24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 06:45

24 octobre 2011

 

3528777.image

 

 

WSWS 24 octobre 2011

Le meurtre sauvage jeudi du dirigeant libyen évincé, Mouammar Kadhafi, sert à souligner le caractère criminel de la guerre que les Etats-Unis et l'OTAN mènent depuis ces huit derniers mois.

L'assassinat qui fait suite à un siège de plus d'un mois de Syrte, ville côtière libyenne qui fut la ville natale de Kadhafi et le centre de son soutien. L'attaque perpétrée contre cette ville de 100.000 habitants a détruit pratiquement tous les bâtiments et résulte en un nombre incalculable de civils tués, blessés et frappés de maladie et qui sont privés de nourriture, d'eau, de soins médicaux et d'autres produits de première nécessité.

Apparemment Kadhafi se déplaçait dans un convoi de véhicules pour tenter d'échapper au siège de la ville, une fois le dernier bastion de résistance tombé aux mains des « rebelles » soutenus par l'OTAN. Les avions de l'OTAN ont attaqué le convoi jeudi matin à 8 heures 30, laissant un bon nombre de véhicules en proie aux flammes et l'empêchant d'avancer. Ensuite, des miliciens anti-Kadhafi armés sont intervenus pour porter le coup de grâce.

La mort de Kadhafi semble faire partie d'un massacre plus large qui aurait coûté la vie à un certain nombre de ses proches collaborateurs, de combattants fidèles et de ses deux fils, Mo'tassim et Saif al-Islam.

Alors que les détails des meurtres demeurent quelque peu flous, des photographies et des vidéos filmées sur des téléphones portables et publiées par les « rebelles » soutenus par l'OTAN montrent clairement un Kadhafi blessé aux prises avec ses ravisseurs et criant alors qu'il est entraîné vers l'arrière d'un véhicule. Son corps dénudé et sans vie est ensuite exhibé, couvert de sang. Il est évident qu'après avoir d'abord été blessé, peut-être lors des frappes aériennes de l'OTAN, l'ancien dirigeant libyen a été capturé vivant pour ensuite être exécuté sommairement. Une photographie le montre avec à la tête une blessure par balle.

jihadist.jpg

 Nos amis les démocrates

Le corps de Kadhafi a ensuite été emmené dans la ville de Misrata où il aurait été traîné dans les rues avant d'être déposé dans une mosquée.

Le sort réservé à sa dépouille est politiquement significatif en ce qu'il a été saisi par une faction de la milice de Misrata qui opère sous sa propre autorité et qui n'a aucune loyauté envers le Conseil national de transition (CNT) de Benghazi que Washington et l'OTAN ont sacré comme étant le « seul représentant légitime » du peuple libyen.

Et donc, cet événement macabre, que le président Barack Obama a salué dans la roseraie de la Maison Blanche comme l'avènement d'une « nouvelle Libye démocratique », ne fait que révéler en réalité les failles régionales et tribales qui plantent le décor pour une période prolongée de guerre civile.

Les Etats-Unis comme la France, revendiquent le mérite de leur rôle dans le meurtre de Kadhafi. Le Pentagone a affirmé jeudi qu'un drone prédateur américain avait tiré un missile hellfire sur le convoi du dirigeant libyen évincé tandis que le ministre français de la Défense a dit que des avions de combat français l'avaient bombardé.

Les Etats-Unis et l'OTAN avaient effectué plusieurs frappes aériennes sur la résidence caserne de Kadhafi à Tripoli ainsi que sur d'autres maisons où ils croyaient qu'il se cachait depuis le lancement en mars de la guerre brutale contre la Libye. L'une de ces frappes de fin avril avait coûté la vie à son plus jeune fils et à trois de ces jeunes petits-enfants.

Washington avait déployé des avions de surveillance ainsi qu'un grand nombre de drones pour essayer de retrouver Kadhafi alors que des agents du renseignement américain, britannique et français, des soldats des opérations spéciales et des « contractors » militaires (engagés par des sociétés privées) opérant au sol participaient également à la chasse à l'homme.

Deux jours à peine avant le meurtre de Kadhafi, la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, était arrivée pour une visite inopinée à Tripoli à bord d'un avion militaire lourdement armé. Une fois sur place, elle a demandé qu'on le capture « mort ou vif. »

Selon l'Associated Press, Clinton a déclaré « sans mâcher ses mots que les Etats-Unis aimeraient voir l'ancien dictateur Mouammar Kadhafi mort.

« "Nous espérons qu'il pourra bientôt être capturé ou tué pour que vous n'ayez plus à le craindre plus longtemps", a dit Clinton à des étudiants et à d'autres personnes lors d'un genre de réunion publique dans la capitale. »

L'AP a poursuivi en remarquant: « Jusqu'ici, les Etats-Unis évitaient généralement de dire qu'il fallait tuer Kadhafi. »

Mais, en réalité, Washington est en train de poursuivre une politique ouverte de meurtre d'Etat. Dans ce cas précis, ils ont ouvertement préconisé et fourni tous les moyens pour faciliter le meurtre d'un chef d'Etat avec lequel le gouvernement américain avait noué d'étroites relations politiques et commerciales au cours de ces huit dernières années.

Le corps meurtri du fils de Kadhafi, Mo'tassim, qui a aussi été capturé vivant puis exécuté, a été exposé à Misrata. Pas plus tard qu'en avril 2009, il avait été chaleureusement accueilli par la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton.

Dans son discours prononcé jeudi dans la roseraie de la Maison Blanche, Obama s'est vanté de ce que son gouvernement avait «liquidé » les dirigeants d'Al Qaïda, en prenant le ton d'un parrain de la mafia, avec le charisme en moins. Parmi ses dernières victimes, figurent deux citoyens américains, le mois dernier, Anwar Awlaki, l'imam américain d'origine yéménite, et deux semaines plus tard, son fils Abdulrahman âgé de 16 ans et né à Denver. Tous deux avaient été inscrits sur une « liste de personnes à tuer » (« kill list ») par un sous-comité secret de la sécurité nationale (National Security Council subcommittee) et assassiné par des missiles hellfire. Abdulrahman a été déchiqueté en même temps que son cousin de 17 ans et sept autres amis alors qu'ils étaient en train de dîner.

hillary2

Le meurtre de Kadhafi est l'apogée d'une guerre criminelle qui a tué un nombre incalculable de Libyens et laissé la plus grande partie du pays en ruines.

Cette opération avait été lancée sous le prétexte de protéger des civils et était fondée sur une fausse affirmation que Kadhafi était en train de préparer un siège de la ville de Benghazi dans l'Est pour massacrer ses adversaires. Cette opération s'est terminée par le siège de Syrte orchestré par l'OTAN lors duquel des milliers ont été tués et blessés durant la répression de toute opposition aux « rebelles ».

Dès le début, toute l'opération a été orientée vers la recolonisation de l'Afrique du Nord et poursuivie pour le compte des intérêts pétroliers des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France, de l'Italie et des Pays-Bas.

Alors que durant la décennie passée Kadhafi avait gagné la faveur des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France et d'autres puissances occidentales, en signant des contrats pétroliers, des accords sur les armes et autres pactes, l'impérialisme américain et ses homologues en Europe continuaient de considérer son régime comme un obstacle à leurs objectifs dans la région.

Parmi les principales préoccupations de Washington, Londres et Paris figurent les intérêts économiques croissants de la Chine et de la Russie en Libye et plus généralement en Afrique. La Chine a développé un commerce bilatéral s'élevant à 6,6 milliards de dollars, principalement dans le secteur pétrolier, alors que 30.000 travailleurs chinois étaient employés dans un large éventail de projets d'infrastructure. Entre-temps, la Russie a développé d'importants accords pétroliers, des ventes d'armes s'élevant à des milliards de dollars et un projet de 3 milliards de dollars pour relier Syrte à Benghazi par rail. Il y avait aussi eu des discussions sur l'ouverture à la flotte russe d'un port méditerranéen près de Benghazi.

Kadhafi avait provoqué la colère du gouvernement de Nicolas Sarkozy en France de par son hostilité au projet d'une union méditerranéenne, destinée à reconditionner l'influence de la France dans les anciennes colonies du pays et au-delà.

De plus, d'importants conglomérats énergétiques américains et d'Europe occidentale toléraient de plus en plus mal ce qu'ils considéraient être des clauses difficiles exigées par le gouvernement Kadhafi, ainsi que la menace de voir la société pétrolière russe Gazprom  bénéficier d'une part importante de l'exploitation des réserves du pays.

Des facteurs politiques se sont ajoutés à ces motifs économiques et géostratégiques. Le rapprochement de Kadhafi vers l'Occident avait permis à Washington et à Paris de cultiver certains éléments au sein du régime qui étaient prêts à collaborer à une mainmise impérialiste du pays. Faisaient partie de ceux-ci, des figures telles Mustafa Abdul Jalil, l'ancien ministre de la Justice de Kadhafi, à présent le président du CNT soutenu par l'OTAN, et Mahmoud Jibril, l'ancien responsable pour le développement économique qui est actuellement le chef du conseil exécutif du CNT.

Avec les soulèvements populaires survenus en Tunisie et en Egypte - aux frontières occidentales et orientales de la Libye - les Etats-Unis et les alliés de l'OTAN ont vu une occasion de donner suite à un projet qui avait été développé depuis un certain temps déjà pour un changement de régime en Libye. Disposant d'agents qui travaillaient sur le terrain ils ont décidé d'exploiter et de détourner les manifestations anti-Kadhafi pour fomenter un conflit armé.

Afin de se préparer à une prise de contrôle impérialiste directe, ils ont suivi une procédure bien établie, calomniant le dirigeant du pays et promouvant l'idée que seule une intervention extérieure pourrait sauver les civils innocents d'un massacre imminent.

La soi-disant destruction imminente de Benghazi a été utilisée pour obtenir le soutien à la guerre impérialiste de toute une couche de personnes jadis de gauche, de libéraux, d'universitaires et de défenseurs des droits de l'homme, qui ont pesé de tout leur poids moral et intellectuel en faveur d'un exercice d'agression impérialiste et de meurtre.

Des figures telles le professeur d'histoire du Moyen-Orient de l'université du Michigan, Juan Cole, qui avait émis des critiques limitées envers l'invasion de l'Irak par le gouvernement Bush, étaient devenues de fervents promoteurs de la mission « humanitaire » du Pentagone et de l'OTAN en Libye. De représentants d'une couche sociale de la classe moyenne supérieure ils sont devenus une nouvelle base pour l'impérialisme, et se sont totalement compromis, politiquement et moralement. Ils n'ont absolument pas été gênés par le non respect de la loi durant toute cette entreprise et l'accumulation de preuves de meurtre et de torture d'immigrants et de Libyens noirs aux mains des soi-disant rebelles.

Leur tentative de décrire le changement de régime en Libye comme étant une révolution populaire devient de plus en plus grotesque au fur et à mesure que les jours passent. Le régime fantoche instable qui est en train de prendre forme à Benghazi et à Tripoli a été mis en place par un bombardement incessant et massif de l'OTAN, par le meurtre et la violation systématique du droit international.

La Libye sert d'avertissement au monde entier.

Tout régime qui entraverait les intérêts américains, qui contreviendrait aux grandes entreprises ou qui ne se soumettrait pas aux puissances de l'OTAN peut être renversé par la force militaire et voir ses dirigeant assassinés. (Note d'IN: rien de nouveau...)

D'ores et déjà, les médias américains qui ont organisé une célébration hideuse du bain de sang devant Syrte, hurlent pour que l'OTAN répète son intervention libyenne en Syrie. Clinton, quant à elle, a averti jeudi les dirigeants pakistanais qu'un soutien insuffisant à la guerre américaine en Afghanistan impliquerait qu'ils en paieraient « chèrement le prix. »

Il n'y a pas de doute que de futures opérations sont en projet avec des guerres plus grandes qui se précisent, entraînant des conséquences catastrophiques.

Le gouvernement Obama a déjà averti l'Iran que tout restait « envisageable » en ce qui concerne un complot fabriqué pour l'assassinat à Washington de l'ambassadeur saoudien. Et, étant donné que l'intervention libyenne visait en grande partie à contrer l'influence chinoise et russe dans la région ainsi que mondialement, la Chine et la Russie elles-mêmes sont perçues comme de futures cibles.

Les événements sanglants de Libye et les motifs économiques qui les sous-tendent fournissent une nouvelle leçon quant au caractère véritable de l'impérialisme. La crise qui s'empare du capitalisme mondial représente une fois de plus une menace de guerre mondiale. La classe ouvrière ne peut confronter cette menace que par la mobilisation de sa force politique indépendante en se réarmant avec le programme de la révolution socialiste mondiale afin de mettre un terme au système capitaliste qui est la source du militarisme.

(Article original paru le 21 octobre 2011)

 

Les emphases sont d'IN

 

Articles liés:

Seif al Islam Kadhafi sera-t-il assassiné ou jugé ? 

« We came, we saw, he died » (Hillary Clinton à propos de la mort de Khaddafi).


http://www.internationalnews.fr/article-mouammar-kadhafi-assassine-par-les-etats-unis-et-l-otan-par-bill-van-auken-87132985.html


 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : internationalnews
  • internationalnews
  • : Un site d'information et de réflexion sur l'actualité internationale, le nouvel ordre mondial, la géostratégie, la propagande, l'impérialisme, le nucléaire, l'économie, l'environnement et la culture, illustré de documentaires. Site géré par des journalistes bénévoles, sans aucune obédience politique, religieuse ou autre.
  • Contact

STOP TAFTA !

Rechercher

Dossiers les plus consultés