15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 07:48
Nucleaire-nonmerci.net

Oui à la voiture électrique, mais seulement si elle est rechargée avec des énergies renouvelables !


voiture electrique

Si ses batteries sont rechargées sur le secteur, une voiture électrique est reponsable de la production de déchets nucléaires et de fortes émissions de co2. Or, malheureusement, les constructeurs se contentent de décréter que la voiture électrique est "propre" (*), sans se pencher sur la question fondamentale du rechargement des batteries

 

Rechargement des batteries à l'électricité nucléaire, non merci!

En France, l'électricité provient à 80% des centrales nucléaires : rechargée sur le secteur, la voiture électrique est alors clairement responsable de la production de déchets radioactifs – légués aux générations futures - et de rejets dans l'environnement – une enquête scientifique en Allemagne vient de montrer un excès de cancers et de leucémies jusqu'à 50 km autour des centrales. Sans oublier la mise en danger de la population en cas d’accident nucléaire.

Par ailleurs, comme l'ont dernièrement révélé une note de RTE (le Réseau de Transport de l’Electricité) et une étude de l'Ademe (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie) concernant le chauffage électrique, l'électricité produite par EDF est fortement émettrice de CO2 (**). Ce sera donc aussi inévitablement le cas si les batteries d'un parc de voitures électriques sont rechargées en se branchant sur le secteur.


Oui à la voiture électrique rechargée avec des énergies renouvelables !

Le Réseau "Sortir du nucléaire" souligne néanmoins qu'il est possible, comme c'est le cas par exemple à Clermont-Ferrand ou à Montmelian, de recharger avec des énergies renouvelables les batteries des véhicules électriques.


Montmelian possède actuellement 4 véhicules électriques. Le prix d'une voiture est de 9 600 € HT que l'ADEME (Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie) finance à hauteur de 3 050 €. Les utilisateurs de ces voitures sont les services techniques et les gardes municipaux. A la fin de la journée les véhicules sont branchés sur une prise du secteur pendant 5h pour recharger leurs batteries. Le lendemain elles peuvent à nouveau parcourir 80 km. Le coût annuel de ces véhicules (amortissement sur 5 ans, location des batteries, réparation entretien, énergie et assurance) est 200 € moins cher que le véhicule essence de même type. De plus, un moteur a une durée de vie de 1 million de km, soit 5 fois plus qu'un véhicule classique.

De tels projets doivent nécessairement être mis en oeuvre, pour recharger les batteries des véhicules électriques, pour qu'il soit possible de parler de démarche écologique.

 

 

(*) Bien noter qu'une voiture ne peut être propre. Toute voiture est globalement polluante (fabrication, pneus, déchets...)

(**) Pour "justifier" le nucléaire, la consommation française d'électricité a volontairement été démultipliée depuis des années par EDF et l'Etat. A tel point que, de plus en plus souvent, malgré 58 réacteurs, le parc nucléaire français est dépassé : sont alors des centrales thermiques (gaz, fuel, charbon), françaises ou étrangères, qui sont mises en service, dégageant de grandes quantités de CO2.


Source : site du Réseau Sortir du nucléaire
20 octobre 2008

http://nucleaire-nonmerci.net/actualite/voiture-electrique-solaire.html

http://www.internationalnews.fr/article-la-voiture-electrique-oui-mais-solaire--39101853.html

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : internationalnews
  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles, sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • Contact

STOP TAFTA !

Rechercher

Dossiers les plus consultés