3 août 2013 6 03 /08 /août /2013 09:34

Internationalnews

2 aout 2013

 

Le point 01/08/2013

 

Dans "Le Monde diplomatique", le président bolivien revient sur sa "séquestration" en Europe en marge de l'imbroglio Edward Snowden


Dans une tribune, le président bolivien Evo Morales est revenu par le détail sur l'imbroglio diplomatique dont il a été l'objet pendant toute une journée.  

Dans une tribune, le président bolivien Evo Morales est revenu par le détail sur l'imbroglio diplomatique dont il a été l'objet pendant toute une journée

 

Si l'incident a été relativement bref, il n'en a pas moins été extrêmement insultant selon le principal intéressé. Souvenez-vous, le 2 juillet dernier, Evo Morales rentrait d'un voyage diplomatique en Russie. Un retour à domicile censé être paisible, avant que le Portugal, suivi de la France et de l'Italie n'interdisent leur espace aérien à l'avion présidentiel. Le chef d'État a alors dû se poser de toute urgence à Vienne.


Pire, une fois sur place, Evo Morales soutient que l'ambassadeur d'Espagne en Autriche lui a proposé un nouveau plan de vol... à condition que le président accepte que son avion soit fouillé. Motif ? Edward Snowden, celui qui a révélé l'espionnage massif que pratiquent les États-Unis à travers le programme Prism, se cacherait à bord de l'appareil. Un affront de plus, touchant à la fois sa "dignité" et son "honneur", comme il l'explique dans une tribune publiée dans l'édition du Monde diplomatique datée du mois d'août (lire l'article, lien payant).

Washington "propage la peur, le chantage et l'intimidation"


Bien décidé à ne pas garder le silence après cet affront, Evo Morales écrit : "Violant tous les principes de la bonne foi et les conventions internationales, Washington a transformé une partie du continent européen en territoire colonisé. Une injure aux droits de l'homme, l'une des conquêtes de la Révolution française." Pour lui, les choses sont claires : les États-Unis ont ordonné à des alliés très dociles de tout faire pour stopper la supposée extraction d'Edward Snowden par Morales. Un scénario qui s'est vite révélé complètement faux.

 

Depuis, Paris, Lisbonne, Madrid et Rome ont présenté leurs excuses au dirigeant sud-américain. Des excuses acceptées, mais qui ne l'empêchent pas de s'emporter dans les colonnes du mensuel : "La séquestration d'un avion présidentiel et de son équipage - que l'on est en droit d'estimer impensable au XXIe siècle - illustre la survivance d'une forme de racisme au sein de certains gouvernements européens." Et d'ajouter que "l'obéissance aux ordres qu'on leur donnait" confirme que ces pays sont "soumis" à "l'impérialisme américain".


Pour Evo Morales, la "peur, le chantage et l'intimidation" sont les instruments de la puissance des États-Unis. De quoi démontrer selon lui que la "guerre contre le terrorisme aura réduit la vieille Europe au rang de colonie".

 

 

Lire aussi

 

 

 

 

Moi, président de la Bolivie, séquestré en Europe », par Evo Morales

 

Le président Morales interdit de survol du territoire français!!!


"Avion de Morales : un faux pas diplomatique qui risque de coûter cher"

 

Url de cet article:

http://www.internationalnews.fr/article-bolivie-evo-morales-l-europe-est-reduite-au-rang-de-colonie-des-etats-unis-119374142.html

Partager cet article

Published by Internationalnews - dans France
commenter cet article

commentaires

ODIN 03/08/2013 15:37


OUI, nous européens sommes devenus une colonie US, ce qui est la honte des hontes. En fait en venant en Europe en 1945, les USA avaient déjà l'idée bien arrêtée de coloniser cette europe, tout
cela fait partie du plan de domination satanique de l'oncle Sam.

Internationalnews 03/08/2013 16:00



Tout à fait d'accord!



Présentation

  • : internationalnews
  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles, sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • Contact

STOP TAFTA !

Rechercher

Dossiers les plus consultés