8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 07:14

Animaux maltraités pour une illusoire beauté


(30|06|08)  Des centaines de milliers de rats et de souris périssent chaque année dans des expériences cruelles visant à l’obtention de produits à base de toxine botulique. Cette neurotoxine mortelle est utilisée dans des produits antirides. La pétition en ligne lancée par la PSA exige des fabricants qu’ils renoncent à ces expériences sur animaux et utilisent des méthodes de substitution. L’interpellation au Conseil fédéral de la con- seillère nationale Maya Graf va dans le même sens.




Source:
www.wmccnews.com


La fuite en avant pour une illusoire beauté prend des formes toujours plus excessives dans notre société: de plus en plus de personnes fréquentent les salons de beauté pour se faire injecter de la toxine botulique antirides afin de retrouver une apparence impeccable, avec une peau tendue. Mais le rêve de jeunesse éternelle ne dure pas longtemps. Après quelques mois, les traces du processus de vieillissement naturel de la peau réapparaissent et de nouvelles injections s’imposent. Pour les médecins et les fabricants Allergan, Ipsen et Merz, cette activité rapporte des milliards et son potentiel de croissance est énorme.

Mais elle cache une détresse animale cruelle, infligée des centaines de milliers de fois. Qu’elles s’appellent Botox, Vistabel ou Dysport, toutes ces préparations se fondent sur la toxine botulique. C’est la neurotoxine la plus puissante au monde, produisant un effet létal dans les plus petites quantités déjà. Comme les résultats de la recherche ne sont pas transposables, il faut, pour des raisons de sécurité, tester chaque unité produite sur les animaux. Pour les souris et les rats utilisés, cela signifie un combat douloureux et long contre la mort pendant lequel ils souffrent d’abord de paralysies musculaires, de troubles visuels et de dyspnée avant de périr finalement d’asphyxie en pleine conscience.

Le plus cynique est qu’il existe déjà des méthodes de substitution au cruel test LD-50 au cours duquel la moitié des animaux d’expériences périt. Mais tant que les fabricants ne s’entendront pas tous sur la même procédure, les autorités d’autorisation prescriront ce test comme une référence.

Source: dogbreedinfo.com

Avec la pétition en ligne qu’elle vient de lancer, la Protection Suisse des Animaux PSA entend faire pression sur les fabricants des médicaments à base de toxine botulique utilisés en Suisse pour qu’ils s’accordent enfin sur une alternative au test LD-50 et que des centaines de milliers d’animaux ne soient plus soumis chaque année à cette expérience leur infligeant les douleurs les plus cuisantes. La PSA appelle les consommateurs à renoncer à ce genre de traitement à base de toxine botulique pour des raisons purement cosmétiques. Elle reçoit l’appui de la conseillère nationale Maya Graf (Les Verts, BL) qui, en effet, adressera prochainement une interpellation exigeant du Conseil fédéral une prise de position sur diverses questions liées aux produits à base de toxine botulique.

Les traitements antirides sont tout saufs inoffensifs. Swissmedic, l’Institut suisse des produits thérapeutiques, a mis voilà peu en garde contre l’utilisation de la neurotoxine mortelle dans le domaine cosmétique. On connaît dans le monde près de 600 cas de complications dangereuses et 28 cas de décès.

Informations complémentaires sous

www.tierschutz.com


Pour toute question:
Protection Suisse des Animaux PSA; Siège, tél. 061 365 99 99

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : internationalnews
  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles, sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • Contact

STOP TAFTA !

Rechercher

Dossiers les plus consultés