations sur 80 civils qui avaient été réunis sur la place du village et 80 autres personnes qui avaient été réunies dans un fossé et condamné aux travaux forcés à perpétuité et radié de l’armée.

 

Moins de 2 jours après sa condamnation, le président Nixon demanda sa libération de prison et son cantonnement au fort militaire de Bennings en attendant l’appel du jugement. Les autorités militaires réduisirent sa peine à 20 ans puis le Secrétaire d’état à la défense à 10 ans.

 

Trois ans plus tard, le 9 novembre 1974, lors d’un appel que Calley fit auprès d’une cour fédérale pour non respect de ses droits, un juge ordonna sa libération immédiate. Malgré un appel suspensif de l’armée et après plusieurs procédures judiciaires, le lieutenant Calley ne passa finalement que 3 ans et demi aux arréts.

 

Aujourd’hui, "monsieur" William Calley tient une bijouterie huppée.

 

L’opinion publique américaine, d’abord émue par les révélations sur le massacre, a, ensuite, majoritairement basculé dans le nationalisme et, "au nom du devoir", acquitté les assassins.

 

 
Le documentaire de Kevin Sim sur le massacre de My Lai en version anglaise en 7 parties, pour que la mémoire demeure…

Voir les videos:


http://bellaciao.org/fr/spip.php?article63322





ensuite, majoritairement basculé dans le nationalisme et, "au nom du devoir", acquitté les assassins.

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : internationalnews
  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles, sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • Contact

STOP TAFTA !

Rechercher

Dossiers les plus consultés