10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 08:37

Univers-Nature

10-12-2009

Supermarché KKK un samedi à 18 heures.

Du 26 septembre au 10 octobre 2009, 102 associations locales, rattachées à l’association de protection des consommateurs UFC - Que Choisir, se sont rendues dans 1250 magasins de la grande distribution implantés en France. Ils y ont relevé les prix pratiqués en rayon de trois types de produits peu transformés, dont la matière première agricole constitue une part majeure, à savoir la volaille, la viande de porc et le lait demi-écrémé. Les résultats de l’enquête ont révélé l’écart scandaleux entre les prix agricoles et les prix alimentaires pratiqués en aval, permettant aux industriels et aux distributeurs de s’octroyer des marges pour le moins abusives.

De fait, entre septembre 2007 et septembre 2009, alors que le prix du lait payé à l’éleveur a baissé de 7 %, le prix de la brique Candia a augmenté de 5 % et celle de la marque distributeur de 11 % (France Agrimer et INSEE).


Parmi les produits étudiés, le contraste le plus frappant concerne la barquette de deux escalopes de blanc de poulets commercialisée par la marque Le Gaulois. En effet, bien que le prix agricole moyen au kilo soit de 2,11 € pour ce produit, le prix moyen en rayon est de 11,99 €, accusant un différentiel de 9,88 €.



A la lumière de ces observations, l’UFC Que Choisir a invité, par courrier, les enseignes concernées à s’expliquer sur ces marges outrancières. Mais, sur les 1120 lettres envoyées, seules 226 ont obtenu une réponse, soit environ 20 %. Loin d’être éclairantes, ces réponses n’ont fait qu’éluder la question, certaines arguant que : « Nos prix d’achat sont confidentiels ».



Dénonçant ce manque de transparence quant à la « construction des prix alimentaires », Que Choisir entend mettre un terme à ces dérives et réclame l’extension du coefficient multiplicateur à l’ensemble des produits bruts ou peu transformés. Déjà en application pour les fruits et les légumes, ce dispositif consiste à calculer un prix de vente maximal, en multipliant le prix agricole par un coefficient défini en accord avec les professionnels. S’adaptant aux variations des prix agricoles, ce système préserve à la fois les consommateurs et les professionnels, en permettant à ces derniers de répercuter la hausse des cours agricoles mais en les contraignant également à baisser les prix en rayon en cas de baisse.



Selon l’INSEE, les ménages consacraient en moyenne 15,5 % (hors alcool) de leur budget au domaine alimentaire en 2006. Or, dans le contexte actuel de faible pouvoir d’achat, accentué en période de fêtes de fin d’années, une hausse des prix alimentaires s’avère difficilement soutenable pour les consommateurs, et plus encore pour les ménages aux revenus modestes.


http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=4024

http://www.internationalnews.fr/article-10-12-2009-la-hausse-des-prix-alimentaires-lucrative-pour-la-grande-distribution-41071965.html

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : internationalnews
  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles, sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • Contact

STOP TAFTA !

Rechercher

Dossiers les plus consultés